SPQR

Informations occultées par les médias – Actualité insolite – Politiquement Incorrect – Créer un vrai changement de politique : Instaurer la Démocratie.


  • READ THIS BLOG

    IN ENGLISH

    AUF DEUTSCH

    France Etats_Unis

    Israël Québec

    Canada

  • Commentaires récents

    top wordpress blogs sur Dangereuse insuffisance de la…
    dangerous drugs sur Quand la City veut légaliser l…
    hosman pandor sur La dispense de recherche …
    Jean-François RP sur Quand la City veut légaliser l…
    Une vérité qui déran… sur Une vérité qui dérange : un ma…
    Agencias de modelos… sur La revue de presse de SPQR…
    spqr sur La dispense de recherche …
    spqr sur La dispense de recherche …
    Anonyme sur La dispense de recherche …
    GIULIA sur La dispense de recherche …
    spqr sur La dispense de recherche …
    Baron sur La dispense de recherche …
    spqr sur Gauchistes en action
    Elgocho sur Gauchistes en action
  • Blogs amis

    Deborah  Deborah
    Marie BlandMarie Bland
    Michel Garroté
    Monde Info
    Dave
     Dave.new
    Naibed Élisa Naibed :  de moi, et (surtout) de féminisme
    YAHEL : NUEVA EUROPA Desde el presente miremos hacia el futuro
    Amiral Woland brèves 3.0
    Commissaire : APEX
    couLisa  LisaLisa
    a-fleur-de-vieA fleur de vie
    : Emploi et santé
    asturies.png Reconquista Redux

  • Rien que pour les images !

  • Citations

    "Les faits sont têtus; quels que soient nos souhaits, nos inclinations ou les voeux de nos passions, ils ne peuvent changer l'état de fait et la preuve." John Adams

    "Je regarde vraiment avec commisération la grande masse de mes concitoyens qui, lisant les journaux, vivent et meurent dans la croyance qu’ils ont su quelque chose de ce qui s’est passé dans le monde à leur époque." Thomas Jefferson

    "Dieu se rit des hommes qui se plaignent des conséquences des causes qu’ils chérissent." Bossuet

    "Une société qui abandonne un peu de liberté pour gagner un peu de sécurité ne mérite ni l'une ni l'autre et perd les deux." Benjamin Franklin

    "A fanatic is one who can't change his mind and won't change the subject." Winston Churchill

    "Les paroles qui ne sont suivies d'aucun effet sont comptées pour rien." Démosthène

    "Je crois d'un bon citoyen de préférer les paroles qui sauvent aux paroles qui plaisent." Démosthène

    "Ce n'est pas parce qu'on est nombreux à avoir tort que l'on a raison." Jean-Claude Devé

    "Les hommes croient ce qu'ils désirent." Jules César

    "Il y a en permanence un cinquième des gens qui sont contre." John F. Kennedy

    "Vous pouvez tromper tout le monde un certain temps. Vous pouvez même tromper quelques personnes tout le temps, mais vous ne pouvez pas tromper tout le monde tout le temps." Abraham Lincoln

    "Pousser en commun, mais non penser en commun." Marc-Aurèle

    "On peut aisément pardonner à l'enfant qui a peur de l'obscurité ; la vraie tragédie de la vie, c'est lorsque les hommes ont peur de la lumière." Platon

    "L'opinion est quelque chose d'intermédiaire entre la connaissance et l'ignorance." Platon

    "Les pays n’ont pas d’amis, mais des intérêts." Général de Gaulle

    "Il y a une immense distance entre un peuple libre se donnant à lui-même ses lois et un peuple désignant des représentants pour écrire des lois à leur place." Rousseau

    "Je veux dire qu’il est considéré comme démocratique que les magistratures soient attribuées par le sort et comme oligarchique qu’elles soient électives." Aristote

    "Le courage c'est de refuser la loi du mensonge triomphant, de chercher la vérité et de la dire." Jean Jaurès

    "La censure la plus efficace est l'abrutissement de la population mais aussi le fait de la mener vers des combats inutiles."
    The Thinker

    "On a trouvé, en bonne politique, le secret de faire mourir de faim ceux qui, en cultivant la terre, font vivre les autres."
    François-Marie Arouet, dit Voltaire

    "De prime abord, je ne crois jamais en ce que l'on me dit de façon péremptoire, je vérifie, et si je ne le peux pas, je réfléchis, je compare."
    Cevennevive

    "En politique, rien n’arrive par hasard. Chaque fois qu’un événement survient, on peut être certain qu’il avait été prévu pour se dérouler ainsi."
    Léon Trotsky

    "Nul n’est plus esclave que celui qui se croit libre sans l’être."
    Johann Wolfgang von Goethe

François Bayrou : « Nicolas Sarkozy a une espèce de religion de la puissance »

Posted by spqr sur lundi, 3 août, 2009

François Bayrou s’entretient avec LesDemocrates.fr

François Bayrou s’entretient avec LesDemocrates.fr

A l’occasion de la parution de son nouvel ouvrage, « Abus de Pouvoir », François Bayrou dénonce les abus du pouvoir en place dans trois domaines : la concentration des pouvoirs de la présidence et de l’exécutif, l’imposition d’un modèle de société inégalitaire qu’il caractérise comme antinomique avec l’idéal républicain, et enfin l’installation de réseaux mêlant intérêts financiers, médiatiques, industriels, politiques, qui dit-il, ne disparaitront pas avec l’alternance. Video et transcription (extraits).

De François Bayrou :

Le pouvoir abuse de tous les pouvoirs, sur trois chapitres principaux. Le premier, c’est la démocratie, avec la plus incroyable concentration des pouvoirs qu’il y ait jamais eu sous la cinquième République, avec un parlement maltraité à chaque instant, avec un gouvernement effacé. Personne ne se souvient plus qu’il y a des ministres, ni même un chef du gouvernement, un Premier ministre en France. On ne les entend pas, on ne les voit pas, et même leur travail n’est pas pris en considération. (…)

La Grande Interview Partie 1/10 : « Abus de Pouvoir » – 26 min 04 s

Selon moi, même la fonction présidentielle est mise en cause, parce que faire de la fonction présidentielle une fonction partisane, que le président participe au congrès ou réunisse les bureaux de son parti, c’est un manquement grave, parce que le pays a besoin d’un lieu de recours, d’un lieu où tout le monde puisse se retrouver, majorité et opposition, et cette fonction, en France, c’est celle de président de la République.

Les médias sont pris dans un réseau très serré et très lourd de concentration – capitaliste en tout cas. La justice est menacée d’être prise en main par le pouvoir, puisque la suppression du juge d’instruction cela voudra dire – cela voudrait dire, si cela intervient – qu’il n’y a plus d’enquêtes libres, que l’enquête est mise sous l’autorité du pouvoir direct, hiérarchique.

Tout cela fait un faisceau d’irrespect de la démocratie, qui est inacceptable. C’est le premier abus de pouvoir.

Deuxième abus de pouvoir, pour moi, il est plus profond encore, c’est que (…) l’action du gouvernement, les choix du pouvoir actuel, c’est de donner à la France un modèle de société qui est le contraire du sien. (…)

Dans la globalisation, il y a deux projets de société qui sont en confrontation. Le premier projet de société, [c’est celui] que j’ai appelé durant ma campagne le modèle américain. C’est une manière rapide de parler parce que les américains ne sont pour rien dans tout ça : ils le subissent. Le modèle américain, c’est un modèle profondément inégalitaire. Et nous, français, [et les ] européens, un peu, mais spécialement, nous, français, nous avions construit un modèle solidaire.

Ces deux modèles, c’est une confrontation historique formidable, quand on la regarde à l’échelle du temps. Depuis cent cinquante ans, à peu près, l’occident tout entier (…) a vécu avec une idée dominante, organisatrice. Cette idée c’était que le progrès allait peu à peu réduire les inégalités. Et ça s’est passé comme cela. Tout le monde pensait cela, différemment, parce que les uns pensaient que c’était le marché qui allait réduire les inégalités, les autres pensaient que c’est l’Etat qui allait réduire les inégalités, les troisièmes pensaient que c’était la démocratie qui allait réduire les inégalités, même à Moscou, on pensait qu’on allait réduire les inégalités par la dictature du prolétariat. Tout l’occident pensait que la fonction du progrès c’était de réduire les inégalités.

Tout d’un coup il y a eu un basculement. En politique c’était la période Thatcher-Reagan, mais cela a été préparé en philosophie avant par des gens extrêmement brillants, des Hayek, des Friedman, des gens comme ça, qui ont renversé cette proposition. Ils on dit : le temps n’est plus que le progrès réduise les inégalités, le temps est que les inégalités dynamisent le progrès. Au lieu de considérer les inégalités comme quelque chose qu’il fallait réduire, ils ont dit : les inégalités il faut non seulement les accepter, mais probablement même les rechercher.

Si vous ne considérez que l’économie, la production, la consommation, vous voyez bien que cela crée des déséquilibres dans la société et que ces déséquilibres font bouger les choses. C ’est ce que j’appelle le modèle inégalitaire, que j’ai appelé ailleurs le modèle des inégalités croissantes. Cela n’a pas raté, parce que les inégalités aux Etats-Unis ont réellement cru de manière extraordinairement sensible et chez nous il suffit de regarder à l’intérieur des entreprises les différences de revenu entre le sommet et la base : croissance des inégalités.

Or ce modèle là, la France l’a toujours refusé. La France, tout au long de son histoire, s’est battue non pas pour l’inégalité, mais pour l’égalité. On en a même fait le coeur de la devise. Liberté, Egalité, Fraternité. (…)

Troisième abus de pouvoir, plus difficile à évoquer parce que nous n’en voyons que la partie émergée de l’iceberg, c’est que ce régime met progressivement en place un réseau – des réseaux – sur la société française, qui unissent des intérêts financiers, des intérêts médiatiques, des intérêts industriels, des intérêts politiques. La caractéristique de ces réseaux, c’est qu’ils ne disparaissent pas avec l’alternance. (…)

Le Fouquet’s c’était (…) la scène primitive du sarkozysme, qui n’était pas élu depuis trois minutes que se réunissaient, dans le lieu de la richesse démonstrative, les vrais vainqueurs. La plus grosse fortune de France, la plus grosse fortune de Belgique, la plus grosse fortune du Québec, des milliardaires comme s’il en pleuvait, des médias amicaux comme s’il en pleuvait. C’était les vrais vainqueurs. Pendant ce temps, les pauvres bougres place de la Concorde, ils attendaient, ils se battaient les flancs.

C’était une image intéressante de la suite. Qu’est-ce que cette image veut dire ? Que selon moi, Nicolas Sarkozy a une espèce de religion de la puissance. Je crois que cela correspond à quelque chose de profond. Il aime les puissants, les riches, les célèbres, le show-biz, tout ces gens qui partagent des genres de vie dont on peut penser ce que l’on veut, mais dont on sait que ce ne sont pas ceux des citoyens moyens. (…)

Je lis dans les journaux que j’ai fait un pamphlet. Il n’y a pas un mot de pamphlet dans ce livre. Il y a un jugement, il y a des scènes que je raconte comme je les vois, (…) mais probablement, je ne sais que le dixième, notamment de ce troisième enjeu. Le pire c’est qu’ils trouvent cela normal tous. Ce sont d’incroyables garanties sur le futur, cela veut dire que l’on est assuré pour des décennies de conserver et d’accroître les avantages et les privilèges dont-il s’agit. (…)


Les passages en gras et en italiques le sont par spqr


Découvert sur : Contre Info


Lisez l’article de SPQR : « Qu’est-ce que la démocratie ? » 


Publié par spqr le 03 Août 2009

N.B. : si vous souhaitez écrire un commentaire, cliquez sur “commentaire(s)” ; l’e-mail est facultatif.

Une Réponse to “François Bayrou : « Nicolas Sarkozy a une espèce de religion de la puissance »”

  1. sdo said

    Il fait de bon diagnostiques l’ami Bayrou !!!
    Ce qu’il dit est vrai, il analyse correctement la situation.
    Mais, toutes les solutions qu’il propose sont de type collectivistes (socialistes) et ne feront donc que renforner la problématique qu’il dénonce. Il se sera donc qu’un médiocre parmi d’autres médiocres.

    Et oui, un grand homme politique et celui qui sait analyser les situations ET qui sait trouver les bonnes réponse aux problèmes.

    Pauvres francais, qui ont cru et qui croient encore que le socialisme (sous toutes les formes qu’il peut prendre) est une solution aux problèmes sociaux et qu’il aménera la richesse d’une nation !!!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :