SPQR

Informations occultées par les médias – Actualité insolite – Politiquement Incorrect – Créer un vrai changement de politique : Instaurer la Démocratie.


  • READ THIS BLOG

    IN ENGLISH

    AUF DEUTSCH

    France Etats_Unis

    Israël Québec

    Canada

  • Commentaires récents

    seo canberra sur Libye : le Parti Socialiste s’…
    Perfumes a pronta en… sur 26 mythes sur la Russie
    บริษัท digital agenc… sur Dangereuse insuffisance de la…
    top wordpress blogs sur Dangereuse insuffisance de la…
    dangerous drugs sur Quand la City veut légaliser l…
    hosman pandor sur La dispense de recherche …
    Jean-François RP sur Quand la City veut légaliser l…
    Une vérité qui déran… sur Une vérité qui dérange : un ma…
    Agencias de modelos… sur La revue de presse de SPQR…
    spqr sur La dispense de recherche …
    spqr sur La dispense de recherche …
    Anonyme sur La dispense de recherche …
    GIULIA sur La dispense de recherche …
    spqr sur La dispense de recherche …
  • Blogs amis

    Deborah  Deborah
    Marie BlandMarie Bland
    Michel Garroté
    Monde Info
    Dave
     Dave.new
    Naibed Élisa Naibed :  de moi, et (surtout) de féminisme
    YAHEL : NUEVA EUROPA Desde el presente miremos hacia el futuro
    Amiral Woland brèves 3.0
    Commissaire : APEX
    couLisa  LisaLisa
    a-fleur-de-vieA fleur de vie
    : Emploi et santé
    asturies.png Reconquista Redux

  • Rien que pour les images !

  • Citations

    "Les faits sont têtus; quels que soient nos souhaits, nos inclinations ou les voeux de nos passions, ils ne peuvent changer l'état de fait et la preuve." John Adams

    "Je regarde vraiment avec commisération la grande masse de mes concitoyens qui, lisant les journaux, vivent et meurent dans la croyance qu’ils ont su quelque chose de ce qui s’est passé dans le monde à leur époque." Thomas Jefferson

    "Dieu se rit des hommes qui se plaignent des conséquences des causes qu’ils chérissent." Bossuet

    "Une société qui abandonne un peu de liberté pour gagner un peu de sécurité ne mérite ni l'une ni l'autre et perd les deux." Benjamin Franklin

    "A fanatic is one who can't change his mind and won't change the subject." Winston Churchill

    "Les paroles qui ne sont suivies d'aucun effet sont comptées pour rien." Démosthène

    "Je crois d'un bon citoyen de préférer les paroles qui sauvent aux paroles qui plaisent." Démosthène

    "Ce n'est pas parce qu'on est nombreux à avoir tort que l'on a raison." Jean-Claude Devé

    "Les hommes croient ce qu'ils désirent." Jules César

    "Il y a en permanence un cinquième des gens qui sont contre." John F. Kennedy

    "Vous pouvez tromper tout le monde un certain temps. Vous pouvez même tromper quelques personnes tout le temps, mais vous ne pouvez pas tromper tout le monde tout le temps." Abraham Lincoln

    "Pousser en commun, mais non penser en commun." Marc-Aurèle

    "On peut aisément pardonner à l'enfant qui a peur de l'obscurité ; la vraie tragédie de la vie, c'est lorsque les hommes ont peur de la lumière." Platon

    "L'opinion est quelque chose d'intermédiaire entre la connaissance et l'ignorance." Platon

    "Les pays n’ont pas d’amis, mais des intérêts." Général de Gaulle

    "Il y a une immense distance entre un peuple libre se donnant à lui-même ses lois et un peuple désignant des représentants pour écrire des lois à leur place." Rousseau

    "Je veux dire qu’il est considéré comme démocratique que les magistratures soient attribuées par le sort et comme oligarchique qu’elles soient électives." Aristote

    "Le courage c'est de refuser la loi du mensonge triomphant, de chercher la vérité et de la dire." Jean Jaurès

    "La censure la plus efficace est l'abrutissement de la population mais aussi le fait de la mener vers des combats inutiles."
    The Thinker

    "On a trouvé, en bonne politique, le secret de faire mourir de faim ceux qui, en cultivant la terre, font vivre les autres."
    François-Marie Arouet, dit Voltaire

    "De prime abord, je ne crois jamais en ce que l'on me dit de façon péremptoire, je vérifie, et si je ne le peux pas, je réfléchis, je compare."
    Cevennevive

    "En politique, rien n’arrive par hasard. Chaque fois qu’un événement survient, on peut être certain qu’il avait été prévu pour se dérouler ainsi."
    Léon Trotsky

    "Nul n’est plus esclave que celui qui se croit libre sans l’être."
    Johann Wolfgang von Goethe

Le Pape, le préservatif et la prédation sexuelle en Afrique

Posted by spqr sur mercredi, 8 avril, 2009

Dikongue Jean Jacques

La déclaration du pape en Afrique a fait grand bruit dans les média et parmi la classe politique, particulièrement les français, toujours prêts à donner des leçons au monde entier. Mais qu’en pensent les premiers concernés, à savoir les africains eux-mêmes ? La réaction des média et des politiciens africains est tout à fait à l’opposé, plutôt favorable ; laissons donc parler un expert africain, mieux placé que les occidentaux pour s’exprimer sur les problèmes de l’Afrique :

Par Jean Jacques Dikongue :

Voilà au moins un pape qui n’est pas adepte de la lobotomisation de la pensée à laquelle, tous les jours, nous sommes conviés par ceux qui, mieux que chaque individu, savent ce qui est bon et mauvais pour lui. Ceux qui un jour décrètent que le monde va bien et le lendemain décrètent qu’il va mal pour que tout le reste du bétail s’aligne.

Pape Benoit XIV en Afrique

On peut le trouver sympathique ou pas et là n’est même pas la question, Benoit XVI, a le mérite au moins, de ne pas marcher dans cette pensée unique globalisante et ambiante. Il sait souvent nous sortir de cet emprisonnement de la pensée unique pour nous inviter à plus de réflexion, à nous libérer du carcan dans lequel nous invitent les censeurs bienpensants.

En déclarant, que le problème du sida ne, je cite : « peut pas être réglé » par la « distribution de préservatif s» et qu’« au contraire, leur utilisation aggrave le problème », l’on nous fait croire que le pape a réussi à faire l’unanimité contre lui par ses propos. Mais qui donc est cette unanimité ? Qui décide donc de la stupidité des propos des uns et des autres selon que ceux-ci n’arrangent pas leur business ?

Sommes-nous dans un regard africain des déclarations du pape ou dans le prisme occidental de l’analyse des propos du pape ?

La levée de bouclier est venue de ceux et celles pour qui l’Afrique permet de sortir de l’ombre, des chantres du misérabilisme, pour qui s’enrichir sur le dos de l’Afrique est devenu un sport national et aussi un tremplin pour se voir décerner tel un titre d’expert, tel autre celui de spécialiste de l’Afrique. Nous posons calmement la question : Combien de cas de sida ont été résolus pas l’utilisation des préservatifs donc ? De combien a-t-il reculé ? Peut-on objectivement donner des chiffres ? NON !

Il n’est pas question de dire NON à l’utilisation du préservatif, mais d’insister sur le fait qu’une bonne éducation, une certaine prudence est toujours à mettre en évidence en lieu et place de l’encouragement de la sexualité débridée comme le laissent entendre les cris d’orfraie de ceux et celles qui voient le préservatif comme la panacée au grave problème pas seulement du sida, mais de la sexualité dévergondée, débridée qui sévit aujourd’hui partout ailleurs.

Ceux qui s’insurgent contre ces propos, semblent ignorer l’ampleur de la sexualité débridée dans certains pays africains, ampleur qui prend sa source dans l’utilisation des préservatifs comme gage de garantie d’une sexualité sans danger.

Dès l’âge de 10 ans, on voit des jeunes filles se livrer aux rapports sexuels avec des touristes occidentaux armés de préservatifs et cela ne choque personne, car au moins c’est couvert. Les parents, en proie à une extrême pauvreté, cautionnent que leur progéniture soit la proie de quelques individus malintentionnés et deviennent des objets de satisfaction sexuelle avec en esprit au moins, le préservatif les protège. C’est cette réalité que les insurgés ne veulent pas voir en face.

Les politiques occidentaux qui crient au scandale, par rapport à l’Afrique, ne sont-ils pas les mêmes avec la complicité des industries pharmaceutiques qui empêchent l’accès à la trithérapie gratuite en Afrique parce que cela ne rapporte pas assez d’argent ? Le regard critique porté sur les propos du pape venant de l’occident, n’obéit pas aux mêmes règles que celui des africains et ces derniers doivent en être conscients. D’un côté il s’agit d’une équation financière pure et dure et se résume à la question : combien cela ne nous rapportera plus, si le produit n’est plus vendu ? Tout comme il s’agit de faire entrer dans les mœurs, que la pratique de l’homosexualité est aussi naturelle que les rapports entre un homme et une femme. Rappelons en passant que selon les mêmes experts, le taux de prévalence du sida chez les homosexuels est très fort.

Il faut sortir de ce regard misérabiliste et de pitié que l’on jette sur l’Afrique. Car l’Afrique n’a pas besoin de la pitié ou des indignations teintées d’hypocrisie. Les propos du pape doivent être compris dans une équation différente et ne pas la poser dans le même référentiel que celui des occidentaux.

Il est hors du propos ici de dire que le préservatif soit inutile, et dans le cas de l’Afrique, il est plus qu’encourageant. Mais cette nécessité est paradoxalement une invitation à des pratiques qui mettent en péril les sociétés. L’utilisation du préservatif a permis de mettre en place une forme d’exploitation de la misère en livrant de jeunes filles et garçons aux mains de prédateurs sexuels sans vergognes. Oui ! Il ne faut pas se voiler la face côté africain, le préservatif a aggravé les choses, on l’a instrumentalisé pour exploiter la misère, hélas.

L’utilisation du préservatif en Afrique a favorisé la prédation par le sexe des jeunes africaines et africains prenant à revers le but premier de celui-ci qui était de se protéger. Les propos du pape ne sont pas combattus pour les mêmes raisons, selon qu’il s’agisse de l’Afrique ou de l’occident. Les africains doivent cesser de se faire prendre en otage par les indignations à géométrie variable de certains occidentaux. Oui ! Le problème du sida ne sera pas réglé par le préservatif, mais par l’accès aux soins à tous. Une fois cet accès garantie, le préservatif jouera son rôle premier.

Jean-Jacques Dikongue
Rédacteur/Correspondant Camerounlink à Paris
http://www.camerounlink.net


Source : Camerounlink


Publié par spqr le 08 Avril 2009

Autres articles sur le même sujet :
Voir la page Campagne médiatique contre l’Eglise Catholique romaine

N.B. : si vous souhaitez écrire un commentaire, cliquez sur “commentaire(s)” ; l’e-mail est facultatif.

5 Réponses to “Le Pape, le préservatif et la prédation sexuelle en Afrique”

  1. commissaire said

    Merci SP pour cet article magnifique de justesse et de vérité!

    Alors que je ne suis pas catholique, je me suis « battu » sur divers forums à ce sujet. Contre ce détournement des déclarations du Pape et l’acharnement systématique des médias contre ce qu’il dit ou ce qu’il fait. Que les français soient ou non concerné par ses déclarations.

    J’ai aussi noté qu’ils n’étaient plus aussi virulents lorsque le Pape invitait l’occident à se bouger pour aider l’Afrique à regagner son indépendance et son autonomie et à donner un accès gratuit aux soins et aux traitements lourds et chers contre le Sida. Comme par hasard, alors qu’il faudrait relayer ce genre de déclaration sur toute la planète sur des vrais questions de politique internationale et en débattre longuement, alors là on fait la sourde oreille et on écrit deux lignes pour avoir bonne conscience dans les journaux, mais on en parle pas trop fort histoire de vite le faire oublier.

    Mais on entend encore et toujours l’histoire des préservatifs et on se félicite d’occulter le reste de ses déclarations et de ses actions en Afrique qui sont de loin bien plus importantes que ces deux bouts de phrase dans un avion.

  2. Jean said

    Je défends la position des laboratoires pharmaceutiques.
    Il n’y a aucune raison de fournir leurs produits gratuitement aus Africains alors que les autres pays ont payé le prix.

    L’Afrique regorge de matières premières.

    Il y a de l’argent.

    En Afrique il y a de l’argent pour acheter des armes, de luxueuses berlines, entretenir une foule innombrable de fonctionnaires et de promeneurs diplomatiques… mais il n’y en aurait pas pour acheter les soins ?

    La dignité de l’homme passe aussi par ce chemin.

  3. Mikael said

    Oui jean, c’est bien connu, en Afrique ils ont tous de l’argent et juste ils préfèrent jouer avec des armes et des luxueuses berlines plutôt que d’accéder aux soins.
    Ce sont des propos imbéciles.
    Sans avoir la prétention d’apporter une expertise sur la question, voici deux éléments:
    – la corruption des plus hautes sphères avec lesquels notre président fait du business, empêche la population de bénéficier des éventuelles plus values. Je penses que les hauts dirigeants quant à eux ont un accès aux soins des plus aboutit.
    – L’accès au soin passe par l’éducation. Ce n’est pas seulement une question de thune, mais bien plus de culture et d’éducation.

    La croissance et le développement d’un pays passent d’abord par l’éducation, peut être en premier lieu par une maîtrise des femmes de leur propre corps (nos cours de 4ème), qui amène une main mise sur la natalité et permet ne première sortie de la misère…

  4. commissaire said

    @ Jean,

    Alors tu es aussi d’accord de voir des produits pharmaceutiques rapporter des bénéfices aux fabricants qu’il soient vendus dans certain pays à des prix parfois 10x voir 100x supérieur à d’autres sous prétexte non pas du cout de la recherche, mais le simple fait que les gens de ces pays peuvent payer la facture ou on un système de couverture de santé qui fait qu’ils n’ont pas besoin de regarder à la dépense puisque c’est remboursé.
    Que ces antités, par leur avidité, participent aussi grandement aux creusement des déficites des systèmes de couvertures de santé et donc à l’augmentation des cotisations des particuliers et pour finir à l’exclusion de certaines personnes par le simple fait qu’ils n’ont plus les moyens de payer les mensualités d’un vrai couverture de santé.

    Comme le dit le Pape, la solution au Sida ne se résume pas à un simple bout de latex ou de caoutchouc, sinon cela ferai longtemps que le Sida sera erradiqué en occident, mais la première barrière contre le Sida c’est belle et bien l’éducation et le respect de soi, de son corps et de celui de son conjoint, que l’on ne va pas jeter en pature au premier venu ou la première pulsion sous prétexte qu’il est gentil parce qu’il a payer un verre et qu’il a une belle chemise.

    Les entreprises pharma font des milliards de bénéfices chaque année, c’est mieux qu’une banque! Et malgrés ces bénéfices, elles continuent à attendre des actions comme le théléton pour trouver des fonds pour la recherche parce qu’ils n’ont pas envie de travailler sur des médicaments qui ne rapporterai pas suffisamment par rapport à ce que ça couterai en recherche.

    Les gens peuvent crever, si ça ne rapport pas, aucune raison de s’en occuper. C’est vrai que les entreprises pharma sont des exemples de dignité!

  5. jean said

    Je préfère ne même pas relever de tels propos tenus par un homme sensé guider une partie des hommes vers son Dieu. Les frissons me montent à l’échine…. Merci pour tes témoignages d’amitié et de soutien qui font chaud au coeur. Belle et douce journée.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s