SPQR

Informations occultées par les médias – Actualité insolite – Politiquement Incorrect – Créer un vrai changement de politique : Instaurer la Démocratie.


  • READ THIS BLOG

    IN ENGLISH

    AUF DEUTSCH

    France Etats_Unis

    Israël Québec

    Canada

  • Commentaires récents

    Agencias de modelos… sur La revue de presse de SPQR…
    spqr sur La dispense de recherche …
    spqr sur La dispense de recherche …
    Anonyme sur La dispense de recherche …
    GIULIA sur La dispense de recherche …
    spqr sur La dispense de recherche …
    Baron sur La dispense de recherche …
    spqr sur Gauchistes en action
    Elgocho sur Gauchistes en action
    TEKA Plantin sur L’affaire du préservatif et Be…
    thierry sur Secrétaire général à la CGT… c…
    avant-gardiste sur Vocabulaire politiquement corr…
    Wasp sur Pourquoi la pénurie de logemen…
    Coin coin sur L’effet Hutchinson
  • Blogs amis

    Deborah  Deborah
    Marie BlandMarie Bland
    Michel Garroté
    Monde Info
    Dave
     Dave.new
    Naibed Élisa Naibed :  de moi, et (surtout) de féminisme
    YAHEL : NUEVA EUROPA Desde el presente miremos hacia el futuro
    Amiral Woland brèves 3.0
    Commissaire : APEX
    couLisa  LisaLisa
    a-fleur-de-vieA fleur de vie
    : Emploi et santé
    asturies.png Reconquista Redux

  • Rien que pour les images !

  • Citations

    "Les faits sont têtus; quels que soient nos souhaits, nos inclinations ou les voeux de nos passions, ils ne peuvent changer l'état de fait et la preuve." John Adams

    "Je regarde vraiment avec commisération la grande masse de mes concitoyens qui, lisant les journaux, vivent et meurent dans la croyance qu’ils ont su quelque chose de ce qui s’est passé dans le monde à leur époque." Thomas Jefferson

    "Dieu se rit des hommes qui se plaignent des conséquences des causes qu’ils chérissent." Bossuet

    "Une société qui abandonne un peu de liberté pour gagner un peu de sécurité ne mérite ni l'une ni l'autre et perd les deux." Benjamin Franklin

    "A fanatic is one who can't change his mind and won't change the subject." Winston Churchill

    "Les paroles qui ne sont suivies d'aucun effet sont comptées pour rien." Démosthène

    "Je crois d'un bon citoyen de préférer les paroles qui sauvent aux paroles qui plaisent." Démosthène

    "Ce n'est pas parce qu'on est nombreux à avoir tort que l'on a raison." Jean-Claude Devé

    "Les hommes croient ce qu'ils désirent." Jules César

    "Il y a en permanence un cinquième des gens qui sont contre." John F. Kennedy

    "Vous pouvez tromper tout le monde un certain temps. Vous pouvez même tromper quelques personnes tout le temps, mais vous ne pouvez pas tromper tout le monde tout le temps." Abraham Lincoln

    "Pousser en commun, mais non penser en commun." Marc-Aurèle

    "On peut aisément pardonner à l'enfant qui a peur de l'obscurité ; la vraie tragédie de la vie, c'est lorsque les hommes ont peur de la lumière." Platon

    "L'opinion est quelque chose d'intermédiaire entre la connaissance et l'ignorance." Platon

    "Les pays n’ont pas d’amis, mais des intérêts." Général de Gaulle

    "Il y a une immense distance entre un peuple libre se donnant à lui-même ses lois et un peuple désignant des représentants pour écrire des lois à leur place." Rousseau

    "Je veux dire qu’il est considéré comme démocratique que les magistratures soient attribuées par le sort et comme oligarchique qu’elles soient électives." Aristote

    "Le courage c'est de refuser la loi du mensonge triomphant, de chercher la vérité et de la dire." Jean Jaurès

    "La censure la plus efficace est l'abrutissement de la population mais aussi le fait de la mener vers des combats inutiles."
    The Thinker

    "On a trouvé, en bonne politique, le secret de faire mourir de faim ceux qui, en cultivant la terre, font vivre les autres."
    François-Marie Arouet, dit Voltaire

    "De prime abord, je ne crois jamais en ce que l'on me dit de façon péremptoire, je vérifie, et si je ne le peux pas, je réfléchis, je compare."
    Cevennevive

    "En politique, rien n’arrive par hasard. Chaque fois qu’un événement survient, on peut être certain qu’il avait été prévu pour se dérouler ainsi."
    Léon Trotsky

    "Nul n’est plus esclave que celui qui se croit libre sans l’être."
    Johann Wolfgang von Goethe

CO2 : arnaque et falsification par les écologistes

Posted by spqr sur jeudi, 11 mars, 2010

Au sujet des changements climatiques et du CO2, voici ce que vous pouvez lire un peu partout dans les médias depuis des années, par exemple :

« Nous avons des preuves établissant un couplage très étroit entre les niveaux de dioxyde de carbone (CO2) et le climat. »

« les niveaux actuels de CO2 sont sans précédent au cours des 800 000 dernières années »,
ou :
« les niveaux actuels de CO2 sont sans précédent depuis 15 millions d’années »,

« Il faut remonter au moins 15 millions d’années en arrière pour retrouver des niveaux de dioxyde de carbone aussi élevés qu’aujourd’hui… »

« La dernière fois que les niveaux de CO2 étaient apparemment aussi élevés qu’ils le sont aujourd’hui la température globale était supérieure de 3 à 6 °C par rapport à aujourd’hui, le niveau des mers était plus haut d’environ 25 à 40 mètres… »

Jusqu’à présent, ce ne sont que des constats, mais les phrases suivantes montrent où ils veulent en venir :

« Avant la révolution industrielle de la fin du XIXe siècle, le niveau de CO2 était d’environ 280 parties par million. Ce chiffre a très peu changé au cours des 1000 dernières années. Mais depuis la révolution industrielle, le niveau de CO2 s’est élevé et risque d’exploser si rien n’est fait pour inverser la tendance »,

Nous y voilà : manière d’insinuer, pour le lecteur non attentif, que la hausse du CO2 est due à la révolution industrielle, donc à l’industrie, donc à l’humain.
L’étape suivante est l’annonce des malheurs qui vont nous tomber dessus :

« Nous avons montré que cette augmentation spectaculaire du niveau de la mer est associée à une augmentation des niveaux de CO2 d’environ 100 ppm, un changement énorme. Ces données apportent la preuve que le CO2 pourrait être lié à des changements environnementaux, tels que les changements dans l’écosystème terrestre, la distribution des glaces, le niveau des mers et l’intensité de la mousson. »

Et cela pourrait être encore pire que le pire :

« Certaines projections montrent que les niveaux de CO2 pourraient atteindre 600 ou même 900 ppm durant le siècle prochain si aucune mesure n’est prise pour réduire les émissions. »

« Vite ! Il y a urgence ! Il faut prendre des mesures ! »

Une propagande bien rôdée, jouant à la fois sur l’ignorance, la peur, et si cela ne suffit pas, dénigrement, intimidations et menaces contre ceux qui oseraient leur apporter la contradiction.

« Vite, nous n’avons pas le temps de réfléchir. Réduisons d’ugence nos émissions de CO2 » : voilà à quoi cherchent à nous pousser les écologistes, complaisamment relayés par les médias.

Loin du « consensus » claironnés par les médias, la plupart des climatologues (c’est tout de même la science en première ligne dans ce débat) sont en désaccord avec les affirmations des écologistes. Mais les scientifiques interrogés, même s’ils pourraient en dire plus, se gardent bien d’aller plus loin, à part quelques courageux qui n’ont rien à perdre, tels Claude Allègre ou le regretté Marcel Leroux. L’ambiance est telle que plus aucun ne se risque à contester la thèse officielle du réchauffement climatique causé par le CO2 émis par les activités humaines. Le faire est risquer de mettre fin à sa carrière, à son avancement, de se voir couper les crédits (la recherche n’est permise que si les résultats sont ceux désirés), refuser de publication ou d’édition, voire même, si ce déchaînement continue, interdire d’enseignement.

Ici, ce n’est pas le cas, nous ne sommes soumis à aucune de ces contraintes, et nous nous permettrons d’examiner librement sans nous occuper du scientifiquement correct ambiant :

il y a un scientifiquement correct comme il existe un politiquement correct, et pas seulement dans le domaine du réchauffement climatique : certaines recherches ne sont subventionnées, voire même tout simplement autorisées, que si leurs résultats vont dans le sens désiré par les payeurs. Cela est évidement contraire à la notion même de science.

Les phrases alarmistes que nous avons citées plus haut au début de l’article sont-elles fausses ? Non ! Tout cela est parfaitement exact ! Mais… il y a un gros MAIS 🙂

D’après les mesures sur les taux de CO2 et les températures estimées sur les 15 derniers millions d’années, il semble bien qu’il y ait corrélation[1] entre la température et le taux de CO2.

Variations comparées CO2 et t°C depuis 600 000 ans

Voici une courbe typique représentant les variations du taux de CO2 atmosphérique (en bleu) et une donnée (en noir) équivalente à la température (en termes de variations de température -440-> -8°C et -380 -> +4°C), durant les 600 000 dernères années. Les deux grandeurs varient de la même façon (lire nos notes sur la signification de corrélation. Mais y a-t-il corrélation ? Oui, l'analyse confirme qu'il y a bien une corrélation mais, vous allez le lire plus bas, pas dans le sens qu'essaient de vous faire croire les écologistes.

Variations comparées CO2 et t°C depuis 400 000 ans

Le même type de graphique, sur 400 000 ans cette-fois, températures (en bleu) et CO2 (en rouge) juxtaposées. C'est avec ce type de résultats que le GIEC a bâti ses fameuses courbes en crosse de hockey (lire plus bas).

Variations comparées CO2 et t°C depuis 450 000 ans

Un graphique très ennuyeux pour les écolos du GIEC : présentons maintenant les deux courbes, températures (en bleu) et CO2 (en rouge) superposées. Ce n'est pas bien visible partout sur le graphique mais les tableaux de données chiffrées sont formels : la hausse du CO2 suit et non précède la hausse des températures avec un décalage de 800 ans.

Et enfin, y a-t-il relation de cause à effet ? Oui, il y a relation de cause à effet : la hausse du CO2 est due à la hausse des températures, avec retard. Inversement, quand la température baisse, le taux de CO2 baisse, toujours avec beaucoup de retard.

Quelle est la cause ? Quand la température baisse, les océans dissolvent davantage de CO2 (plus l’eau est froide, plus elle absorbe de CO2). Les plus grands réservoirs de la Terre en CO2 sont les océans.
Inversement, quand la température monte, comme c’est le cas depuis 1830, date de la fin du petit âge glaciaire, les océans, avec retard, se mettent à dégazer du CO2 et c’est ce qu’on observe en ce moment.

Donc la hausse du CO2 n’est pas la cause du réchauffement mais l’effet. De plus, la quantité de CO2 émis par les activités humaines sont absolument négligeables par rapport à la quantité émise par les océans. Ce CO2 d’origine humaine est même encore plus faible que ce que crachent chaque année les volcans.

Donc, il ne sert absolument à rien de vouloir réduire nos émissions de CO2 ; l’humain ne peut rien contre les variations climatiques (dont les causes sont un autre sujet).

Falsification : les écologistes ont falsifié les données scientifiques pour vous faire croire que le réchauffement climatique était dû à une hausse du CO2 alors que c’est l’inverse : c’est le réchauffement – non causé par l’homme  – qui provoque la hausse du CO2.

Falsification : les écologistes ont falsifié les données scientifiques pour vous faire croire à un réchauffement climatique dû au CO2 dégagé par les activités humaines.

Propagande : le but de cette falsification depuis 20 ans est de vous faire croire qu’il suffirait que l’homme dégage moins de CO2 pour que la température baisse.

Arnaque : le but de cette propagande est de vous arnaquer en vous imposant encore plus, en vous taxant encore plus, sous le faux prétexte de vous inciter à dégager moins de CO2. Soyez sans crainte : les très riches, les grosses entreprises et les multinationales ont déjà fait ce qu’il faut pour y échapper.
Ceux qui vont trinquer, ce seront les citoyens, les petits, les moyens, les pauvres et les petites et moyennes entreprises.

Cette campagne contre les émissions de CO2 par l’humain abouti à des paradoxes  : depuis 2008, les voitures Diesel émettant moins de CO2 que les voitures à essence sont considérées comme « propres », « vertes » et bénéficient d’un « bonus écologique », alors que celles à essence sont considérées comme moins écologiques et ne bénéficient pas de bonus, voire même sont frappées d’un « malus écologique ». D’où cette prolifération des véhicules Diesel.

Or les gaz d’échappement du Diesel sont plus polluants, à cause de leurs fines particules cancérigènes, que ceux des moteurs à essence. Bravo et merci, les écolos.


Additif :

notesNotes :

[1] Qu’est-ce qu’une corrélation ? Pour ceux qui n’ont jamais fait de statistique :
Soit deux variables (deux ensembles de mesures). Supposons qu’il semble qu’il y ait une relation entre les deux ; ici deux cas :
– la relation peut-être fortuite : les variables sont indépendantes,
– la relation n’est pas fortuite, il y a une probabilité significative qu’elle soient liées : on dit que ces variables sont corrélées, qu’il y a corrélation.

Exemple de corrélation entre deux variables x et y :

 
Exemple concret sur un échantillon de garçons et un échantillon de filles :

Corrélation entre le poids et la taille pour les garçons1. Corrélation entre le poids et la taille pour les garçons.

On constate une augmentation du poids avec la taille (corrélation positive) : les garçons les plus grands sont généralement les plus lourds.
Mais la dispersion des points est assez grande: la corrélation est assez faible.

 
Corrélation entre le poids et la taille pour les filles2. Corrélation entre le poids et la taille pour les filles.

On ne constate pas de relation entre du poids et la taille (abscence de corrélation): le poids des filles est pratiquement indépendant de leur taille (les filles les plus grandes sont donc les plus minces). Il n’y a pas de corrélation.

 
Autres exemples de corrélation :
– entre la taille des parents et la taille des enfants : des parents de petite taille ont tendance à avoir des enfants petits, des parents de grande taille ont tendance à avoir de grands enfants.

Corrélation ne veut pas dire relation de cause à effet : Une bonne corrélation entre deux grandeurs peut révéler une relation de cause à effet entre elles, mais pas nécessairement ; exemples :

1. Si on compare la durée de vie des individus à la quantité de médicaments pour le coeur qu’ils ont absorbée, on observera probablement une corrélation négative. Il serait imprudent de conclure que la prise de médicaments pour le coeur abrège la vie des individus (en fait, dans ce cas, la corrélation est l’indice d’une cause commune : la maladie de coeur).

2. Depuis une dizaine d’années, la taille de mon fils cadet, né en 1999, est très bien corrélée avec la puissance de calcul des ordinateurs personnels. Cette excellente corrélation ne révèle bien évidemment aucune relation de cause à effet, ni cause commune : l’augmentation de taille de mon fils n’est pas due à l’augmentation de puissance des ordinateurs et l’augmentation de puissance des ordinateurs n’est pas due à la croissance de mon fils.

L’existence d’une corrélation, aussi bonne soit elle, n’est jamais la preuve d’une relation de cause à effet.

Inversement, dans l’exemple de la taille des parents, il y a en effet une relation de cause à effet (l’hérédité joue un rôle dans la taille).

Pour compléter le sujet : DES STATISTIQUES ET DES HUMAINS


[2] Présentons à nouveau les fameuses courbes diffusées par le GIEC, le Groupe Intergouvernemental pour l’Etude du Climat (IPCC en anglais, qui, rappelons-le n’est pas un organisme scientifique mais une sorte d’ONG dépendante de l’ONU, composée de politiciens, de diplomates, de quelques scientifiques payés pour la cause et… de beaucoup d’affairistes🙂 Ce sont ces courbes, constamment reprises par les écologistes et les médias qui sont à l’origine de la légende du réchauffement climatique causé par le CO2 dégagé par les activités humaines :


courbe_giec_co2

Variation de la proportion de CO2 dans l'atmosphère en fonction du temps, de l'an mille à nos jours

</div

courbe_crosse_de_hockey_giec

Evolution de la température en fonction du temps.
Cette seconde courbe, dite en crosse de hockey, est la plus célèbre : c'est celle que les écologistes vous ressortent constamment.
Remarquez la partie contemporaine en rouge, destinée à suggérer la planète en flammes ; regardez donc l'échelle des températures : elle s'étend sur 2 °C seulement et cette montée de la température représente à peine 1°C.


courbe_crosse_de_hockey_giec_avec_incertitude.

Evolution de la température en fonction du temps avec marge d'incertitude en jaune.
Si on considère la marge d'incertitude - en jaune sur le graphique, cette montée en température devient-elle vraiment inquiétante ?

Optimum médiéval et petit âge glaciaire

La vraie courbe : le GIEC a délibérément gommé l'optimum médiéval et le petit âge glaciaire pour produire les courbes présentées plus haut. Ceci pour faire croire à une hausse brutale et sans précédent des températures depuis la fin du XIXe siècle

Les écologistes du GIEC ont falsifié les données, truqué les courbes. Pour présenter de soi-disant « résultats », ils ont retenu les données qui allaient dans le sens d’un réchauffement causé par l’homme et délibérémment écarté les données qui allaient en sens contraire (un bon exemple en est la falsification des données fournies par les carottages glaciaire, mais ce serait trop long à exposer ici).

Pour plus d’explications sur cette fameuse courbe « en crosse de hockey » du GIEC, lire l’article sur SPQR : Réchauffement global : Les chiffres truqués

Publié par spqr le 11 Mars 2010

N.B. : si vous souhaitez écrire un commentaire, cliquez sur “commentaire(s)” ; l’e-mail est facultatif.

10 Réponses to “CO2 : arnaque et falsification par les écologistes”

  1. pat said

    Bravo pour cet exposé clair et très pédagogique, c’est brillant et démonstratif. Les membres du GIEC vont peut-être devenir un peu moins arrogants.
    Il est temps de redonner de l’espoir à ceux qui croient en la Science, c’est vrai que dans cette lamentable affaire, les scientifiques ont été un peu pris pour des rigolos.
    C’est bien dommage, car ils ont du mérite.

  2. commissaire said

    Salut SP !
      
    Je me rappelle lors de la sortie du film d’Al Gore mon émotion face à ces pronostics catastrophiques, et être parti dans un mini délire pro-écolo, mais ça c’était avant de m’informer un peu plus sur la question.
      
    L’autre soir, sur France 2 il y a eu ce reportage sur « le jeu de la mort » qui était une reproduction de cette expérience des années 60 démontrant comment « Monsieur ou Madame Tout-le-monde » apparemment totalement normaux, comme vous et moi, pouvaient, sous l’influence d’une autorité, dans les années 60 il s’agissait d’hommes en blouses blanches (des scientifiques), et aujourd’hui d’un studio de télé et de présentateurs célèbres, donc sous cette influence pouvaient s’en remettre totalement à l’autorité représentée et tourner le dos au valeurs morales quie dans une situation normale les contraindraient à arrêter l’expérience.
    Cela avait d’ailleurs à l’époque soulevé beaucoup de questions sur le manque de réaction ou sur le manque d’opposition du peuple allemand pendant la guerre alors qu’ils étaient parfois les témoins muets d’attrocités. Mais bon, mon commentaire n’est pas là pour parler de cette époque, mais d’aujourd’hui, et sur l’influence que peut avoir les médias sur la population.
      
    L’année dernière, j’ai été d’ailleurs agréablement surpris de voir que le peuple ne se soit pas laissé autant influencer par ces médias, et ça surtout quand on lui laisse le temps de réfléchir à la question. Nous avons pu le voir avec le flop de la psychose sur la grippe AH1N1 qu’on voulut lancer, je pense sous l’influence pressante des labos pharmaceutiques voire peut-être même de simple spéculateurs financiers, les politiques, relayé par les médias.
    Très vites, les gens ont pu se rendre compte que cette pseudo paendémie était un pétard mouillé et que bien qu’elle soit moins facilement transmissible d’une personne à l’autre, la grippe saisonnière faisait à elle seule plus de victimes que la grippe aviaire ne l’avait fait depuis sa découverte.
      
    Cependant, il faut reconnaitre que l’écologie a le vent en poupe, et les résultats des élections régionales de ce week-end en France, le démontre de nouveau.
    Pour en revenir au film de Gore et cette fameuse courbe en crosse de hockey, j’avais par la suite lu un article reprennant cette fameuse courbe, mais cette fois y compris les marges d’erreur des milliers d’années qui ont précédé les époques modernes où l’on a commencé à répertorier les courbes de températures et donc avoir des valeurs plus précises. La fameuse crosse de hockey n’est plus aussi extraordinaire qu’elle n’y paraîit sans ça finalement !
      
    Il y a environ 15 jours, il y a eu un débat sur France 2 encore avec Claude Allègre (C.A.) face à ses détracteurs… si je ne suis pas à 100% en accord avec les propos de C.A. surtout sur la question des OGM ou du nucléaire, j’ai été tout de même estomaqué par la virulence de ses détracteurs et surtout sur une « apparemment » scientifique qui faisait une fixation sur la question du CO2 et de sa cause sur le réchauffement climatique. Pour elle en tout cas, la messe était dite et il ne fallait plus y revenir et toute personne déclarant le contraire devait être « enfermée ».

    De ce débat et des déclaration de C.A., j’en ai tout de même retiré la chose suivante. De savoir si le CO2 est responsable ou non du réchauffement climatique ou non, personne ne peut véritablement l’affirmer aujourd’hui car il reste des zones de doutes raisonnables que malheureusement certains scientifiques à la solde de politiques ont fait abstraction. Le problème du CO2 c’est que c’est l’arbre qui cache la forêt et que les gens sont tellement fixés là-dessus qu’on oublie de regarder la question de la pollution des sols, que l’on oublie la question de la déforestation, des élevages intensifs, de la viande ou du poisson qui deviennent aussi toxique pour santé que le poulet aux hormones etc…
      
    Dans un article que j’ai publié sur mon blogue (http://commissaire.wordpress.com/2010/02/19/le-giec-sur-la-sellette-manipulation-ou-faille-dans-son-omniscience/)je citais un scientifique dont je ne me souviens hélas pas le nom qui faisait une remarque tellement pertinente au début d’une émission de la radio suisse romande et qui disait :
    « Quelque soit la nature d’un sujet scientifique, quand on vous dit que ce sujet scientifique est réglé, qu’il n’y a plus besoin d’y regarder, que les solutions sont connues et qu’il y a plus lieu à débat, inquiétez-vous, c’est que vous êtes en train d’approcher du dogme ou de la religion mais pas de la science. »
      
    C’est ce que font les écolos d’aujourd’hui.
      
    En conclusion et en ce qui me concerne…
    OUI il faut protéger la nature car c’est gràce à elle que l’on respire et que l’on peut vivre, mais NON pas à n’importe quel prix.
    OUI il faut réduire la pollution de l’homme et sa soif de toujours plus, mais NON il ne faut pas interdire aux autres peuples en voix de développement le modernisme, le confort et le bien vivre que nous avons acquis en occident sous prétexte que ça pollue.
    OUI il faut être plus respectueux de notre environnement, parce que la terre et la nature se relèveront toujours des misères que nous leur faisons subir, à moins de faire tout sauter, planète comprise, mais polluer notre environnement c’est scier la branche sur laquelle nous sommes assis, et laisser en héritage à nos enfant un monde sans avenir, et donc NON ça n’est pas sur le dos des plus faibles et à coup de taxes que nous pourrons construire une société propre et ça n’est pas en taxant les classes moyennes qui n’ont aucun choix devant eux ou en stoppant le développement du tiers monde que nous pourrons le sauver.
      
    Le CO2 n’est qu’une goutte d’eau dans toute l’histoire de l’humanité et de la terre, et nous perdons beaucoup de temps d’argent et d’énergie sur un seul sujet alors qu’il faudrait attaquer la question de la pollution et de l’environnement sur plusieurs front à la fois, et le CO2 suivra.
      
    Enfin c’est ce que je pense !
      
    Commissaire

  3. Dave said

    Très bon travail de réinformation !! A diffuser d’urgence

  4. XaG said

    Quel tissu d’âneries !
    Aucun fondement scientifique dans cette prétendue démonstration des soi-disant « falsifications des écologistes du GIEC » !
    Pour les quelques citoyens de bonne foi égarés sur ce site à l’éthique douteuse, je recommande l’excellent livre de Sylvestre HUET : « L’imposteur, c’est lui – Réponse à Claude Allègre » (Stock) qui démonte point par point les arguments scabreux de ce triste sire. En résumé : sa démarche n’est pas scientifique, il est de mauvaise foi et plus encore, malhonnête.
    A bon entendeur…

  5. Naibed said

    XaG a dit : « ..[agaga].. d’âneries ..[agaga].. fondement ..[dans le cul?]..bonne foi ..[agaga]..éthique douteuse ..[agaga].. excellent ..[agaga].. Sylvestre HUET ..[agaga].. imposteur ..[agaga].. arguments scabreux ..[agaga].. pas scientifique..[oinñÑ] »

    Hébé ! M’a l’air ben excité, ce petit schtroumpf-là ! Tout bleu de colère parce qu’on lui casse son beau jouet!

    Zéro connaissance, zéro réflexion et zéro argument pour notre petit schtroumpf qui trépigne d’hystérie, incapable de faire autre chose que nous balancer sa « morale » à deux balles dont on n’a rien à foutre, et notamment incapable d’opposer un SEUL argument rationnel à l’encontre de l’exposé clair et limpide fourni ci-dessus.

    Commençons d’abord par rappeler au p’tit schtroupf XaG que l’objet de cet article n’est pas ici de juger, en bien ou en mal, du degré de pertinence des écrits d’Allegre (ni d’ailleurs de celle – réelle ou supposée – des « critiques » que lui adresse le sieur Huet), mais bien du contenu du billet ci-dessus.

    Ensuite, signalons au p’tit schtroupf XaG, qui aime bien s’abriter derrière des références foireuses, que son journaleux « Sylvestre Huet » de Libé (bonjour la « référence »), tout comme son alter-ego Stéphane Foucart du journal le Monde (idem !), pourraient certainement eux-mêmes en remontrer en termes de mauvaise foi, de malhonnêteté et d’absence d’objectivité – ne disons même pas scientifique, mais simplement journalistique à quiconque, car ce sont des champions du genre !

    Polémique Courtillot : lettre ouverte à deux camarades journalistes

    Enfin, terminons par un conseil judicieux au petit schtroumpf: retourne jouer dans ton bac-à-sable, petit coco, …et laisse parler les grandes personnes !

  6. Lecteur averti said

    Je n’ai jamais lu un tel ramassis de désinformation et de scepticisme.
    La hausse de température entraîne la hausse de CO2 ? VRAI
    La baisse de température entraîne la baisse de CO2 ? VRAI
    Il ne sert à rien de diminuer votre consommation de CO2 ? Bien sûr que si !
    Il serait contrairement crétin de penser le contraire.
    L’augmentation de l’un entraîne l’augmentation de l’autre. Explication : + de CO2 => Températures plus hautes. *
    Température plus hautes=>moins de « recyclage du CO2 » (vous l’avouez vous-même)
    hausse du taux de CO2 dans l’air=>Températures plus hautes… etc.

    Vous n’aurez normalement aucunes difficultés pour trouver des SCIENTIFIQUES qui attestent de la justesse de ce raisonnement.

    *Si pour ça il vous faut une explication… c’est du niveau collège en SVT.

    D’où tirez-vous vos conclusions ? Avez-vous ne serait-ce que quelques notions en sciences du vivant ou en géosciences ?

  7. Humble lecteur said

    De toute évidence, vous n’avez pas lu l’article.
      
    Dans cette histoire du réchauffement climatique soi-disant causé par le CO2 d’origine humaine, nous sommes aujourd’hui dans le domaine de la FOI.
      
    Contre une FOI aucun argument scientifique, aucune démonstration si bien étayée qu’elle soit ne réussira à vous convaincre.

  8. sheep said

    Bonjour,

    Tout d’abord je tiens à dire que je ne suis pas d’accord avec certaines idées de cet exposé. Certes, certains climato’ politico’, écolo’ en rajoutes beaucoup, mais le problème du réchauffement de notre planète est réel pour moi.

    Lors de ton exposé sur le réchauffement climatique des derniers millénaires, tu as oublié d’exposer les phénomènes astronomiques qui étaient à l’origine de ces grandes fluctuations thermiques environ tous les 100 000 ans (paramètres de Milanković).

    De plus je rajouterais comme info que les courbes de températures sont beaucoup moins fiables que les courbes de variations des concentrations en Co2 mesurées dans les glaces.
    Regardes aussi du côté de l’isotope radioactif de l’oxygène (O18) qui te donneras de nouvelles courbes de tendances sur les cycles de 100 000 ans.

    Ensuite sur les effets Co2.
    Certes il est dit que les végétaux utilisent le Co2 atmosphérique pour leur croissance, fabrication tissulaire, mais ils en rejettent aussi. J’ajouterais que les « arbres » ne sont pas la meilleur arme sur Terre pour piéger le CO2, en effet la plus grande partie du Co2 atmosphérique est dissous dans les océan et consommé par une multitude d’organismes (phyto/zoo plancton, coraux, coquillages…) afin de fabriquer leur exosquelette (carbonate de calcium).
    Cependant, le réchauffement climatique provoque 2 phénomènes néfastes pour ces organismes ;
    L’augmentation de la température atmosphérique, ainsi que l’impacte plus important des rayonnements solaires provoquent une montée de la température moyenne des océans
    La dissolution plus rapide et plus forte du CO2 dans les océans par rapport à la consommation de celui-ci par les organismes, provoque une acidité accrue (baisse du pH) de l’eau des océans. Empêchant ainsi ces organismes d’utiliser le carbone comme éléments de base de leur exosquelette.
    Résultats, leur population décline et le Co2 n’est plus piégé, et le piège Océan devient complet en Co2 dissout et relargue.

    Autre info : Lors de certaines périodes terrestres (ex : Carbonifère), grandes quantités de Carbone atmosphérique a été « piégé » dans les sols (sous forme de pétrole, charbon, gaz…) et que faisons nous aujourd’hui ? Nous extrayons ces bassins de carbone et autres pour les remettre dans l’atmosphère, sans aucun contrôle !

  9. Anonyme said

    Par Oxera:
    L’inanité de Copenhague
    La conférence de Copenhague, que je préfère appeler le « Concile de Copenhague » a été initiée sur la base de deux axiomes:
    1 : Le réchauffement climatique,
    2 : L’influence du CO2 anthropique sur le climat.
    Ces deux axiomes sont, pour le GIEC, parole d’évangile, et les résultats qu’il se doit d’obtenir ne peuvent qu’aller dans le sens de ces « vérités premières ». De là à penser que les « recommandations aux décideurs » émises par les rapports du GIEC sont quelque peu « orientées », il n’y a pas loin.
    Je n’accuse certainement pas les vrais scientifiques d’avoir truqué leurs résultats, mais leurs conclusions ont été passées au filtre politique du GIEC
    et, comme chacun sait, la Science et la politique font rarement bon ménage.
    Je suis moi même de formation scientifique (mathématiques) et je n’imagine pas faire valider un théorême que j’aurais découvert par une quelconque autorité politique.
    Des précédents ont existé dans l’histoire : Galilée et l’inquisition, mais plus récemment le refus de découvertes majeures en Allemagne hitlérienne ou en Russie stalinienne.
    Mais revenons à nos axiomes.
    Un axiome, par définition, est une vérité non démontrée et non démontrable qui sert à jeter les bases du développement d’une théorie cohérente.
    Il suffit de changer d’axiome pour obtenir des développements différents répondant à une approche différente.
    Le danger, en politique est que les axiomes deviennent des dogmes, et c’est la raison pour laquelle je préfère parler de « Concile », plutôt que de « Conférence » de Copenhague.
    On nous fait, depuis des années, un battage (ou un endoctrinement) médiatique fondé sur les deux axiomes cités plus haut. Ces deux axiomes sont devenus des dogmes, au même titre que des dogmes religieux, auquels il est impératif de croire sous peine de se voir traiter de « négationniste », terme qui a une certaine connotation, vous en conviendrez.
    Le plus grave étant que nos propres enfants, à l’école, se voient asséner ces « vérités », à un âge où leur esprit critique et leurs facultés d’analyse ne leur permettent pas de prendre une quelconque distance.
    Ceci rappelle furieusement les jeunesses hitlériennes ou les komsomols soviétiques.
    Revenons à nos axiomes.
    – Le réchauffement climatique :
    Absolument pas démontré, et, quand bien même serait il réel, il ne serait que l’un des multiples épisodes de ce genre que la Terre a vécu au cours des millénaires passés et consécutif à des évolutions naturelles.
    Il faut en plus noter que les périodes chaudes ont constitué un bienfait pour les hommes qui les ont vécues.
    – Le CO2 anthropique :
    Il représente un pet de lapin dans l’océan du CO2 naturel.
    Par ailleurs, l’élévation du taux de CO2 dans l’atmosphère est une bénédiction pour la croissance des plantes, entre autres des céréales dont nous avons besoin pour nous nourrir. Encore un bienfait pour l’homme.
    Quelles conclusions pouvons nous tirer?
    La conférence de Copenhague a échoué, certes, mais sur quelles bases?
    Des bases essentiellement politiques, fondées sur des principes et des exigences économiques divergentes entre états, et certainement pas sur des bases scientifiques biaisées par les organismes gouvernementaux qui prétendent s’y référer.
    En ce qui me concerne, je considère l' »échec » de cette conférence comme un grand succès, mais malheureusement pas pour les bonnes raisons.
    Le réchauffement climatique n’est pas prouvé.
    Les efforts, extrêmement coûteux, pour réduire les emissions de CO2, sont totalement inutiles.
    Le versement d’indemnités aux pays en voie de développement, au titre de ce que les pays développés « leur ont fait subir » en matière de « dégradation climatique » est totalement injustifié.
    Et qui va payer? Vous et moi bien sûr!

  10. Pat said

    L’écologie était d’abord une science (logie, du grec logos), ensuite un parti politique et maintenant une religion. Qui dit religion dit dogmes et la religion est l’ennemie de la raison et de la science. L’écologie n’est plus un débat scientifique. Mais même les scientifiques sont de moindre qualité. La science est devenue un monde ou seule compte de pouvoir publier, même n’importe quoi. Où les scientifique se plantent des couteaux dans le dos. Le peuple voit les scientifiques comme des gens honorables mais il n’est rien depuis que la finance à mis son nez dans la science.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s