SPQR

Informations occultées par les médias – Actualité insolite – Politiquement Incorrect – Créer un vrai changement de politique : Instaurer la Démocratie.


  • READ THIS BLOG

    IN ENGLISH

    AUF DEUTSCH

    France Etats_Unis

    Israël Québec

    Canada

  • Commentaires récents

    Agencias de modelos… sur La revue de presse de SPQR…
    spqr sur La dispense de recherche …
    spqr sur La dispense de recherche …
    Anonyme sur La dispense de recherche …
    GIULIA sur La dispense de recherche …
    spqr sur La dispense de recherche …
    Baron sur La dispense de recherche …
    spqr sur Gauchistes en action
    Elgocho sur Gauchistes en action
    TEKA Plantin sur L’affaire du préservatif et Be…
    thierry sur Secrétaire général à la CGT… c…
    avant-gardiste sur Vocabulaire politiquement corr…
    Wasp sur Pourquoi la pénurie de logemen…
    Coin coin sur L’effet Hutchinson
  • Blogs amis

    Deborah  Deborah
    Marie BlandMarie Bland
    Michel Garroté
    Monde Info
    Dave
     Dave.new
    Naibed Élisa Naibed :  de moi, et (surtout) de féminisme
    YAHEL : NUEVA EUROPA Desde el presente miremos hacia el futuro
    Amiral Woland brèves 3.0
    Commissaire : APEX
    couLisa  LisaLisa
    a-fleur-de-vieA fleur de vie
    : Emploi et santé
    asturies.png Reconquista Redux

  • Rien que pour les images !

  • Citations

    "Les faits sont têtus; quels que soient nos souhaits, nos inclinations ou les voeux de nos passions, ils ne peuvent changer l'état de fait et la preuve." John Adams

    "Je regarde vraiment avec commisération la grande masse de mes concitoyens qui, lisant les journaux, vivent et meurent dans la croyance qu’ils ont su quelque chose de ce qui s’est passé dans le monde à leur époque." Thomas Jefferson

    "Dieu se rit des hommes qui se plaignent des conséquences des causes qu’ils chérissent." Bossuet

    "Une société qui abandonne un peu de liberté pour gagner un peu de sécurité ne mérite ni l'une ni l'autre et perd les deux." Benjamin Franklin

    "A fanatic is one who can't change his mind and won't change the subject." Winston Churchill

    "Les paroles qui ne sont suivies d'aucun effet sont comptées pour rien." Démosthène

    "Je crois d'un bon citoyen de préférer les paroles qui sauvent aux paroles qui plaisent." Démosthène

    "Ce n'est pas parce qu'on est nombreux à avoir tort que l'on a raison." Jean-Claude Devé

    "Les hommes croient ce qu'ils désirent." Jules César

    "Il y a en permanence un cinquième des gens qui sont contre." John F. Kennedy

    "Vous pouvez tromper tout le monde un certain temps. Vous pouvez même tromper quelques personnes tout le temps, mais vous ne pouvez pas tromper tout le monde tout le temps." Abraham Lincoln

    "Pousser en commun, mais non penser en commun." Marc-Aurèle

    "On peut aisément pardonner à l'enfant qui a peur de l'obscurité ; la vraie tragédie de la vie, c'est lorsque les hommes ont peur de la lumière." Platon

    "L'opinion est quelque chose d'intermédiaire entre la connaissance et l'ignorance." Platon

    "Les pays n’ont pas d’amis, mais des intérêts." Général de Gaulle

    "Il y a une immense distance entre un peuple libre se donnant à lui-même ses lois et un peuple désignant des représentants pour écrire des lois à leur place." Rousseau

    "Je veux dire qu’il est considéré comme démocratique que les magistratures soient attribuées par le sort et comme oligarchique qu’elles soient électives." Aristote

    "Le courage c'est de refuser la loi du mensonge triomphant, de chercher la vérité et de la dire." Jean Jaurès

    "La censure la plus efficace est l'abrutissement de la population mais aussi le fait de la mener vers des combats inutiles."
    The Thinker

    "On a trouvé, en bonne politique, le secret de faire mourir de faim ceux qui, en cultivant la terre, font vivre les autres."
    François-Marie Arouet, dit Voltaire

    "De prime abord, je ne crois jamais en ce que l'on me dit de façon péremptoire, je vérifie, et si je ne le peux pas, je réfléchis, je compare."
    Cevennevive

    "En politique, rien n’arrive par hasard. Chaque fois qu’un événement survient, on peut être certain qu’il avait été prévu pour se dérouler ainsi."
    Léon Trotsky

    "Nul n’est plus esclave que celui qui se croit libre sans l’être."
    Johann Wolfgang von Goethe

De la réforme constitutionnelle : un diagnostic

Posted by spqr sur lundi, 12 avril, 2010


Le thème que nous allons aborder dans ce billet et dans celui de la semaine prochaine peut sembler de prime abord particulièrement aride et rébarbatif : les règles constitutionnelles. Il est pourtant d’une importance capitale car il s’agit de repenser les « règles du jeu » du noyau central de l’appareil d’État.
 
Contester le ou les dirigeants en place alors que « le ver est dans le fruit », c’est-à-dire que l’application des règles constitutionnelles en vigueur génère « naturellement », mécaniquement pourrait-t-on dire, les abus que l’on critique, ne permet que de traiter les symptômes apparents du mal, non de guérir véritablement le malade.
 
Dans le domaine constitutionnel, rien n’est gravé dans le marbre. Une Constitution qui a répondu aux besoins et aux nécessités du pays en 1958 peut se révéler, malgré plusieurs modifications dont elle a fait l’objet, inadaptée 50 ou 60 ans plus tard, compte tenu de changements et d’évolutions liés à la nature de l’exercice du pouvoir. Et ce qui est souhaitable en 2010 ne le sera probablement plus en 2040 ou 2060…


Le présent billet s’efforce de présenter l’état des lieux, de brosser la situation constitutionnelle de la France en 2010, puis celui du 17 avril avancera quelques propositions de réformes et de modifications.
 
Par où commencer ?
 
En premier lieu, par définir le cadre de cette réflexion. Il existe de multiples pouvoirs dans la France d’aujourd’hui mais deux d’entre eux, bien que présents à toutes les époques, ont pris une importance croissante depuis 20 ou 30 ans : le pouvoir des médias d’une part, celui de la finance et des lobbies d’autre part.
 
Nous en traiterons dans de prochains billets pour nous concentrer aujourd’hui sur ce qui constitue l’apanage traditionnel du secteur public : les pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire.
 
Trois pouvoirs ?
 
« Lorsque, dans la même personne ou dans le même corps de magistrature, la puissance législative est réunie à la puissance exécutrice, il n’y a point de liberté… il n’y a point encore de liberté, si la puissance de juger n’est pas séparée de la puissance législative et de l’exécutrice. »
 
Près de 300 ans après avoir été formulée, l’affirmation de Montesquieu, reprise à l’article 16 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen, est plus que jamais d’actualité. Un rapide tour d’horizon de la situation des pouvoirs dans la France de 2010 va en révéler toute la pertinence.
 
Le pouvoir judiciaire
 
Le pouvoir judiciaire ? A-t-il jamais constitué un véritable pouvoir, au sens politique du terme ? Certes les magistrats du siège – les juges – sont indépendants et, dans l’immense majorité des cas, n’ont pour unique souci que d’appliquer correctement la loi au cas d’espèce qui leur est soumis.
 
Mais leur cadre d’action se rétrécit d’année en année : la multiplication des lois dans tribunal.jpgdes domaines de plus en plus pointus, les dispositions détaillées qu’elles contiennent, restreignent d’autant le pouvoir du juge. Ainsi, en matière pénale, l’obligation (pour certaines infractions) de prononcer des peines-plancher ou l’impossibilité de poursuivre certains délits (notamment en matière économique, ce que l’on appelle la « délinquance en col blanc »), compte tenu de règles de prescription favorables aux suspects, encadre singulièrement les prérogatives judiciaires.
 
Enfin, la tendance populiste et démagogique de certains politiques, surtout au plus haut niveau de l’État, d’utiliser les juges comme boucs émissaires, notamment dès que l’on touche aux questions liées à la sécurité, contribue à ne laisser au pouvoir judiciaire que des parcelles d’autorité.
 
Le pouvoir législatif
 
Le pouvoir législatif ? Aujourd’hui inféodé, dépendant, encadré par le pouvoir exécutif, comme l’écrivent de nombreux constitutionnalistes, il n’est plus que l’ombre de ce qu’il fut sous les Républiques précédentes.
 
Non seulement l’opposition parlementaire ne joue qu’un rôle de figuration (ce qui raymond_barre_a_l_assemblee_nationale.jpgpeut à la rigueur se concevoir car elle a, après tout, perdu les élections) mais la majorité parlementaire elle-même n’est plus, en règle générale et sauf exception aussitôt relevée par les médias, qu’une troupe de godillots, aux ordres des collaborateurs non élus de l’exécutif, notamment du secrétaire général de l’Élysée.
 
La récente affaire du bouclier fiscal en est une parfaite illustration : alors qu’une majorité plus ou moins silencieuse de députés UMP souhaite sa disparition, sa suspension ou son aménagement, l’entêtement de Sarkozy tient lieu de norme législative.
 
Le pouvoir exécutif
 
Venons-en au pouvoir exécutif. Il est aujourd’hui tout-puissant, plus qu’il ne l’a jamais été dans l’histoire de France, à l’exception peut-être des périodes de l’Empire. En ce sens, le parallèle entre Sarkozy et Badinguet est assez saisissant.
 
Cette toute-puissance a été renforcée par l’instauration du quinquennat et la soumission du calendrier parlementaire au calendrier présidentiel : on élit le Président et, dans la foulée, les députés, ce qui entraîne de façon quasi-automatique la coïncidence des majorités parlementaire et législative.
 
Par glissements successifs, nous nous trouvons ainsi aujourd’hui dans un régime « supra-présidentiel » : le Président peut dissoudre l’Assemblée pratiquement comme bon lui semble, maîtrise de facto l’ordre du jour du Parlement et nomme qui il veut, sans aucun contrôle parlementaire, aux plus hauts postes de la fonction publique. Il dispose ainsi de pouvoirs beaucoup plus étendus que ceux du Président des États-Unis.
 
De surcroît, au sein de l’exécutif, on observe également un phénomène de henri-guaino.jpgconcentration des pouvoirs : le gouvernement n’est plus que la courroie de transmission, la structure de mise en œuvre opérationnelle, d’ordres qui émanent directement de l’Élysée. La quasi-totalité des décisions est aujourd’hui prise par le Président assisté de ses conseillers qui, à la différence du gouvernement, ne sont pas responsables devant le Parlement.
 
Le résultat ? Monarchisation de la vie politique, banalisation d’une « culture de cour » popularisée par les médias pour lesquels la dissection des privilèges des courtisans tient lieu d’analyse politique (le monarque confisque le carrosse et les valets de ceux – et surtout celle – qui tombent en disgrâce ; voir également l’affaire Pierre Charon), nombrilisation des puissants… tous les ingrédients sont réunis pour que l’écart entre le pouvoir et le pays réel devienne un gouffre, jusqu’à l’explosion attendue. Ce phénomène a bien évidemment été aggravé par Sarkozy, « l’hyper-Président », mais le mal est inscrit dans les textes et perdurera, quel que soit le Président : on ne renonce pas volontairement à un pouvoir quasi-absolu qu’une interprétation un peu extensive des dispositions constitutionnelles permet d’exercer.
 
Il va donc être nécessaire de changer les textes, de les faire évoluer profondément. Comment ? Selon quelles modalités ? C’est ce que nous examinerons dans le billet de la semaine prochaine.
 

© La lettre du Lundi 2010


Source : La lettre du Lundi


Découvert sur : La lettre du Lundi


Remise en forme par spqr.


Additif par spqr :

notesNotes :


Autres articles sur le même sujet :

« Qu’est-ce que la démocratie ? » 


Articles complémentaires :

  « Comment contrer les lobbies de toute sorte et comment aller vers la démocratie » 


Publié par spqr le 11 Avril 2010

N.B. : si vous souhaitez écrire un commentaire, cliquez sur “commentaire(s)” ; l’e-mail est facultatif.

Une Réponse to “De la réforme constitutionnelle : un diagnostic”

  1. Lorie said

    Rappelez-vous comme l’on a bien travaillé les gens pour qu’ils n’aillent pas voter quand Jospin a proposé la réforme de l’assemblée !
     
    Je me félicite d’avoir été une des rares à dire non !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :