SPQR

Informations occultées par les médias – Actualité insolite – Politiquement Incorrect – Créer un vrai changement de politique : Instaurer la Démocratie.


  • READ THIS BLOG

    IN ENGLISH

    AUF DEUTSCH

    France Etats_Unis

    Israël Québec

    Canada

  • Commentaires récents

    top wordpress blogs sur Dangereuse insuffisance de la…
    dangerous drugs sur Quand la City veut légaliser l…
    hosman pandor sur La dispense de recherche …
    Jean-François RP sur Quand la City veut légaliser l…
    Une vérité qui déran… sur Une vérité qui dérange : un ma…
    Agencias de modelos… sur La revue de presse de SPQR…
    spqr sur La dispense de recherche …
    spqr sur La dispense de recherche …
    Anonyme sur La dispense de recherche …
    GIULIA sur La dispense de recherche …
    spqr sur La dispense de recherche …
    Baron sur La dispense de recherche …
    spqr sur Gauchistes en action
    Elgocho sur Gauchistes en action
  • Blogs amis

    Deborah  Deborah
    Marie BlandMarie Bland
    Michel Garroté
    Monde Info
    Dave
     Dave.new
    Naibed Élisa Naibed :  de moi, et (surtout) de féminisme
    YAHEL : NUEVA EUROPA Desde el presente miremos hacia el futuro
    Amiral Woland brèves 3.0
    Commissaire : APEX
    couLisa  LisaLisa
    a-fleur-de-vieA fleur de vie
    : Emploi et santé
    asturies.png Reconquista Redux

  • Rien que pour les images !

  • Citations

    "Les faits sont têtus; quels que soient nos souhaits, nos inclinations ou les voeux de nos passions, ils ne peuvent changer l'état de fait et la preuve." John Adams

    "Je regarde vraiment avec commisération la grande masse de mes concitoyens qui, lisant les journaux, vivent et meurent dans la croyance qu’ils ont su quelque chose de ce qui s’est passé dans le monde à leur époque." Thomas Jefferson

    "Dieu se rit des hommes qui se plaignent des conséquences des causes qu’ils chérissent." Bossuet

    "Une société qui abandonne un peu de liberté pour gagner un peu de sécurité ne mérite ni l'une ni l'autre et perd les deux." Benjamin Franklin

    "A fanatic is one who can't change his mind and won't change the subject." Winston Churchill

    "Les paroles qui ne sont suivies d'aucun effet sont comptées pour rien." Démosthène

    "Je crois d'un bon citoyen de préférer les paroles qui sauvent aux paroles qui plaisent." Démosthène

    "Ce n'est pas parce qu'on est nombreux à avoir tort que l'on a raison." Jean-Claude Devé

    "Les hommes croient ce qu'ils désirent." Jules César

    "Il y a en permanence un cinquième des gens qui sont contre." John F. Kennedy

    "Vous pouvez tromper tout le monde un certain temps. Vous pouvez même tromper quelques personnes tout le temps, mais vous ne pouvez pas tromper tout le monde tout le temps." Abraham Lincoln

    "Pousser en commun, mais non penser en commun." Marc-Aurèle

    "On peut aisément pardonner à l'enfant qui a peur de l'obscurité ; la vraie tragédie de la vie, c'est lorsque les hommes ont peur de la lumière." Platon

    "L'opinion est quelque chose d'intermédiaire entre la connaissance et l'ignorance." Platon

    "Les pays n’ont pas d’amis, mais des intérêts." Général de Gaulle

    "Il y a une immense distance entre un peuple libre se donnant à lui-même ses lois et un peuple désignant des représentants pour écrire des lois à leur place." Rousseau

    "Je veux dire qu’il est considéré comme démocratique que les magistratures soient attribuées par le sort et comme oligarchique qu’elles soient électives." Aristote

    "Le courage c'est de refuser la loi du mensonge triomphant, de chercher la vérité et de la dire." Jean Jaurès

    "La censure la plus efficace est l'abrutissement de la population mais aussi le fait de la mener vers des combats inutiles."
    The Thinker

    "On a trouvé, en bonne politique, le secret de faire mourir de faim ceux qui, en cultivant la terre, font vivre les autres."
    François-Marie Arouet, dit Voltaire

    "De prime abord, je ne crois jamais en ce que l'on me dit de façon péremptoire, je vérifie, et si je ne le peux pas, je réfléchis, je compare."
    Cevennevive

    "En politique, rien n’arrive par hasard. Chaque fois qu’un événement survient, on peut être certain qu’il avait été prévu pour se dérouler ainsi."
    Léon Trotsky

    "Nul n’est plus esclave que celui qui se croit libre sans l’être."
    Johann Wolfgang von Goethe

La globalisation, l’UE et les lobbies anti-démocrates

Posted by Martin de Bruxelles sur dimanche, 17 mai, 2009

Parlement européen de StrasbourgLes prochaines élections européennes sont l’opportunité de mettre à jour cet article sur l’UE. Comme le précédent, il montre comment les citoyens de France et d’Europe vont se faire rouler par des politiciens décidés à agir contre leur volonté.

Qui a décidé la globalisation des économies européennes ?

Vous souvenez-vous avoir jamais constaté que l’un des partis politiques qui se partagent le pouvoir en Europe depuis les 30 dernières années, avait mis dans son programme politique, parmi les points les plus importants, parmi les orientations qui changent fondamentalement une société, sa position concernant le mondialisme, la mondialisation ou la globalisation des économies ?

Quelles sont les élections dont le mondialisme était l’enjeu clairement déclaré et dont il est sorti vainqueur ? Le mondialisme a-t-il été décidé démocratiquement ?

La globalisation des économies n’est pas venue s’imposer dans nos contrées européennes comme viendrait l’épidémie d’une maladie inconnue, à laquelle personne ne s’attendait. La globalisation des économies a été voulue et imposée en Europe par ceux qui dirigent les États européens et par les lobbies qui entourent les cercles au pouvoir.

La globalisation des économies a pour conséquence en Europe la perte des emplois, la destruction des moyens de production industriels et bientôt agricoles, ainsi que la dégradation des conditions de travail. Lorsque par exemple les entreprises délocalisent des emplois vers d’autres continents, au Maroc, en Chine ou ailleurs, les représentants des partis au pouvoir font parfois un déplacement électoraliste sur le lieu de la catastrophe économique et ils déplorent publiquement ces conséquences nocives de la globalisation. Mais en vérité ce politiques appartiennent aux partis politiques qui au fil des 30 dernières années ont mis en place la globalisation.

Ces orientations vers la globalisation ont par exemple été confirmées et renforcées lors du Sommet du Conseil européen de Lisbonne, en mars 2000. Le Conseil européen réunit quatre fois par an les chefs d’État et de gouvernement des États membres de l’Union européenne. Toutes les orientations importantes de l’Union européenne sont décidées lors de ces sommets périodiques.

Les orientations de Lisbonne, comme d’autres orientations qui visent les mêmes objectifs de globalisation, ont donc bien été décidées par les partis politiques qui en Europe alternent au pouvoir ces 30 dernières années ou plus.

Les orientations de Lisbonne se situent dans le cadre de la globalisation et leur but déclaré est d’améliorer la compétitivité des entreprises de l’UE en s’alignant sur les façons de procéder qui sont courantes dans les pays tels que la Chine ou l’Inde, où n’existent pas la protection sociale et la réglementation des conditions de travail des salariés. Cela signifierait reculer vers les conditions sociales qui étaient normales en Europe au début du 19ème siècle. En résumé à la place du libéralisme on vise l’ultralibéralisme, ou en d’autres termes, à la place du capitalisme avec visées sociales, on veut le capitalisme pur.

Si on veut remplacer les orientations de Lisbonne, par des orientations européennes économiques que souhaite majoritairement la population européenne, quelles que soient ces orientations souhaitées par la population, il faudrait que des mécanismes existent pour permettre aux citoyens d’exprimer et d’imposer leur volonté aux politiques.

La globalisation des économies

La globalisation des économies a sa source idéologique dans la doctrine politique du mondialisme. Le mondialisme cherche à uniformiser les populations de la planète. Le mondialisme se soucie avant tout des intérêts des populations de la planète globalement et il est contre la préservation des intérêts ainsi que des particularités de telle ou telle population. Le mouvement issu du mondialisme est la mondialisation, qui agit pour homogénéiser la planète par un ensemble de procédés : flux migratoires massifs au niveau planétaire, propagande en faveur du mélange des races, uniformisation culturelle par la répétition incessante des idées destinées à s’imposer au niveau mondial, dénigrement de toute forme de nationalisme etc. La globalisation des économies, qui est un aspect de la mondialisation, agit donc contre la préservation des intérêts et des particularités des Européens d’origine.

Les critiques variées qui de tous bords sont adressées au mondialisme, peuvent être résumées ainsi : « Le mondialisme est un projet politique totalitaire destiné à établir un gouvernement mondial et à uniformiser tous les habitants de la Terre, afin de les soumettre aux désirs de l’internationalisme socialiste et aux besoins du capitalisme multinational ».

La globalisation de l’UE est voulue par les partis politiques et par les lobbies

La globalisation des économies est l’exemple suprême d’une orientation fondamentale décidée dans les hautes sphères politiques de l’UE et confirmée par les grands partis politiques qui alternent au pouvoir dans les États Membres de l’UE. La globalisation des économies est un exemple de décision de l’UE où les lobbies ont clairement forcé l’orientation politique malgré les souhaits opposés des citoyens européens.

L’idéologie dominante parmi les politiques européens est le mondialisme. Cette idéologie, qui est soutenue par les lobbies (ou « lobbys » dans certains articles de la presse française), consiste à déshabiller les riches pour habiller les pauvres. Comme la population de l’UE est dans le camp des riches elle finance le développement des autres continents. Ce faisant la population de l’UE s’appauvrit à la fois matériellement et dans son identité. Le mondialisme est l’ennemi des Européens. Les grands partis politiques qui alternent au pouvoir dans les États Membres collaborent avec cet ennemi.

L’idéologie dominante parmi les politiques européens devrait être l’européanisme, alors ils auraient pour priorité d’œuvrer au bénéfice des européens.

Les partis politiques et les lobbies agissent contre la volonté majoritaire des citoyens

Turquie=Cheval de Troie

La procédure d’introduction de la Turquie dans l’UE est encore un exemple de décision de l’UE où les lobbies ont clairement forcé l’orientation malgré les souhaits opposés des citoyens européens. La volonté majoritaire des citoyens étant étouffée, l’adhésion de la Turquie est une décision antidémocratique de plus.

Les citoyens qui sont contre l’arrivée de la Turquie dans l’UE, ou qui veulent que ce processus débute d’abord avec d’autres pays, n’ont pas de possibilités financières pour payer des agences de lobbying.

Pour chaque pays candidat, il faudrait AVANT de commencer la procédure d’adhésion (et pas seulement à la fin de la procédure !) demander à l’ensemble des européens d’exprimer leur accord ou désaccord.

La procédure d’adhésion dure des années et coûte de l’argent aux contribuables européens, par conséquent il ne faut démarrer la procédure d’adhésion que si les Européens ont démocratiquement exprimé leur accord. Un référendum serait approprié, car il permet aux citoyens de s’exprimer sans l’intermédiaire des politiques, qui souvent pour le moins déforment la volonté majoritaire des citoyens, et parfois l’ignorent délibérément. Lorsqu’à la fin de la procédure, qui peut durer des années, le pays candidat semble avoir rempli les conditions économiques et législatives (c’est l’objectif de la procédure d’adhésion) il faut un deuxième référendum pour confirmer que les Européens n’ont pas changé d’avis et qu’ils sont d’accord avec les politiques qui prétendent que le pays candidat a rempli les conditions.

Si la démocratie n’étaient pas factice, si les citoyens européens avaient la possibilité à décider, les agences de lobbying existeraient-elles ?

Les lobbies sous des formes diverses, représentant les intérêts financiers qui veulent influencer les politiques et l’opinion publique, accroissent leur activité en Europe : à Bruxelles dans toutes les institutions de l’UE, auprès des gouvernements et des parlements des Etats membres de l’UE, sur des forums, et ainsi de suite.

Les lobbies contre la démocratie

Un genre de lobbies sont les groupes d’intérêt, souvent très bien organisés en associations, ou les groupes de réflexion (« think-tanks ») parfois financés même par les institutions de l’Union européenne (c’est à dire : par l’argent des contribuables européens) pour favoriser les idéologies qui n’ont pas la faveur des citoyens européens : mondialisation, globalisation, introduction de la Turquie dans l’UE [1], immigration en Europe depuis d’autres continents [2], et ainsi de suite.

Si la démocratie était établie, le pouvoir appartiendrait aux citoyens. [3] Les citoyens européens veulent des référendums, et ils doivent pouvoir exiger et obtenir des référendums par leur propre initiative sur n’importe quelle question (comme peuvent le faire par exemple les citoyens suisses) : les référendums sur l’initiative de la population européenne sont le seul moyen capable de garantir aux citoyens européens que les décisions dans l’UE seront prises démocratiquement.

Pour garantir la démocratie il faut garantir le droit aux référendums

Les décisions politiques ne sont pas démocratiques si les politiques sont libres pendant leur mandat de prendre des décisions qui ne sont pas approuvées par la majorité des citoyens. Les politiques au pouvoir (députés du Parlement européen ou des parlements nationaux, chefs d’État et de gouvernement) souvent déforment ou ignorent la volonté majoritaire des citoyens, en préférant écouter les lobbies ou en préférant suivre les préceptes des idéologies auxquelles adhèrent leurs partis politiques.

Les cas sont nombreux quand les parlements ou les chefs d’État et de gouvernement décident ce qui bon leur semble et ne respectent pas la volonté de la majorité de la population. Exemple flagrant : le vote sur la Constitution de l’Union européenne, dans la version proposée aux citoyens européens en octobre 2004. En France, cette constitution avait été approuvée à 92 % par les parlementaires avant d’être rejetée par 55 % des électeurs lors du référendum de mai 2005.

En démocratie les citoyens doivent avoir le droit à tout moment, sur toute question, selon les critères de leur choix, de décider par référendum. Les citoyens doivent avoir la liberté complète de parole, liberté au sujet de la question posée et au sujet des critères de décision. Toute entrave à cette liberté complète est signe de dictature.

Le référendum d’initiative populaire permet aux citoyens d’exercer le contrôle sur les politiques et de corriger les décisions politiques qui éventuellement ne conviennent pas à la majorité des citoyens. Le référendum d’initiative populaire n’est pas une utopie, ce serait au contraire le fondement même de la démocratie qui actuellement manque à l’UE et dans tous les États Membres de l’UE. Le référendum d’initiative populaire existe par exemple en Suisse, où les citoyens suisses peuvent demander pour toute question et à tout moment, par une procédure qui s’appelle « initiative populaire », qu’on procède à une « votation populaire ».

Selon la portée de la question, les référendums devraient être une procédure normale au niveau de l’Union européenne, de l’État membre, de la région ou au niveau local.

Indépendamment des référendums d’initiative populaire, les référendums paneuropéens doivent être obligatoires pour les questions qui concernent les fondements de l’UE et de son identité :

  • Constitution,
  • Chaque élargissement avec un nouvel État membre,
  • Politique au sujet de l’immigration venant d’autres continents,
  • Règles de l’attribution de la citoyenneté,
  • Politique sociale,
  • Mondialisme et globalisation de l’économie,
  • etc…

En attendant, si vous êtes un citoyen européen, qui voulez que votre voix de citoyen, sur une question particulière, soit entendue et respectée par les politiques, et naturellement si vous avez de grandes quantités d’argent à dépenser, alors c’est facile….. ici vous pouvez trouver comment les officines européennes de lobbying se font de la publicité : Le portail Européen du Lobbying: Public Affairs, Lobby et Institutions

Entrez en contact avec ces officines de lobbying, puis signez le contrat et le chèque, et selon vos souhaits, elles influenceront les décisions politiques et l’écriture des lois.

Notes :

[1] Si vous voulez savoir plus au sujet de la manière anti-démocratique de conduire l’élargissement de l’UE, vous pouvez lire la contribution « Turquie et 20 questions sur l’élargissement».

[2] Rédaction ultérieure

Martin de Bruxelles

Additif par spqr :

Cet article est une mise à jour de notre article publié le 08 Mars 2007 ; les prochaines élections européennes du 7 Juin 2009 en sont l’occasion.

– Y organiser des élections ne suffit pas pour dire qu’un pays est démocratique, idem pour l’Union Européenne.

– J’ai lu quelque part et je cite de mémoire : l’UMP et le PS ont voté de la même façon 97% des textes qui leur ont été soumis au Parlement européen ; et encore, sur 30 textes sur lesquels ils étaient en désaccord, l’UMP s’est abstenue pour 10 d’entre eux et un seul sur les 30 relevait du domaine législatif.

Peut-on encore parler de « partis opposés » dans ces conditions ??

– n’oubliez pas que ces élections sont au suffrage universel à un seul tour et les sièges au Parlement Européen sont attribués à la proportionnelle, donc même un petit parti peut avoir des sièges, au prorata de son nombre de voix : votez selon vos préférences, car la notion de vote « utile » n’a pas de sens aux élections européennes

– n’oubliez pas que le financement des partis politiques se font aussi proportionnellement au nombre de voix qu’ils ont obtenues.

– en ce moment, les média tentent de vous enfermer dans une logique binaire par des titres comme « L’UMP devance toujours le PS » ; ils vous prennent pour des cons. Cela n’a aucun sens car c’est un scrutin à la proportionnelle et non un scrutin majoritaire.

– allez voter : qui ne dit mot consent.

Autres articles sur le même sujet :

[3] Lisez l’article sur SPQR : « Qu’est-ce que la démocratie ? » 

[4] Lisez l’article sur SPQR : « Comment contrer les lobbies de toute sorte et comment aller vers la démocratie » 

Publié par Martin de Bruxelles le 17 Mai 2009

N.B. : si vous souhaitez écrire un commentaire, cliquez sur “commentaire(s)” ; l’e-mail est facultatif.

2 Réponses to “La globalisation, l’UE et les lobbies anti-démocrates”

  1. Excellent article, long à lire mais captivant.
    Au sujet de l’entrée de la Turquie dans l’UE, j’espère bien que nous ne serons pas « cocus » et qu’on ne nous l’imposera pas.
    Pas beaucoup de temps pour tout commenter car je suis en famille.
    Un petit coucou en ce dimanche du week-end de l’ascencion.
    C’est l’été, pourvu que ça dure. Profite de cette belle journée.
    A très bientôt et gros bisous.

  2. marie said

    Cocus on l’est et cocus on restera. Les gens ne veulent pas comprendre….

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :