SPQR

Informations occultées par les médias – Actualité insolite – Politiquement Incorrect – Créer un vrai changement de politique : Instaurer la Démocratie.


  • READ THIS BLOG

    IN ENGLISH

    AUF DEUTSCH

    France Etats_Unis

    Israël Québec

    Canada

  • Commentaires récents

    Agencias de modelos… sur La revue de presse de SPQR…
    spqr sur La dispense de recherche …
    spqr sur La dispense de recherche …
    Anonyme sur La dispense de recherche …
    GIULIA sur La dispense de recherche …
    spqr sur La dispense de recherche …
    Baron sur La dispense de recherche …
    spqr sur Gauchistes en action
    Elgocho sur Gauchistes en action
    TEKA Plantin sur L’affaire du préservatif et Be…
    thierry sur Secrétaire général à la CGT… c…
    avant-gardiste sur Vocabulaire politiquement corr…
    Wasp sur Pourquoi la pénurie de logemen…
    Coin coin sur L’effet Hutchinson
  • Blogs amis

    Deborah  Deborah
    Marie BlandMarie Bland
    Michel Garroté
    Monde Info
    Dave
     Dave.new
    Naibed Élisa Naibed :  de moi, et (surtout) de féminisme
    YAHEL : NUEVA EUROPA Desde el presente miremos hacia el futuro
    Amiral Woland brèves 3.0
    Commissaire : APEX
    couLisa  LisaLisa
    a-fleur-de-vieA fleur de vie
    : Emploi et santé
    asturies.png Reconquista Redux

  • Rien que pour les images !

  • Citations

    "Les faits sont têtus; quels que soient nos souhaits, nos inclinations ou les voeux de nos passions, ils ne peuvent changer l'état de fait et la preuve." John Adams

    "Je regarde vraiment avec commisération la grande masse de mes concitoyens qui, lisant les journaux, vivent et meurent dans la croyance qu’ils ont su quelque chose de ce qui s’est passé dans le monde à leur époque." Thomas Jefferson

    "Dieu se rit des hommes qui se plaignent des conséquences des causes qu’ils chérissent." Bossuet

    "Une société qui abandonne un peu de liberté pour gagner un peu de sécurité ne mérite ni l'une ni l'autre et perd les deux." Benjamin Franklin

    "A fanatic is one who can't change his mind and won't change the subject." Winston Churchill

    "Les paroles qui ne sont suivies d'aucun effet sont comptées pour rien." Démosthène

    "Je crois d'un bon citoyen de préférer les paroles qui sauvent aux paroles qui plaisent." Démosthène

    "Ce n'est pas parce qu'on est nombreux à avoir tort que l'on a raison." Jean-Claude Devé

    "Les hommes croient ce qu'ils désirent." Jules César

    "Il y a en permanence un cinquième des gens qui sont contre." John F. Kennedy

    "Vous pouvez tromper tout le monde un certain temps. Vous pouvez même tromper quelques personnes tout le temps, mais vous ne pouvez pas tromper tout le monde tout le temps." Abraham Lincoln

    "Pousser en commun, mais non penser en commun." Marc-Aurèle

    "On peut aisément pardonner à l'enfant qui a peur de l'obscurité ; la vraie tragédie de la vie, c'est lorsque les hommes ont peur de la lumière." Platon

    "L'opinion est quelque chose d'intermédiaire entre la connaissance et l'ignorance." Platon

    "Les pays n’ont pas d’amis, mais des intérêts." Général de Gaulle

    "Il y a une immense distance entre un peuple libre se donnant à lui-même ses lois et un peuple désignant des représentants pour écrire des lois à leur place." Rousseau

    "Je veux dire qu’il est considéré comme démocratique que les magistratures soient attribuées par le sort et comme oligarchique qu’elles soient électives." Aristote

    "Le courage c'est de refuser la loi du mensonge triomphant, de chercher la vérité et de la dire." Jean Jaurès

    "La censure la plus efficace est l'abrutissement de la population mais aussi le fait de la mener vers des combats inutiles."
    The Thinker

    "On a trouvé, en bonne politique, le secret de faire mourir de faim ceux qui, en cultivant la terre, font vivre les autres."
    François-Marie Arouet, dit Voltaire

    "De prime abord, je ne crois jamais en ce que l'on me dit de façon péremptoire, je vérifie, et si je ne le peux pas, je réfléchis, je compare."
    Cevennevive

    "En politique, rien n’arrive par hasard. Chaque fois qu’un événement survient, on peut être certain qu’il avait été prévu pour se dérouler ainsi."
    Léon Trotsky

    "Nul n’est plus esclave que celui qui se croit libre sans l’être."
    Johann Wolfgang von Goethe

La réforme dont l’ONU a besoin

Posted by spqr sur lundi, 26 octobre, 2009

Chaque Etat doit promouvoir ses intérêts en fonction du bien commun

La réforme dont nécessite l’ONU pour ne pas perdre de son importance concerne la manière dont sont prises les décisions au sein de l’organisation internationale et passe par la volonté politique de chaque Etat membre de promouvoir ses propres intérêts en fonction du bien commun mondial.

C’est ce qu’a affirmé l’observateur permanent du Saint-Siège auprès des Nations unies à New York, Mgr Celestino Migliore, qui est intervenu mardi aux micros de Radio Vatican, à l’occasion de l’ouverture des travaux de la 64ème session de l’assemblée générale de l’ONU qui rassemble à New York 130 chefs d’Etat et de gouvernement et dont le débat général est prévu du 23 au 30 septembre 2009. 

Dans cet entretien, le représentant du Saint-Siège affirme qu’« il existe, indubitablement, la perception inquiète que sans une réforme précise de son mode de décision l’ONU pourrait glisser vers une dangereuse perte d’importance ».

Le problème, souligne-t-il, « n’est pas de trouver des solutions techniques et institutionnelles adéquates, car bien au contraire : les propositions sages et efficaces abondent! ». 

Pour Mgr Migliore, « la question réside dans la volonté politique de chaque Etat membre de l’organisation, en particulier de ceux qui y exercent une plus grande influence politique, économique, militaire ou démographique, de savoir oser, autrement dit d’avoir l’audace de promouvoir ses propres intérêts nationaux dans le contexte et en fonction de la promotion du bien commun mondial » . 

« Il faut faire des organisations internationales un lieu non de répartition du pouvoir, mais d’attention et de réponse efficace aux problèmes des populations », souligne-t-il. 

La nécessité d’une réforme de l’organisation mondiale a également été soulignée par le nouveau président de l’assemblée générale de l’ONU, l’ancien ministre libyen Ali Treki, au début du débat général annuel des Nations unies, mardi dernier. 

« L’assemblée générale, qui représente le monde entier, a rencontré des obstacles sur son chemin ; elle n’a pu s’élargir ou faire valoir ses résolutions », a reconnu Ali Treki.

« Les Nations unies doivent se réformer, récupérer leur légitimité internationale et faire en sorte que l’on écoute leur voix et applique leurs résolutions », a-t-il déclaré. 

Ali Treki pense que les Nations unies sont la voie vers un meilleur avenir, où les personnes de toute race, toute religion et culture doivent coopérer. 

Concernant la réforme institutionnelle de l’ONU, et concrètement du Conseil de sécurité, Mgr Migliore estime qu’« il ne s’agit pas uniquement de penser à un élargissement à d’autres pays, mais surtout à la question du veto ». 

Selon l’observateur permanent du Saint-Siège, le veto au Conseil de sécurité « ne peut être vu en termes de privilège ou de puissance, mais par égard de justice et de solidarité face aux urgences internationales qui demandent une réponse immédiate ».  

De la récente conférence sur la crise économique et financière et son impact sur le développement est né un groupe de travail dont le but est d’aider à redessiner les institutions financières mondiales, rappelle Mgr Migliore. 

Quant à la démocratisation de l’ONU, évoquée également par Ali Treki, le représentant du Vatican souligne qu’actuellement, « les grandes questions économiques et financières sont débattues et réglées à l’intérieur de groupes restreints, que ce soit le G8 ou le G20, mais qu’il y aurait aussi le G192 que forme les Nations unies ». 

Il demande donc à ce que participent « au débat et aux propositions tous les 192 pays membres de l’ONU » et que les groupes les plus puissants « aient de la considération et une attention pour la voix du G192 ». 

Mgr Migliore renvoie alors à cette autorité mondiale capable d’affronter de manière adéquate les problèmes de la communauté internationale, et que Benoît XVI défend dans son encyclique Caritas in veritate

L’encyclique, souligne-t-il, reconnaît les Nations unies comme une autorité publique capable de garantir un ordre social au niveau mondial. 

Le document, conclut-il, « met l’accent sur la nécessité que cet ordre social reconnaisse et respecte également un précieux ordre éthique et moral des choses. Une voie incontournable si nous voulons que l’ONU conserve toute son importance et son efficacité ».

Père Federico Lombardi, porte-parole du Saint-Siège


Source : ZENIT.org

Les passages mis en gras, surlignés et en italiques le sont par spqr


Additif par spqr :

Publié par spqr le 26 Octobre 2009

N.B. : si vous souhaitez écrire un commentaire, cliquez sur “commentaire(s)” ; l’e-mail est facultatif.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :