SPQR

Informations occultées par les médias – Actualité insolite – Politiquement Incorrect – Créer un vrai changement de politique : Instaurer la Démocratie.


  • READ THIS BLOG

    IN ENGLISH

    AUF DEUTSCH

    France Etats_Unis

    Israël Québec

    Canada

  • Commentaires récents

    top wordpress blogs sur Dangereuse insuffisance de la…
    dangerous drugs sur Quand la City veut légaliser l…
    hosman pandor sur La dispense de recherche …
    Jean-François RP sur Quand la City veut légaliser l…
    Une vérité qui déran… sur Une vérité qui dérange : un ma…
    Agencias de modelos… sur La revue de presse de SPQR…
    spqr sur La dispense de recherche …
    spqr sur La dispense de recherche …
    Anonyme sur La dispense de recherche …
    GIULIA sur La dispense de recherche …
    spqr sur La dispense de recherche …
    Baron sur La dispense de recherche …
    spqr sur Gauchistes en action
    Elgocho sur Gauchistes en action
  • Blogs amis

    Deborah  Deborah
    Marie BlandMarie Bland
    Michel Garroté
    Monde Info
    Dave
     Dave.new
    Naibed Élisa Naibed :  de moi, et (surtout) de féminisme
    YAHEL : NUEVA EUROPA Desde el presente miremos hacia el futuro
    Amiral Woland brèves 3.0
    Commissaire : APEX
    couLisa  LisaLisa
    a-fleur-de-vieA fleur de vie
    : Emploi et santé
    asturies.png Reconquista Redux

  • Rien que pour les images !

  • Citations

    "Les faits sont têtus; quels que soient nos souhaits, nos inclinations ou les voeux de nos passions, ils ne peuvent changer l'état de fait et la preuve." John Adams

    "Je regarde vraiment avec commisération la grande masse de mes concitoyens qui, lisant les journaux, vivent et meurent dans la croyance qu’ils ont su quelque chose de ce qui s’est passé dans le monde à leur époque." Thomas Jefferson

    "Dieu se rit des hommes qui se plaignent des conséquences des causes qu’ils chérissent." Bossuet

    "Une société qui abandonne un peu de liberté pour gagner un peu de sécurité ne mérite ni l'une ni l'autre et perd les deux." Benjamin Franklin

    "A fanatic is one who can't change his mind and won't change the subject." Winston Churchill

    "Les paroles qui ne sont suivies d'aucun effet sont comptées pour rien." Démosthène

    "Je crois d'un bon citoyen de préférer les paroles qui sauvent aux paroles qui plaisent." Démosthène

    "Ce n'est pas parce qu'on est nombreux à avoir tort que l'on a raison." Jean-Claude Devé

    "Les hommes croient ce qu'ils désirent." Jules César

    "Il y a en permanence un cinquième des gens qui sont contre." John F. Kennedy

    "Vous pouvez tromper tout le monde un certain temps. Vous pouvez même tromper quelques personnes tout le temps, mais vous ne pouvez pas tromper tout le monde tout le temps." Abraham Lincoln

    "Pousser en commun, mais non penser en commun." Marc-Aurèle

    "On peut aisément pardonner à l'enfant qui a peur de l'obscurité ; la vraie tragédie de la vie, c'est lorsque les hommes ont peur de la lumière." Platon

    "L'opinion est quelque chose d'intermédiaire entre la connaissance et l'ignorance." Platon

    "Les pays n’ont pas d’amis, mais des intérêts." Général de Gaulle

    "Il y a une immense distance entre un peuple libre se donnant à lui-même ses lois et un peuple désignant des représentants pour écrire des lois à leur place." Rousseau

    "Je veux dire qu’il est considéré comme démocratique que les magistratures soient attribuées par le sort et comme oligarchique qu’elles soient électives." Aristote

    "Le courage c'est de refuser la loi du mensonge triomphant, de chercher la vérité et de la dire." Jean Jaurès

    "La censure la plus efficace est l'abrutissement de la population mais aussi le fait de la mener vers des combats inutiles."
    The Thinker

    "On a trouvé, en bonne politique, le secret de faire mourir de faim ceux qui, en cultivant la terre, font vivre les autres."
    François-Marie Arouet, dit Voltaire

    "De prime abord, je ne crois jamais en ce que l'on me dit de façon péremptoire, je vérifie, et si je ne le peux pas, je réfléchis, je compare."
    Cevennevive

    "En politique, rien n’arrive par hasard. Chaque fois qu’un événement survient, on peut être certain qu’il avait été prévu pour se dérouler ainsi."
    Léon Trotsky

    "Nul n’est plus esclave que celui qui se croit libre sans l’être."
    Johann Wolfgang von Goethe

L’industrie agro-alimentaire a créé des usines à virus

Posted by spqr sur lundi, 20 juillet, 2009

Elevage en batterie - Usine à imitation de viande

Elevage en batterie - Usine à imitation de viande - Une vie de martyr pour les animaux

Tout comme Mike Davis, Johann Hari met en accusation les méthodes de l’industrie agro-alimentaire qui favorisent les épidémies virales.

Les exploitations qui confinent ensemble des milliers d’animaux stressés, souvent blessés et malades, dans des conditions déplorables, sont des terrains de prédilection pour les mutations et les évolutions rapides des virus.

Ces fermes sont « l’environnement parfait pour les souches résistantes », souligne un responsable sanitaire américain qui avertit que « si l’on voulait créer une pandémie mondiale, il faudrait construire autant que possible de ce type de fermes. » Les modes d’élevages plus traditionnels, donnant des animaux plus robustes, élevés en moins grand nombre, constituaient des barrières de fait à la propagation des virus, rappelle Johann Hari, qui note que les épisodes viraux se sont multipliés en parallèle avec l’industrialisation croissante de l’élevage.

Par Johann Hari :

Un nombre croissant de scientifiques estime que, non, cette grippe porcine n’est pas survenue accidentellement. Ils affirment au contraire que cette pandémie globale – et toutes les morts qui vont suivre – est une conséquence directe de la demande de viande bon marché. Serait-ce donc la manière dont nous produisons cette viande qui nous rend malades comme des cochons ?

A première vue, cela a l’air absurde. De tous temps, les virus ont muté, et ils ont parfois pris des formes dangereuses, fauchant alors les vies humaines. C’est une réalité à laquelle on ne peut échapper, comme les tsunamis ou les tremblements de terre. Mais de plus en plus, les données scientifiques suggèrent que nous avons involontairement inventé une méthode artificielle d’accélérer l’évolution de ces virus mortels – et de les disperser à travers le monde. Il s’agit des élevages industriels, produisant de la viande à bon compte, avec en prime, des virus qui se propagent.

Pour comprendre comment tout ceci est arrivé, il faut comparer deux types de fermes. Mes grand-parents avaient une porcherie dans les montagnes suisses, avec tout au plus 20 porcs à la fois.
Que serait-il arrivé, si dans les intestins de l’un de ces porcs, un virus avait muté et pris une forme plus mortelle ? Le virus aurait rencontré en chemin la vigoureuse résistance du système immunitaire des porcs.
Ces animaux vivaient en plein air, sans stress et avec une alimentation qui leur convenait – ils avaient donc une robustesse leur permettant de résister. Si le virus s’était installé, il ne serait pas allé plus loin que là où le cochon infecté ne le pouvait. Ainsi, le virus ne disposait que de 20 autres porcs alentour pour se développer et y muter – et atteindre le terme de son évolution avant de s’éteindre.

Un virus vraiment chanceux et aventureux pouvait sans doute aller rejoindre le marché au bestiaux et s’attaquer à d’autres petits groupes de porcs en bonne santé. Mais il avait très peu de chances de se propager sur une importante population porcine ou d’évoluer vers un type de virus transmissible aux humains.

Comparons maintenant avec ce qui se passe quand un virus évolue dans un grand élevage moderne :
Dans la plupart de ces porcheries industrielles, 6 000 porcs sont entassés museau contre museau dans des cages étroites où ils peuvent à peine bouger, et sont nourris en permanence d’une espèce de bouillie artificielle, vivant au dessus de leurs propres immondices.

Au lieu de n’avoir que 20 porcs dans lesquels se développer, le virus en a maintenant des milliers, qui sans arrêt s’infectent et se réinfectent les uns les autres. Il peut se combiner et se recombiner. L’ammoniac du lisier au dessus duquel ils vivent brûle les voies respiratoires des porcs, rendant ainsi plus facile l’accès des virus. Autant dire que le système immunitaire de ces porcs est en chute libre. Ils sont stressés, déprimés et en panique permanente, et sont bien plus aisément victime de l’infection. Il n’y a ni air frais, ni lumière du jour pour renforcer leur défenses naturelles. Ils vivent dans un air chargé de virus, et ils y sont exposés chaque fois qu’ils respirent.

Comme l’explique le Docteur Michael Greger, responsable du secteur Santé Publique et Agriculture Animale de la Humane Society, aux Etats-Unis : « rassemblez tout ceci, et vous créez un environnement parfait pour ces souches résistantes. Si on voulait créer une pandémie mondiale, il faudrait construire le plus d’élevages industriels possible. Voilà pourquoi le développement de la grippe porcine n’est vraiment pas une surprise pour les professionnels de la santé publique. En 2003, l’American Public Health Association – la plus ancienne et la plus importante au monde – a appelé à un moratoire sur les élevages industriels parce qu’elle entrevoyait que quelque chose allait arriver. Il faudra sans doute quelque chose d’aussi sérieux qu’une pandémie pour nous faire prendre conscience du coût réel de l’élevage industriel. »

De nombreuses études détaillées sur les élevages industriels qui sont parues ces dernières années viennent appuyer cet avis. Le docteur Ellen Silbergeld est professeur des sciences de la santé environnementale à la Johns Hopkins University. Elle m’a indiqué que ses études détaillées, proches du terrain l’ont amenée à la conclusion qu’il y a un « lien très fort » entre les élevages industriels et les nouvelles formes de grippe plus puissantes que nous connaissons aujourd’hui. « Au lieu que le virus ne dispose que d’un seul essai sur la roulette [évolutive], il en a des milliers et des milliers, pour le même prix. C’est ce qui détermine l’évolution de nouvelles maladies. »

Hier encore, on ne pouvait que spéculer sur l’origine du virus mortel H1N1 – mais aujourd’hui on en sait davantage. Le centre d’informatique biologique de la Columbia University a analysé les virus et estime maintenant qu’il n’y a pas émergence d’un triple virus de grippe aviaire porcine et humaine. C’est une variante proche d’une souche connue précédemment. On peut étudier son arbre généalogique – et son aieul était un virus qui a muté dans l’environnement artificiel d’un grand élevage industriel en Caroline du Nord.

Est-ce que cette nouvelle souche a également muté dans les mêmes circonstances ? On est tenté de le croire aujourd’hui, mais il est difficile de conclure. Nous savons que la ville où la grippe porcine s’est déclarée au départ – Perote, au Mexique – abrite une énorme ferme industrielle, et compte 950 000 porcs. Le Dr Silbergeld ajoute : « les élevages industriels n’offrent aucune sécurité sur le plan biologique. Il y a des gens faisant des allées et venues sans arrêt. Si vous vous tenez à quelques kilomètres sous le vent d’un élevage industriel, vous pouvez facilement attraper des virus pathogènes. Et le lisier n’est pas toujours éliminé. »

Ce n’est pas par hasard si l’on a assisté pendant les dix dernières années à une explosion de nouveaux virus, précisément au moment où l’élevage industriel s’est tellement développé. Par exemple, entre 1994 et 2001, le pourcentage de porcs américains qui vivent et meurent dans d’immenses fermes industrielles a grimpé de 10% à 72%. La grippe porcine, qui était stable depuis 1918, a soudain pris un essor extraordinaire pendant cette période.

Quel maux allons-nous nous infliger pour cause de viande à bas prix ?
Nous savons que la grippe aviaire s’est développée dans les très grands poulaillers industriels. Et nous savons que l’usage massif de nourriture animale pleine d’antibiotiques a donné naissance à une nouvelle sorte de staphylocoque doré résistant [1] . C’est un procédé simple, horrible. Le meilleur moyen de maintenir en vie ces animaux est de les gaver d’antibiotiques. Mais ceci a généré un combat au corps à corps avec les bactéries, qui deviennent de plus en plus résistantes aux antibiotiques – d’où émergent enfin de compte des virus super-forts, invulnérables à nos armes médicales. Ce système a engendré un nouveau genre de staphylocoque doré, responsable maintenant de 20% des infections humaines dues aux virus. Sir Liam Donaldson, le Médecin Chef du gouvernement britannique, met en garde : « chaque usage inapproprié [des antibiotiques] pour les animaux ou en agriculture représente une condamnation à mort potentielle pour un futur patient. »

Bien entendu, l’industrie agroalimentaire tente désespérément de nier que tout ceci soit vrai : leurs résultats financiers dépendent du maintien sur ses rails de ce système bancal. Mais lorsque l’on prend en compte le coût de toutes les maladies et pandémies, cette viande à bon marché se révèle soudainement être une illusion.
Nous avons toujours su que l’élevage industriel était une faute sur la conscience de l’humanité – mais nous craignons désormais que ce ne soit aussi le cas pour notre santé. Si nous poursuivons dans cette voie, la grippe aviaire et la grippe porcine ne seront que les premières manifestation d’un siècle de mutations de virus.

Maintenant que nous sommes les témoins d’une pandémie globale, balayant le monde, nous devons mettre un terme à ces fabriques de virus – avant qu’elles ne mettent fin à de nombreuses vies humaines.

Johann Hari
Johann Hari has reported from Iraq, Israel/Palestine, the Congo, the Central African Republic, Venezuela, Peru and the US, and his journalism has appeared in publications all over the world. The youngest person to be nominated for the Orwell Prize for political writing, in 2003 he won the Press Gazette Young Journalist of the Year Award and in 2007 Amnesty International named him Newspaper Journalist of the Year. He is a contributing editor of Attitude magazine and published his first book, God Save the Queen ?, in 2003.


Les passages mis en gras et en italiques le sont par spqr


Source : Fondation The Independent : Life-threatening disease is the price we pay for cheap meat (Les maladies menaçantes pour la vie sont le prix que nous payons pour la viande bon marché)

Découvert sur : Contre Info


Lire aussi :
Guardian : The swine flu crisis lays bare the meat industry’s monstrous power, par Mike Davis
Chicago Tribune : L’enfer des porcs



Additif par spqr :

notesNotes :
– Est-il utile de vous préciser que les écolos ne font rien contre ces énormes élevages industriels ? Tout au plus parlent-ils mais se gardent bien d’agir ? Les avez-vous déjà vu manifester devant ces usines ou bloquer la sortie des camions ? Réfléchissez et demandez-vous pourquoi  😉
– Par contre vous les verrez partir en guerre contre le chasseur qui tue trois faisans (élevés en plein air, cela va sans dire) dans l’année  🙄
– Par contre, sur vos télévisions officielles, vous verrez les « zautorités » se mettre en campagne pour « alerter » les con-sommateurs contre la fermière qui vend trois poules et deux lapins dans un panier sur un marché le Dimanche matin sous prétexte qu’elle n’a pas de vitrine réfrigérée. Là, vous les entendez : « alerte à l’hygiène… danger ». Faut-il vous préciser qui est, en réalité, derrière ce genre de propagande ?

– En attendant, « qu’en haut », « on » décide quelque chose (et dans ce domaine, vous attendrez longtemps…), vous pouvez agir à votre niveau de consommateur : Pourquoi n’acheteriez-vous pas votre viande là où vous devriez l’acheter, c’est-à-dire chez un boucher ; chez lui, la viande est coupée devant vous : pas de remballe !
– En attendant), vous pouvez agir à votre niveau de consommateur : Il y a 40 ans et plus, poulet, rôti de boeuf, gigot d’agneau, rôti de veau étaient des plats du Dimanche, voire de fête. Lors des réunions de famille, un poulet était servi pour une tablée de 8/9 personnes. Aujourd’hui et depuis plusieurs dizaines d’années, dans les cantines d’entreprise, il est servi presque chaque jour des parts correspondant à un quart du poulet (aile + tout le blanc du même côté ou cuisse + contre-cuisse). Pourquoi ?

notesNotes :
[1] SRAM : Staphylococcus Aureus Résistant à la Méticiline (ndt)

Illustration : Elevage industriel porcin ; il est de même des poulets industriels et des veaux industriels ; pour ceux-ci, sachez que c’est encore pire que pour les porcs, carrément atroce.

Publié par spqr le 20 Juillet 2009

N.B. : si vous souhaitez écrire un commentaire, cliquez sur “commentaire(s)” ; l’e-mail est facultatif.

3 Réponses to “L’industrie agro-alimentaire a créé des usines à virus”

  1. Juju said

    Je crois finalement que l’espèce humaine est en train de se tuer elle-même…Et ceux qui croient manger des poulets bios se trompent..
    Quoi que que vous mangiez maintenant, il est trop tard..Que vous mangiez bio ou non, c’est la même chose..
    Pourquoi je dis ça ?
    Parce que depuis toujours, je ne mangeais que les poulets fermiers de ma mère, les oeufs de ses poules..A une époque, c’était ses poules qui couvaient les oeufs qui allaient donner de jolis poussins..
    Et puis, au fur et à mesure, ma mère a acheté des poussins…Ensuite, elle les élevait, leur donnait du grain…Les poulets étaient heureux, gambadaient gaiement avant de finir « zigouiller » par ma mère..Même pas le temps de stresser…En 2 temps 3 mouvements, elle les attrapait et leur faisait leur fête..

    L’année dernière, nous sommes allés chez elle…Elle nous a dit que ses poulets crevaient tous..Elle nous a montré ceux qui étaient encore en vie..Tous boîtaient, titubaient comme des ivrognes, étaient faméliques…Elle nous en a quand même donné à manger…Et bien, ces poulets avaient le même goût que ceux qu’on achète dans les grandes surfaces à 2 euros…Dégueulasses, les os tous mous..

    Ma mère est donc allée se plaindre à celui qui lui avait vendu les poussins..Il a reconnu qu’il avait 2 sortes de prix de poussins et qu’il lui avait vendu les moins chers..
    Il lui a donné des poussins plus chers..Et bien, ceux-là sont devenus de beaux gaillards…Mais, je suppose que même ceux-là avaient été piqués aux antibios…Mais, moins que les autres, va savoir…De quels oeufs de poules provenaient-ils ? De quels élevages ?

    Maintenant, JE SAIS que… quoi que je mange, bête ou légume, c’est pratiquement du pareil au même….Bio, ça me fait doucement marrer..Car, d’où proviennent les oeufs, les graines ?

    Aujourd’hui, c’est la grippe H1N1 dont on ne sait combien de temps elle va durer, combien de personnes elle va tuer, si elle va muter ? Mais, si nous arrivons à l’enrayer, demain, ce sera quoi ?

    Après la vache folle, la grippe porcine, la grippe aviaire, que va-t-il nous tomber au coin de notre petite « gu….le » ? Notre corps devient de plus en plus résistant aux antibiotiques..

    Oui, on fait la guerre à la pauvre fermière qui vend 3 poules et 3 canards sur les marchés..On l’oblige à acheter une banque réfrigérée….Tu parles, elle a toujours vendu comme ça…Et, pendant ce temps-là, on laisse des élevages industriels nous tuer…Parce qu’il faut manger ? Tu parles ! A cause des bénéfices monstrueux que cela engendre..950 000 porcs au Mexique..Je ne savais pas que ça pouvait exister..Comment peut-on laisser faire ça !
    Quel héritage, quel monde allons-nous laisser à nos petits enfants !..Nous les tuons aussi sûrement que le fusil d’un chasseur..Les écolos me font doucement marrer…C’est vrai qu’on ne les voit jamais manifester devant ces monstrueux élevages…

    Cette année, il y a beaucoup de pommes, de poires, de fruits..Mes pommes sont toutes envahies de vers..Et, dans les supermarchés, ils sont beaux, brillants..De quels bons pesticides les a-t-on aspergés ? Mes pauvres pommes n’ont rien eu..Et le cidre que nous buvons ? Le vin ?

    Il faut savoir ce que l’on veut..Nous sommes tous fautifs..Bien fait pour moi si j’ai un cancer..Pourtant, ma mère m’a nourie au lait de vache..Mais, ensuite…Pourquoi tant de cancers du sein dont de + en + chez des jeunes femmes ou jeunes filles..Je crois que ce sont nous les mères qui leur avons apporté cet héritage…Mais, avec quoi ? La pilule ? Les pesticides ? J’habite la plaine de la Limagne, là, où il y des champs entiers de maïs, de tournesols, de colza, d’élevages de volailles, de cochons – mais des petits -….Est-ce une des raisons ? Les virus attaquent-ils aussi les petits élevages ?

  2. « C

  3. […] Garcia Lorca, Un poête à new York, « Officine et dénonciation », tr. fr. Pierre Darmangeat modifiée, Gallimard, 1961. Crédits photo […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s