SPQR

Informations occultées par les médias – Actualité insolite – Politiquement Incorrect – Créer un vrai changement de politique : Instaurer la Démocratie.


  • READ THIS BLOG

    IN ENGLISH

    AUF DEUTSCH

    France Etats_Unis

    Israël Québec

    Canada

  • Commentaires récents

    hosman pandor sur La dispense de recherche …
    Jean-François RP sur Quand la City veut légaliser l…
    Une vérité qui déran… sur Une vérité qui dérange : un ma…
    Agencias de modelos… sur La revue de presse de SPQR…
    spqr sur La dispense de recherche …
    spqr sur La dispense de recherche …
    Anonyme sur La dispense de recherche …
    GIULIA sur La dispense de recherche …
    spqr sur La dispense de recherche …
    Baron sur La dispense de recherche …
    spqr sur Gauchistes en action
    Elgocho sur Gauchistes en action
    TEKA Plantin sur L’affaire du préservatif et Be…
    thierry sur Secrétaire général à la CGT… c…
  • Blogs amis

    Deborah  Deborah
    Marie BlandMarie Bland
    Michel Garroté
    Monde Info
    Dave
     Dave.new
    Naibed Élisa Naibed :  de moi, et (surtout) de féminisme
    YAHEL : NUEVA EUROPA Desde el presente miremos hacia el futuro
    Amiral Woland brèves 3.0
    Commissaire : APEX
    couLisa  LisaLisa
    a-fleur-de-vieA fleur de vie
    : Emploi et santé
    asturies.png Reconquista Redux

  • Rien que pour les images !

  • Citations

    "Les faits sont têtus; quels que soient nos souhaits, nos inclinations ou les voeux de nos passions, ils ne peuvent changer l'état de fait et la preuve." John Adams

    "Je regarde vraiment avec commisération la grande masse de mes concitoyens qui, lisant les journaux, vivent et meurent dans la croyance qu’ils ont su quelque chose de ce qui s’est passé dans le monde à leur époque." Thomas Jefferson

    "Dieu se rit des hommes qui se plaignent des conséquences des causes qu’ils chérissent." Bossuet

    "Une société qui abandonne un peu de liberté pour gagner un peu de sécurité ne mérite ni l'une ni l'autre et perd les deux." Benjamin Franklin

    "A fanatic is one who can't change his mind and won't change the subject." Winston Churchill

    "Les paroles qui ne sont suivies d'aucun effet sont comptées pour rien." Démosthène

    "Je crois d'un bon citoyen de préférer les paroles qui sauvent aux paroles qui plaisent." Démosthène

    "Ce n'est pas parce qu'on est nombreux à avoir tort que l'on a raison." Jean-Claude Devé

    "Les hommes croient ce qu'ils désirent." Jules César

    "Il y a en permanence un cinquième des gens qui sont contre." John F. Kennedy

    "Vous pouvez tromper tout le monde un certain temps. Vous pouvez même tromper quelques personnes tout le temps, mais vous ne pouvez pas tromper tout le monde tout le temps." Abraham Lincoln

    "Pousser en commun, mais non penser en commun." Marc-Aurèle

    "On peut aisément pardonner à l'enfant qui a peur de l'obscurité ; la vraie tragédie de la vie, c'est lorsque les hommes ont peur de la lumière." Platon

    "L'opinion est quelque chose d'intermédiaire entre la connaissance et l'ignorance." Platon

    "Les pays n’ont pas d’amis, mais des intérêts." Général de Gaulle

    "Il y a une immense distance entre un peuple libre se donnant à lui-même ses lois et un peuple désignant des représentants pour écrire des lois à leur place." Rousseau

    "Je veux dire qu’il est considéré comme démocratique que les magistratures soient attribuées par le sort et comme oligarchique qu’elles soient électives." Aristote

    "Le courage c'est de refuser la loi du mensonge triomphant, de chercher la vérité et de la dire." Jean Jaurès

    "La censure la plus efficace est l'abrutissement de la population mais aussi le fait de la mener vers des combats inutiles."
    The Thinker

    "On a trouvé, en bonne politique, le secret de faire mourir de faim ceux qui, en cultivant la terre, font vivre les autres."
    François-Marie Arouet, dit Voltaire

    "De prime abord, je ne crois jamais en ce que l'on me dit de façon péremptoire, je vérifie, et si je ne le peux pas, je réfléchis, je compare."
    Cevennevive

    "En politique, rien n’arrive par hasard. Chaque fois qu’un événement survient, on peut être certain qu’il avait été prévu pour se dérouler ainsi."
    Léon Trotsky

    "Nul n’est plus esclave que celui qui se croit libre sans l’être."
    Johann Wolfgang von Goethe

Les banquiers ont pillé les coffres publics

Posted by spqr sur lundi, 27 juillet, 2009

C'est la fête chez les banquiers

C'est la fête chez les banquiers

Dans nos sociétés, la fonction monétaire est en grande partie déléguée aux banques privées.

Deux monnaies circulent côte à côte, l’une privée, l’autre publique, sans que nous en ayons en général nettement conscience, tant le passage de l’une à l’autre se fait « naturellement », en temps normal.

La monnaie publique, les pièces et billets, ne représente qu’environ un dixième de l’argent en circulation. C’est en raison de son poids si considérable que le secteur bancaire, qui jouit de cette délégation et du même coup du privilège incomparable de se rémunérer sur la création monétaire, a fait l’objet de prudentes réglementations après la crise des années trente.

Depuis cette époque, le crédit était encadré, et les banques devaient respecter sous le contrôle des autorités publiques des ratios dits « prudentiels » leur imposant de détenir d’une part des fonds propres en quantité jugée suffisante et d’autre part une réserve sous forme de monnaie d’Etat. Enfin, pour éviter un dangereux mélange des genres, l’activité de banque commerciale (soucieuse de la sécurité de ses clients) et de banque d’affaire (tentant de convaincre des investisseurs d’acquérir son papier) étaient distinctement séparées. Seules les premières, en raison de la délégation monétaire qui leur est accordée et de leur importance systémique, jouissaient de la garantie apportée par l’Etat et la banque centrale.

Le big bang de la déréglementation impulsé par les USA dans les années 1990 a bouleversé ce paysage et fait sauter l’un après l’autre les garde-fous prudemment installés par la génération précédente, qui était elle bien décidée à ne jamais plus s’exposer aux désastres entraînés par l’effondrement de l’avant guerre.

L’aveuglement idéologique des uns, l’intérêt bien compris des autres – les mêmes, parfois – a permis de rouvrir cette dangereuse boite de pandore dont nous savions pourtant combien morbides étaient les forces qui y étaient emprisonnées. Une fois détruite la muraille de la loi Glass-Steagall qui séparait l’activité de dépôt de celle d’investissement, les banques ont pu se lancer dans des montages financiers irresponsables, abritées qu’elles étaient derrière la certitude que l’Etat leur apporterait sa protection le jour – inévitable – où l’on feindrait de redécouvrir que, décidément non, les arbres n’atteignent jamais le ciel.

Comment qualifier un tel comportement ? De pillage, tout simplement, avaient écrit dans les années 1990 deux économistes dont un futur prix Nobel, après avoir analysé la faillite des caisses d’épargne américaines qui venait d’avoir lieu.

Un dernier point. Les Etats se sont dessaisis de la fonction régalienne de l’émission monétaire pour s’éviter d’y recourir trop facilement, tant est grande, dit-on, la tentation de se servir dans le pot de confiture lorsqu’il est ouvert. Ce qui n’a pas empêché, depuis 20 ans, de ne jurer que par les mérites de l’auto-régulation du privé et en l’occurrence du secteur bancaire.

Ainsi, les parlements, élus par les peuples pour le service du bien public, seraient donc moins responsables que les dirigeants mus par l’appât du gain facile et immédiat ?

Voilà à n’en pas douter une jolie fable moderne, dont la morale n’est pas encore entièrement écrite, mais qui s’annonce déjà ruineuse aux dépens de ceux qui l’ont écoutée.

Par David Leonhardt :

En 1996, deux économistes avaient publié une étude, intitulée avec une charmante simplicité : « le pillage ».

Les auteurs étaient George Akerlof, qui allait plus tard se voir décerner un prix Nobel, et Paul Romer, un expert renommé de la croissance économique. Dans cette publication, ils affirmaient que plusieurs crises financières ayant eu lieu dans les années 1980, comme par exemple la bulle immobilière texane, avait été provoquées par des investisseurs privés qui s’étaient servi du gouvernement. Ces investisseurs avaient emprunté d’énormes sommes d’argent, fait de grands profits lorsque les affaires allaient bien, puis s’étaient défaussés sur le gouvernement pour les pertes prévisibles qui s’ensuivraient.

En un mot, ces investisseurs s’étaient livrés au pillage. Quelqu’un essayant de réaliser honnêtement un profit, s’y serait pris d’une toute autre manière, expliquaient les professeurs Akerlof et Romer. Ces investisseurs avaient fait preuve d’un « mépris total pour les principes les plus fondamentaux de l’activité de prêt », en ne vérifiant pas les informations de base sur leurs emprunteurs ou, dans certains cas, en ne demandant même pas qu’elles leur soient communiquées.

Ces investisseurs « ont agi comme si les pertes futures étaient le problème de quelqu’un d’autre », observaient-ils, avant de conclure qu’« ils avaient raison. »

Mardi matin à Washington, le président de la Réserve fédérale Ben Bernanke a prononcé un discours qui peut être lu comme une post-face amère à cette étude sur le « pillage ». Le gouvernement ne voulant pas que les grandes sociétés financières interconnectées puissent faire faillite – ce que ces entreprises savaient – elles se sont engagées dans ce que M. Bernanke appelle « la prise de risques excessifs. » Pour éviter que de tels problèmes ressurgissent à l’avenir, il a appelé à la mise en place de réglementations plus sévères.

Il aurait été bien venu que la Fed fasse preuve d’un peu de ce zèle réglementaire avant que n’éclate la pire crise financière depuis la Grande Dépression. Mais cette occasion a été manquée. On commence donc à juste titre à réfléchir à la construction d’un nouveau système financier, moins vulnérable.

L’étude « Pillage » offre pour ce faire un cadre très utile. Son message est que la garantie de sauvetage du gouvernement ne représente pas seulement un aspect du problème. Elle est au cœur du problème.

Cette promesse de renflouements signifie que toute personne prêtant de l’argent à Wall Street – les petits épargnants comme vous et moi, ou le gouvernement chinois – n’a pas à s’inquiéter de perdre ses fonds. Le Trésor des États-Unis (c’est à dire vous et moi, fin de compte) couvrira les pertes. En fait, il doit couvrir ces pertes, pour éviter une cascade de pertes et une panique mondiales en regard desquelles la crise actuelle semblerait peu de chose.

Mais pour les bailleurs de fonds, la certitude que leur argent leur sera finalement retourné, quoi qu’il arrive, comporte un terrible revers. Elle leur permet d’éviter d’avoir à se poser de difficiles questions sur la façon dont leur mise est utilisée. Durant cette décennie, les pillards – caisses d’épargne du Texas dans les années 1980, American International Group, Citigroup, Fannie Mae et autres – purent alors agir comme si leurs pertes futures étaient le problème de quelqu’un d’autre.

Vous souvenez-vous du mea culpa qu’Alan Greenspan, le prédécesseur de M. Bernanke, a prononcé sur la colline du Capitole à l’automne dernier ? Il a avoué qu’il était « dans un état d’incrédulité choquée », du fait que « l’intérêt personnel » des banquiers de Wall Street n’ait pas empêché ce gâchis.

Il n’aurait pourtant pas dû être surpris. La théorie du pillage explique pourquoi celle du laissez-faire ne tient pas la route. Les banquiers ont agi en vue de leur intérêt propre, finalement.

Le terme qui est utilisé pour décrire ce problème est celui d’aléa moral. Lorsque les gens sont protégés contre les conséquences de comportements à risque, ils se comportent d’une façon très risquée. Les banquiers peuvent faire des investissements à long terme, en sachant qu’ils garderont les bénéfices s’ils réussissent, et que les contribuables couvriront les pertes.

Cette forme d’aléa moral – où les profits sont privatisés et les pertes sont socialisées – a certainement joué un rôle dans cette déconfiture actuelle. Mais lorsque je me suis entretenu cette semaine avec M. Romer, il a pris soin de faire une distinction entre l’aléa moral classique et les pillages. Il s’agit d’une distinction importante.

Dans le cas de l’aléa moral, les banquiers prennent de véritables paris. Si les paris sont gagnants, le gouvernement ne joue aucun rôle dans la transaction. Alors qu’avec les pillages, l’implication du gouvernement est cruciale pour l’ensemble de l’entreprise.

Pensez à ce que l’on a surnommé les « prêts menteurs » [1] ces dernières années : comme les prêts immobiliers du Texas durant les années 1980, ils n’avaient aucune chance de s’avérer rentables. Bien sûr, ils ont généré de confortables profits pour un temps, tant que la bulle enflait. Mais lorsque l’éclatement inévitable se produirait, les pertes allaient dépasser les gains. Comme l’a noté Gretchen Morgenson, les pertes de Merrill Lynch ces deux dernières années ont anéanti les bénéfices de la décennie précédente.

Que s’est-il passé ? Les banques ont emprunté de l’argent dans le monde entier. Les banquiers ont alors conservé une grande partie de cet argent pour eux-mêmes, sous forme de « frais de gestion » ou de « primes de rendement. » Une fois que les investissements ont été reconnus sans valeur, les bailleurs de fonds – les épargnants ordinaires, les pays étrangers, les autres banques, etc – ont été remboursés avec les fonds en provenance du sauvetage gouvernemental.

En réalité, les banquiers avaient siphonné par avance ces fonds de renflouement, des années avant que le gouvernement ne les apporte.

Je comprends que cette séquence d’événements puisse être vue comme celle d’une conspiration. Et dans certains cas, cela a sûrement été le cas. Des salariés d’A.I.G. pour prendre un exemple, ont bien dû comprendre ce que leur division des produits dérivés de crédit de Londres était en train de faire. Mais une forme d’optimisme plus innocente a probablement elle aussi joué un rôle. L’esprit humain possède une formidable capacité de rationaliser, et la possibilité de faire des millions de dollars conduit à certaines rationalisations extrêmes.

Quoi qu’il en soit, le résultat est le même : ayant une incitation au pillage, Wall Street s’y est livré. « Si vous vous représentez le système financier dans son ensemble », note M. Romer, « il était effectivement incité à déclencher l’une de ces rares occasions où des dizaines ou des centaines de milliards de dollars sortent à flot du Trésor. »

Malheureusement, nous ne sommes pas vraiment en mesure de mettre un terme à ce torrent en ce moment. Les banquiers ont déjà pris leurs bénéfices (et nombre d’entre eux mériteraient d’être convoqués devant le Congrès). Laisser A.I.G. s’effondrer pourrait provoquer un choc financier plus grand encore que celui qui a suivi la faillite de Lehman Brothers. L’économie moderne ne peut pas fonctionner sans crédit, ce qui signifie que le système financier a besoin d’être renfloué.

Mais à l’avenir il faudra également exiger le type de réformes que M. Bernanke a commencé à esquisser. Ces entreprises devront être surveillées plus sérieusement qu’elles ne l’étaient durant l’ère Greenspan. Elles ne peuvent pas être autorisées à faire leur marché parmi les organismes de réglementation pour choisir celui qui comprend le moins ce qui se passe. Les plus grandes rémunérations accordées à Wall Street devraient être gardées en dépôt jusqu’à ce qu’il soit clair qu’elles ne sont pas fondées sur des bénéfices fictifs.

Surtout, comme le recommande M. Romer, le gouvernement fédéral devrait avoir le pouvoir – et la volonté – de reprendre une entreprise dès que ses pertes potentielles dépassent la valeur de ses actifs. Toute autre mesure n’est qu’une invitation au pillage.

M. Bernanke a fait un pas dans cette direction récemment en déclarant que le gouvernement « avait besoin de meilleurs outils afin de permettre le redressement convenable d’une entreprise financière, hors secteur bancaire, et présentant une importance systémique ». En d’autres termes, il demandait que soit mis en place un schéma juridique plus clair permettant la nationalisation.

A une époque comme celle-ci, lorsque la confiance dans les marchés financiers est tant érodée, il peut-être difficile d’imaginer que le pillage ne sera jamais plus à nouveau un problème. Mais ce sera le cas. Si nous ne nous débarrassons pas de ces incitations au pillage, la seule question qui se pose est de savoir quelle forme prendra le prochain épisode.

M. Akerlof et M. Romer ont achevé la rédaction de leur étude au début des années 1990, lorsque l’économie souffrait encore d’une gueule de bois après les excès des années 1980. M. Akerlof avait alors déclaré à M. Romer – qui était resté sceptique, comme il l’a reconnu dans un éclat de rire lors de l’entretien – que le prochain candidat au pillage semblait déjà être en train de prendre forme.

Il s’agissait d’un marché un peu obscur, celui des produits dérivés du crédit.

David Leonhardt
David Leonhardt has been writing about economics for The Times since 2000 and has been a columnist since 2006. He was one of the writers who produced the paper’s 2005 series on social class in the United States.
He is also a staff writer for The Times Magazine and contributes to the Economix blog
A New York native, he studied applied mathematics at Yale. Before coming to The Times, David worked for Business Week magazine, in Chicago and New York, and for the metro desk of The Washington Post.


Les passages mis en gras et en italiques le sont par spqr


Source : Fondation New York Times 

Découvert sur :
Contre Info


Additif par spqr :

notesNotes :
– Pourquoi certains les surnomment-ils les banksters ?
– Ce qui est sûr est que les petits endettés ne verront pas leurs dettes effacées mais se feront prendre leurs maisons.
– Ce qui est sûr aussi est que vous con-tribuables allez payer pour leurs c… et parmi ces con-tribuables il y aura ceux à qui la maison a été confisquée.
– Quelle idée de faire un autre métier que celui de banquier :
. vous commencez par vivre des dépots de vos clients, ne leur versez pas d’intérêts pour les comptes courant, mais percevez des intérêts lorque vous prêtez cet argent,
. si un client ne peut pas rembourser le prêt, aucun risque contrairement à ce qu’ils prétendent, en raison des hypothèques : vous prenez la maison, la revendez à un comparse (sinon, ce serait trop gros) pour le montant de ce qui reste à rembourser, puis la faites racheter par une de vos filiales (par vous-même, ce serait trop voyant)
. si malgré tout cela, vous êtes quand même en déficit, aucun souci : faites appel au gouvernement qui taxera le con-tribuable pour vous renflouer ; détournement de fonds publics ! gémiront certains. Mais non, allons donc, vous aurez pris la précaution d’être au mieux avec le(s) parti(s) au pouvoir, sans jamais oublier la caisse électorale de l’opposition qui prendra le pouvoir après lui : on vous fera croire qu’il est nécessaire que l’Etat renfloue les banques pour éviter leur faillite et la perte de vos économies. Comme trop de gens croient encore que l’argent de l’Etat tombe du ciel et ne savent pas que c’est le leur, cela passe,
. tout cela est alimenté directement par l’argent de vos clients ou indirectement par l’argent de vos clients via un détour par les caisses du Trésor Public, c’est-à-dire toujours par le con-tribuable  😦
. et si, finalement, vous voyez quand même arriver la faillite, vous partez en Argentine avec la caisse ; lors d’une escale vous pourrez faire un brin de causette aux banquiers argentinrs faisant la même chose que vous mais en sens inverse  😆

Avertissement : les quelques lignes qui précédent sont humoristiques et totalement fictives ; bien entendu, dans la vie réelle, cela n’arrive jamis ; toute ressemblance avec des faits ou des personnages réels existant ou ayant existés serait purement fortuite.

notesNotes :
[1] Les déclarations de revenus et de niveaux d’endettement des emprunteurs
ne faisaient dans certains cas l’objet d’aucune vérification (NdlR de Contre-Info)

Illustration : Cutting Red Tape. En 2003, à l’occasion de la promulgation d’une loi déreglementant le secteur bancaire, les responsables de la FDIC et de l’OTS, organismes responsables de la garantie des déposants et de la régulation du crédit aux USA, posaient aux côtés de dirigeants de syndicats professionnels du secteur bancaire. Aux Etats-Unis, le ruban rouge (red tape), allusion aux rubans entourant les dossiers, symbolise les embarras administratifs.

Publié par spqr le 27 Juillet 2009

N.B. : si vous souhaitez écrire un commentaire, cliquez sur “commentaire(s)” ; l’e-mail est facultatif.

Une Réponse to “Les banquiers ont pillé les coffres publics”

  1. Bonjour spqr,
    non tu ne rêves pas, c’est bien moi, après une nouvelle longue absence.
    Je n’ai pas voulu en parler sur mon Blog car j’en avais ras-le-bol de parler de mauvaises nouvelles et d’avoir l’air de toujours vouloir faire sortir les kleenex.
    Ma chère maman, ma mummy, a fait un AVC, il y a plusieurs semaines après avoir déjà subi un zona ophtalmique qui l’avait beaucoup affaiblie. Elle est devenue hémiplégique et actuellement les kinés la font beaucoup travailler pour retrouver un peu d’autonomie. Malgré ses 89 ans, un intellect intact, elle croit encore à la vie et se donner à fond, tant et si bien qu’elle a « un peu » récupéré de mobilité à la jambe et au bras, et totalement la parole qu’elle n’avait jamais vraiment perdu mais juste déformée.
    Je suis auprès d’elle pour l’aider à s’accrocher, et, ensuite, elle viendra vivre auprès de moi. J’aménage ma maison en fonction du handicap, et c’est fou ce qu’il faut faire, on ne s’en rend pas compte quand on est valide (largeur des portes, salle de bains, wc, chambre…etc…)
    Voilà, je voulais terminer sur une note positive : il ne faut jamais baisser les bras dans la vie, on peut modifier le cours des choses en gardant une volonté d’enfer.
    Bisous, à bientôt,
    Stella

    (Pardonne-moi d’avoir copié/collé ce message, j’avais envie de donner des nouvelles et, en même temps si peu de temps pour le faire).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s