SPQR

Informations occultées par les médias – Actualité insolite – Politiquement Incorrect – Créer un vrai changement de politique : Instaurer la Démocratie.


  • READ THIS BLOG

    IN ENGLISH

    AUF DEUTSCH

    France Etats_Unis

    Israël Québec

    Canada

  • Commentaires récents

    Agencias de modelos… sur La revue de presse de SPQR…
    spqr sur La dispense de recherche …
    spqr sur La dispense de recherche …
    Anonyme sur La dispense de recherche …
    GIULIA sur La dispense de recherche …
    spqr sur La dispense de recherche …
    Baron sur La dispense de recherche …
    spqr sur Gauchistes en action
    Elgocho sur Gauchistes en action
    TEKA Plantin sur L’affaire du préservatif et Be…
    thierry sur Secrétaire général à la CGT… c…
    avant-gardiste sur Vocabulaire politiquement corr…
    Wasp sur Pourquoi la pénurie de logemen…
    Coin coin sur L’effet Hutchinson
  • Blogs amis

    Deborah  Deborah
    Marie BlandMarie Bland
    Michel Garroté
    Monde Info
    Dave
     Dave.new
    Naibed Élisa Naibed :  de moi, et (surtout) de féminisme
    YAHEL : NUEVA EUROPA Desde el presente miremos hacia el futuro
    Amiral Woland brèves 3.0
    Commissaire : APEX
    couLisa  LisaLisa
    a-fleur-de-vieA fleur de vie
    : Emploi et santé
    asturies.png Reconquista Redux

  • Rien que pour les images !

  • Citations

    "Les faits sont têtus; quels que soient nos souhaits, nos inclinations ou les voeux de nos passions, ils ne peuvent changer l'état de fait et la preuve." John Adams

    "Je regarde vraiment avec commisération la grande masse de mes concitoyens qui, lisant les journaux, vivent et meurent dans la croyance qu’ils ont su quelque chose de ce qui s’est passé dans le monde à leur époque." Thomas Jefferson

    "Dieu se rit des hommes qui se plaignent des conséquences des causes qu’ils chérissent." Bossuet

    "Une société qui abandonne un peu de liberté pour gagner un peu de sécurité ne mérite ni l'une ni l'autre et perd les deux." Benjamin Franklin

    "A fanatic is one who can't change his mind and won't change the subject." Winston Churchill

    "Les paroles qui ne sont suivies d'aucun effet sont comptées pour rien." Démosthène

    "Je crois d'un bon citoyen de préférer les paroles qui sauvent aux paroles qui plaisent." Démosthène

    "Ce n'est pas parce qu'on est nombreux à avoir tort que l'on a raison." Jean-Claude Devé

    "Les hommes croient ce qu'ils désirent." Jules César

    "Il y a en permanence un cinquième des gens qui sont contre." John F. Kennedy

    "Vous pouvez tromper tout le monde un certain temps. Vous pouvez même tromper quelques personnes tout le temps, mais vous ne pouvez pas tromper tout le monde tout le temps." Abraham Lincoln

    "Pousser en commun, mais non penser en commun." Marc-Aurèle

    "On peut aisément pardonner à l'enfant qui a peur de l'obscurité ; la vraie tragédie de la vie, c'est lorsque les hommes ont peur de la lumière." Platon

    "L'opinion est quelque chose d'intermédiaire entre la connaissance et l'ignorance." Platon

    "Les pays n’ont pas d’amis, mais des intérêts." Général de Gaulle

    "Il y a une immense distance entre un peuple libre se donnant à lui-même ses lois et un peuple désignant des représentants pour écrire des lois à leur place." Rousseau

    "Je veux dire qu’il est considéré comme démocratique que les magistratures soient attribuées par le sort et comme oligarchique qu’elles soient électives." Aristote

    "Le courage c'est de refuser la loi du mensonge triomphant, de chercher la vérité et de la dire." Jean Jaurès

    "La censure la plus efficace est l'abrutissement de la population mais aussi le fait de la mener vers des combats inutiles."
    The Thinker

    "On a trouvé, en bonne politique, le secret de faire mourir de faim ceux qui, en cultivant la terre, font vivre les autres."
    François-Marie Arouet, dit Voltaire

    "De prime abord, je ne crois jamais en ce que l'on me dit de façon péremptoire, je vérifie, et si je ne le peux pas, je réfléchis, je compare."
    Cevennevive

    "En politique, rien n’arrive par hasard. Chaque fois qu’un événement survient, on peut être certain qu’il avait été prévu pour se dérouler ainsi."
    Léon Trotsky

    "Nul n’est plus esclave que celui qui se croit libre sans l’être."
    Johann Wolfgang von Goethe

Il est ridicule d’exiger de l’Iran l’arrêt de l’enrichissement d’uranium

Posted by spqr sur lundi, 7 septembre, 2009

Sénateur John Kerry

Dans un entretien accordé au Financial Times, le sénateur Kerry, candidat Démocrate à la présidentielle en 2004, juge « ridicule » la position définie par l’administration Bush, qui avait exigé de l’Iran un arrêt de l’enrichissement d’uranium alors que ce droit est garanti par le Traité de Non Prolifération signé par Téhéran.

Il s’agissait, estime-t-il, de définir une ligne rouge inacceptable par l’autre partie, durcissant inutilement le conflit, à la seule fin de pouvoir proclamer l’échec de la diplomatie. Pour négocier de façon crédible, il considère qu’il faut s’en tenir uniquement aux termes du TNP, en s’assurant que l’Iran respecte ses engagements.

Concernant la sécurité d’Israël Kerry évoque la possibilité d’une extension du parapluie nucléaire américain à Israël, mais s’inquiète également d’une réaction unilatérale de Tel Aviv, qui n’aurait cependant pour effet selon lui que de retarder le programme iranien.

Dans la seconde partie de l’entretien, consacrée au Moyen-Orient, il insiste sur le rôle « indispensable » des USA dans le processus de paix, à la fois pour réunir les parties autour de la table de négociation, mais aussi pour garantir et contrôler l’application de l’accord de paix.

Une remarque : à la lecture de la langue de bois extrêmement codée en usage au Capitole que pratique Kerry, à la différence d’un Obama, on peut entrevoir les raisons de son échec à convaincre en 2004. Mais au delà de la forme, le retour à une vision enfin réaliste des questions internationales, après des années de désastreuses aventures militaires, d’exacerbation des tensions et de vaines rodomontades, n’en est pas moins frappant, et il faut saluer ce réveil de la raison.

Par Daniel Dombey, à Washington :
 

Financial Times : Puis-je vous interroger concernant l’Iran ? Lors de vos discours à l’AIPAC et à la Brookings Institution, vous avez parlé de la façon dont l’administration Bush avait fixé une série de lignes rouges afin de les voir ignorées, afin de montrer que la diplomatie avait échoué. La dernière ligne rouge que les États-Unis, que l’administration Bush, avaient définie et vue ignorée était la demande adressée à l’Iran de suspendre l’enrichissement d’uranium. Vous avez appelé à un effort pour déterminer une [nouvelle] ligne rouge et la défendre. Quelle devrait-être cette ligne rouge ?

John Kerry : Eh bien, je veux être très prudent ici, parce que je connais l’administration. J’ai écrit une note au président à ce sujet, dans laquelle j’ai exposé mes idées sur la nature de cette ligne.

Il suffit de dire qu’il faut que ce soit une ligne qui protège la région et Israël de façon réaliste. J’insiste sur la région, à partir d’une perception [du problème] de la prolifération. Et il existe plusieurs façons de définir cela, je pense que nous devrions laisser cela à cette définition….

Certes, [cette ligne devrait être pour l’Iran], de ne pas être un État doté d’armes nucléaires. Maintenant, certains peuvent discuter sur la définition d’un État doté d’armes nucléaires. [Est-ce la] capacité [de développement d’armes] ou bien les différentes définitions de cette notion. Laissons cela de côté pour l’instant.

Le point clé ici, est que tout d’abord [la position] de l’administration Bush [demandant] l’absence d’enrichissement était ridicule en soi, parce que l’Iran est signataire du Traité de Non-Prolifération, et qu’il soit à l’intérieur ou en dehors de ses obligations, lui demander de renoncer à quelque chose à quoi il a droit dans le cadre du traité en supposant qu’il respecte ses obligations est un non point de départ. C’est une diplomatie de posture, un gaspillage d’énergie. Cela a durci les positions, si on veut (inaudible).

Car cela semblait déraisonnable. Ils ont droit à [un usage] pacifique de l’énergie nucléaire et à l’enrichissement dans ce but. Mais ils n’ont pas le droit, évidemment, d’être en dehors des autres restrictions [définies par] l’AIEA et de l’accord de non-prolifération. Et la clé du succès dans ce cas, c’est d’ouvrir vraiment un autre type de dialogue avec eux pour savoir où on trace la ligne.

C’est aussi un peu compliqué par Israël. Israël va-t-il prendre la décision de vouloir défendre différemment ses intérêts, c’est-à-dire que sa sécurité serait protégée uniquement en garantissant sa propre définition d’une ligne et, en conséquence, vont-ils décider de faire quelque chose pour simplement retarder le programme de l’Iran, bien qu’ils savent que c’est tout ce qu’ils obtiendraient ? Il y a là de très réels dangers.

Et c’est pourquoi il est important pour le Président de travailler à l’avance sur le contenus des accords avec Israël et leurs modalités et sur la façon dont nous procédons. Je pense qu’il est allé relativement loin publiquement en faisant la déclaration qu’il a faite à ce sujet à la fin de l’année. J’ai pensé que c’était un cadeau plutôt important, plus que ce qui aurait pu été nécessaire.

Le sénateur Kerry sur le conflit du Moyen-Orient :

Je pense que nous devons reconnaître notre responsabilité dans ce domaine. Nous seuls avons la capacité de réunir certaines parties, de résoudre certaines questions, de tirer certaines conclusions, de négocier certains accords, d’approuver finalement les modalités en ce qui concerne notamment la sécurité à long terme d’Israël. L’une des possibilités, ici en Amérique, est évidemment le renforcement de la capacité de dissuasion en ce qui concerne l’Iran et d’autres malfaisants et la sécurité à long terme d’Israël. Il y a donc beaucoup d’options et nous avons un rôle clé.

Sans aucun doute, si on parle de la transition vers une structure adéquate de sécurité dans laquelle Israël pourrait avoir confiance, je suis entièrement convaincu qu’Israël doit avoir confiance dans le fait qu’il sera en sûreté. C’est une préoccupation parfaitement normale et légitime. Rien de ce que nous faisons ne devrait être en dessous d’une sensibilité entière à ces préoccupations en matière de sécurité, mais je crois que nous pouvons le faire.

Je crois que l’on peut établir une solution à deux états avec une démilitarisation, avec un contrôle adéquat, avec des zones tampons, et cela pourrait même impliquer un certain type de force [militaire] sur le terrain, dans la zone tampon, ainsi que certaines garanties de sécurité. Il y a toutes sortes de modalités qui sont possibles. Il est vrai, je tiens à le souligner, il est tout à fait vrai .. qu’en fin de compte, Israël et la Palestine doivent se mettre d’accord et que ce sont les partenaires clés indispensables de cet accord, mais nous sommes les organisateurs et médiateurs indispensables pour parvenir à cet accord.

Daniel Dombey
Daniel Dombey has written articles published in Financial Times.


Source : Information Clearing House – ICH : Kerry Defends Tehran on Uranium


Découvert sur : Contre Info


Les passages en gras, surlignés ou en italique le sont par spqr. Les liens sont ajoutés par spqr.

Additif par spqr :

notesNotes :

Publié par spqr le 07 Septembre 2009

N.B. : si vous souhaitez écrire un commentaire, cliquez sur “commentaire(s)” ; l’e-mail est facultatif.

Une Réponse to “Il est ridicule d’exiger de l’Iran l’arrêt de l’enrichissement d’uranium”

  1. Deborah said

    à bientot SP
    DEborah

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s