SPQR

Informations occultées par les médias – Actualité insolite – Politiquement Incorrect – Créer un vrai changement de politique : Instaurer la Démocratie.


  • READ THIS BLOG

    IN ENGLISH

    AUF DEUTSCH

    France Etats_Unis

    Israël Québec

    Canada

  • Commentaires récents

    Agencias de modelos… sur La revue de presse de SPQR…
    spqr sur La dispense de recherche …
    spqr sur La dispense de recherche …
    Anonyme sur La dispense de recherche …
    GIULIA sur La dispense de recherche …
    spqr sur La dispense de recherche …
    Baron sur La dispense de recherche …
    spqr sur Gauchistes en action
    Elgocho sur Gauchistes en action
    TEKA Plantin sur L’affaire du préservatif et Be…
    thierry sur Secrétaire général à la CGT… c…
    avant-gardiste sur Vocabulaire politiquement corr…
    Wasp sur Pourquoi la pénurie de logemen…
    Coin coin sur L’effet Hutchinson
  • Blogs amis

    Deborah  Deborah
    Marie BlandMarie Bland
    Michel Garroté
    Monde Info
    Dave
     Dave.new
    Naibed Élisa Naibed :  de moi, et (surtout) de féminisme
    YAHEL : NUEVA EUROPA Desde el presente miremos hacia el futuro
    Amiral Woland brèves 3.0
    Commissaire : APEX
    couLisa  LisaLisa
    a-fleur-de-vieA fleur de vie
    : Emploi et santé
    asturies.png Reconquista Redux

  • Rien que pour les images !

  • Citations

    "Les faits sont têtus; quels que soient nos souhaits, nos inclinations ou les voeux de nos passions, ils ne peuvent changer l'état de fait et la preuve." John Adams

    "Je regarde vraiment avec commisération la grande masse de mes concitoyens qui, lisant les journaux, vivent et meurent dans la croyance qu’ils ont su quelque chose de ce qui s’est passé dans le monde à leur époque." Thomas Jefferson

    "Dieu se rit des hommes qui se plaignent des conséquences des causes qu’ils chérissent." Bossuet

    "Une société qui abandonne un peu de liberté pour gagner un peu de sécurité ne mérite ni l'une ni l'autre et perd les deux." Benjamin Franklin

    "A fanatic is one who can't change his mind and won't change the subject." Winston Churchill

    "Les paroles qui ne sont suivies d'aucun effet sont comptées pour rien." Démosthène

    "Je crois d'un bon citoyen de préférer les paroles qui sauvent aux paroles qui plaisent." Démosthène

    "Ce n'est pas parce qu'on est nombreux à avoir tort que l'on a raison." Jean-Claude Devé

    "Les hommes croient ce qu'ils désirent." Jules César

    "Il y a en permanence un cinquième des gens qui sont contre." John F. Kennedy

    "Vous pouvez tromper tout le monde un certain temps. Vous pouvez même tromper quelques personnes tout le temps, mais vous ne pouvez pas tromper tout le monde tout le temps." Abraham Lincoln

    "Pousser en commun, mais non penser en commun." Marc-Aurèle

    "On peut aisément pardonner à l'enfant qui a peur de l'obscurité ; la vraie tragédie de la vie, c'est lorsque les hommes ont peur de la lumière." Platon

    "L'opinion est quelque chose d'intermédiaire entre la connaissance et l'ignorance." Platon

    "Les pays n’ont pas d’amis, mais des intérêts." Général de Gaulle

    "Il y a une immense distance entre un peuple libre se donnant à lui-même ses lois et un peuple désignant des représentants pour écrire des lois à leur place." Rousseau

    "Je veux dire qu’il est considéré comme démocratique que les magistratures soient attribuées par le sort et comme oligarchique qu’elles soient électives." Aristote

    "Le courage c'est de refuser la loi du mensonge triomphant, de chercher la vérité et de la dire." Jean Jaurès

    "La censure la plus efficace est l'abrutissement de la population mais aussi le fait de la mener vers des combats inutiles."
    The Thinker

    "On a trouvé, en bonne politique, le secret de faire mourir de faim ceux qui, en cultivant la terre, font vivre les autres."
    François-Marie Arouet, dit Voltaire

    "De prime abord, je ne crois jamais en ce que l'on me dit de façon péremptoire, je vérifie, et si je ne le peux pas, je réfléchis, je compare."
    Cevennevive

    "En politique, rien n’arrive par hasard. Chaque fois qu’un événement survient, on peut être certain qu’il avait été prévu pour se dérouler ainsi."
    Léon Trotsky

    "Nul n’est plus esclave que celui qui se croit libre sans l’être."
    Johann Wolfgang von Goethe

Le pape a raison, on ne combat pas le Sida avec le préservatif

Posted by spqr sur jeudi, 1 octobre, 2009


Le Pape Benoît XVI

Le Pape Benoît XVI.


Il propose un changement culturel et un changement des comportements sexuels

Benoît XVI a raison : le préservatif n’est pas l’idéal dans la lutte contre le Sida, parce que la prévention de la contagion concerne tous les aspects d’une personne et demande donc une réponse culturelle.

C’est ce qu’a affirmé Edward Green, anthropologue et directeur de l’Aids Prevention Research Project de la Harvard School of Pubblic Health and Center for Population and Developement Studies, qui est intervenu le 25 août 2009 au Meeting de Rimini sur le thème « Le Sida, un problème culturel ».

Avec une expérience de plus de trente ans dans les pays en voie de développement, Edward Green avait déjà présenté une étude, en janvier 2004, au Medical Institute for Sexual Health à Washington D.C. qui démontrait les résultats insuffisants produits par la distribution de préservatifs sur le continent africain, en particulier en Afrique sub-saharienne.

Dans son intervention, E. Green a mis l’accent sur les déclarations prononcées par le pape sur l’inefficacité du préservatif dans la lutte contre le Sida et sur la nécessité d’un « réveil spirituel et humain », durant le vol pour le Cameroun, à l’occasion de son premier voyage apostolique en Afrique, en mars 2008. Ces déclarations avaient suscité indignations et critiques.

« La proximité des commentaires du pape avec les découvertes scientifiques les plus récentes m’a touché », a commenté l’anthropologue.

En effet, a-t-il expliqué, « il n’y a aucune preuve que les préservatifs aient une quelconque efficacité dans la réduction à grande échelle du VIH, en particulier en cas d’épidémies très étendues, comme en Afrique ».

« C’est un instrument qui peut peut-être fonctionner pour de simples individus mais pas nécessairement pour des populations et des pays », a-t-il précisé.

« Et pourquoi cela ne fonctionne-t-il pas en Afrique ? Avant tout parce qu’il n’est pas utilisé régulièrement, parce qu’il y a une faible demande, parce que cela réduit le plaisir, parce que cela indique un manque de confiance au sein du couple et surtout parce qu’il y a ce que l’on appelle la ‘compensation du risque’ », a-t-il expliqué.

Ce dernier est le phénomène engendré par la fausse perception de protection liée au préservatif qui pousse les personnes à s’exposer à de plus grands risques et donc à augmenter les possibilités de contracter le virus.

« Tous ces principes sont immuables et généraux » – a affirmé E. Green – « et il ne suffit donc pas de dire ‘il faut que tout le monde utilise toujours le préservatif’ parce que cela ne se passe pas comme cela ».

En particulier, « les stratégies centrées sur les préservatifs ont initialement été développées aux Etats-Unis, en pensant aux groupes les plus vulnérables, à ceux les plus exposés aux infections, c’est-à-dire aux homosexuels masculins, aux héroïnomanes et aux prostituées ».

A ce moment-là, « les ressources pour la prévention étaient principalement utilisées pour la réduction du risque ou pour développer des solutions médicales ».

Initialement, pour prévenir le VIH on utilisait en premier lieu le préservatif, des tests diagnostiqués sur une base volontaire, le traitement d’autres maladies vénériennes qui peuvent faciliter la transmission du Sida dans le virus, microbiocides vaginaux et des médicaments antirétroviraux.

« En réalité, il n’y avait aucune preuve que ces mesures préventives réduisent la diffusion du VIH en Afrique, parce qu’elles n’ont pas eu d’impact général sur l’épidémie », a-t-il affirmé en précisant que ces interventions se sont au contraire révélées fructueuses dans des pays comme la Thaïlande et le Cambodge, où le VIH est surtout transmis par les prostituées.

En réalité, sur la base des résultats de certaines recherches, « la fidélité et la circoncision masculine semblent avoir eu de bons effets en Afrique, aboutissant à une réduction de 60 % dans la réduction du VIH ».

Aux Etats-Unis, entre 1982 et 1985, quand on ne parlait plus du Sida comme de la slim disease, « les homosexuels et les héroïnomanes étaient considérés comme des groupes très stigmatisés et marginalisés » et « personne ne pouvait lancer de jugement moral sur leurs habitudes sexuelles parce qu’il s’agissait de la sphère privée et cela était donc intouchable ».

La liberté sexuelle, a souligné Green, était considérée par la communauté « gay » comme une conquête, fruit d’une longue bataille à laquelle on ne pouvait pas renoncer.

Quand ensuite les Etats-Unis ont commencé à lancer des programmes au niveau international, exportant le modèle centré sur le préservatif aux autres pays, indépendamment du mode de diffusion de l’épidémie, les personnes qui se sont montrées les plus intéressées ont été les activistes gays et les experts en planification familiale.

Le préservatif étant aussi une technologie à bas coût, a continué Green, « la prévention du Sida est devenue une sorte de business ».

En Ouganda, au contraire, qui est fortement touché depuis 1986 par cette maladie, qui cause chaque année plus de 900.000 morts, «  le Sida a été considéré comme un problème comportemental et pas seulement médical », a raconté Edward Green.

« On a cherché à éviter et non pas à réduire le risque », en utilisant aussi la campagne des affiches destinées à faire peur aux gens, mais sans stigmatiser les séropositifs, afin de renverser le paradigme alors dominant.

On a donc pointé sur l’approche « ABC » du Sida (Abstain, Be faithful, use Condoms, c’est-à-dire Abstinence, Fidélité, Préservatif) avec une campagne lancée en 1987 et destinée à sensibiliser les personnes sur l’importance de rester vierge jusqu’au mariage, d’éviter les relations sexuelles occasionnelles et de n’avoir qu’un seul partenaire.

Cette mobilisation dans un pays symbole&nbsp ‘Afrique subsaharienne – a mené à une réduction des séropositifs passés de 21% à la fin des années 1980 à 6,4% en l’an 2000, et une réduction du VIH de 75% chez les personnes ayant entre 15 et 19 ans, et de 60% chez les 20-24 ans.

Rose Busingye, responsable à Kampala du Meeting Point International, un des plus grands partenaires d’AVSI – une ONG née en 1972 et engagée sur plus de 100 projets de coopération pour le développement dans 39 pays du monde, qui, rien que sur le continent noir, soutient environ 5000 personnes presque toutes malades du Sida – a rappelé son expérience.

« Le monde d’aujourd’hui » – a affirmé Rose Busingye – « produit une manière de concevoir les personnes comme un agrégat de fragments et de segments à soigner et à traiter séparément, si bien que l’on génère seulement confusion et contradiction ».

« Mais je ne suis pas un détail » – a-t-elle affirmé, « pour soigner un homme, on ne doit pas partir de la particularité du Sida. L’homme n’est pas une maladie, l’homme n’est pas le sexe ».

« L’oto-rhino-laryngologiste n’est pas seulement face à un nez mais face à un homme avec un nez », a-t-elle plaisanté.

Au Meeting Point, les femmes de Rose – environ 2000 actuellement et presque toutes malades du Sida, avec autant d’enfants qui jouissent du soutien à distance de l’AVSI et d’autres projets – s’aident pour prendre les médicaments, et si l’une d’entre elles meurt, les enfants sont pris en charge dans une autre maison.

Ces femmes, a-t-elle continué, « sont malades et pourtant, à travers le virus, elles ont découvert qui elles sont vraiment, et quand tu découvres que la vie a de la valeur, tu la protèges ».

« La bataille » – a-t-elle conclu – « se joue pour la vraie valeur de la dignité humaine. Le problème est de trouver un sens à toute chose ».

Mirko Testa


Source : ZENIT.org

Les passages mis en gras, surlignés et en italiques le sont par spqr


Publié par spqr le 01 Octobre 2009

N.B. : si vous souhaitez écrire un commentaire, cliquez sur “commentaire(s)” ; l’e-mail est facultatif.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s