SPQR

Informations occultées par les médias – Actualité insolite – Politiquement Incorrect – Créer un vrai changement de politique : Instaurer la Démocratie.


  • READ THIS BLOG

    IN ENGLISH

    AUF DEUTSCH

    France Etats_Unis

    Israël Québec

    Canada

  • Commentaires récents

    hosman pandor sur La dispense de recherche …
    Jean-François RP sur Quand la City veut légaliser l…
    Une vérité qui déran… sur Une vérité qui dérange : un ma…
    Agencias de modelos… sur La revue de presse de SPQR…
    spqr sur La dispense de recherche …
    spqr sur La dispense de recherche …
    Anonyme sur La dispense de recherche …
    GIULIA sur La dispense de recherche …
    spqr sur La dispense de recherche …
    Baron sur La dispense de recherche …
    spqr sur Gauchistes en action
    Elgocho sur Gauchistes en action
    TEKA Plantin sur L’affaire du préservatif et Be…
    thierry sur Secrétaire général à la CGT… c…
  • Blogs amis

    Deborah  Deborah
    Marie BlandMarie Bland
    Michel Garroté
    Monde Info
    Dave
     Dave.new
    Naibed Élisa Naibed :  de moi, et (surtout) de féminisme
    YAHEL : NUEVA EUROPA Desde el presente miremos hacia el futuro
    Amiral Woland brèves 3.0
    Commissaire : APEX
    couLisa  LisaLisa
    a-fleur-de-vieA fleur de vie
    : Emploi et santé
    asturies.png Reconquista Redux

  • Rien que pour les images !

  • Citations

    "Les faits sont têtus; quels que soient nos souhaits, nos inclinations ou les voeux de nos passions, ils ne peuvent changer l'état de fait et la preuve." John Adams

    "Je regarde vraiment avec commisération la grande masse de mes concitoyens qui, lisant les journaux, vivent et meurent dans la croyance qu’ils ont su quelque chose de ce qui s’est passé dans le monde à leur époque." Thomas Jefferson

    "Dieu se rit des hommes qui se plaignent des conséquences des causes qu’ils chérissent." Bossuet

    "Une société qui abandonne un peu de liberté pour gagner un peu de sécurité ne mérite ni l'une ni l'autre et perd les deux." Benjamin Franklin

    "A fanatic is one who can't change his mind and won't change the subject." Winston Churchill

    "Les paroles qui ne sont suivies d'aucun effet sont comptées pour rien." Démosthène

    "Je crois d'un bon citoyen de préférer les paroles qui sauvent aux paroles qui plaisent." Démosthène

    "Ce n'est pas parce qu'on est nombreux à avoir tort que l'on a raison." Jean-Claude Devé

    "Les hommes croient ce qu'ils désirent." Jules César

    "Il y a en permanence un cinquième des gens qui sont contre." John F. Kennedy

    "Vous pouvez tromper tout le monde un certain temps. Vous pouvez même tromper quelques personnes tout le temps, mais vous ne pouvez pas tromper tout le monde tout le temps." Abraham Lincoln

    "Pousser en commun, mais non penser en commun." Marc-Aurèle

    "On peut aisément pardonner à l'enfant qui a peur de l'obscurité ; la vraie tragédie de la vie, c'est lorsque les hommes ont peur de la lumière." Platon

    "L'opinion est quelque chose d'intermédiaire entre la connaissance et l'ignorance." Platon

    "Les pays n’ont pas d’amis, mais des intérêts." Général de Gaulle

    "Il y a une immense distance entre un peuple libre se donnant à lui-même ses lois et un peuple désignant des représentants pour écrire des lois à leur place." Rousseau

    "Je veux dire qu’il est considéré comme démocratique que les magistratures soient attribuées par le sort et comme oligarchique qu’elles soient électives." Aristote

    "Le courage c'est de refuser la loi du mensonge triomphant, de chercher la vérité et de la dire." Jean Jaurès

    "La censure la plus efficace est l'abrutissement de la population mais aussi le fait de la mener vers des combats inutiles."
    The Thinker

    "On a trouvé, en bonne politique, le secret de faire mourir de faim ceux qui, en cultivant la terre, font vivre les autres."
    François-Marie Arouet, dit Voltaire

    "De prime abord, je ne crois jamais en ce que l'on me dit de façon péremptoire, je vérifie, et si je ne le peux pas, je réfléchis, je compare."
    Cevennevive

    "En politique, rien n’arrive par hasard. Chaque fois qu’un événement survient, on peut être certain qu’il avait été prévu pour se dérouler ainsi."
    Léon Trotsky

    "Nul n’est plus esclave que celui qui se croit libre sans l’être."
    Johann Wolfgang von Goethe

Le Président reçoit le Directeur de la Sécu

Posted by spqr sur vendredi, 27 juin, 2008

LE DIRECTEUR DE LA SÉCU – Mes respects, Monsieur le Président.
(debout à l’entrée du bureau présidentiel ; l’huissier tient encore la porte)

LE PRÉSIDENT – Asseyez-vous

LE DIRECTEUR DE LA SÉCU – Monsieur le Président, je suis très honoré de l’audience que vous m’accordez.

LE PRÉSIDENT – Je vous écoute.

LE DIRECTEUR DE LA SÉCU – Monsieur le Président, je pense que vous vous doutez des raisons de ma demande d’audience.

LE PRÉSIDENT – Oui, votre déficit abyssal. Venons-en au fait, que proposez-vous ?

LE DIRECTEUR DE LA SÉCU – Oui, mais pas seulement pour ça. Et bien Monsieur le Président, pour le déficit, le problème est toujours le même, ces patients qui dépensent trop, ces médecins qui prescrivent trop, tout ces arrêts de travail injustifiés…

LE PRÉSIDENT, agacé – Et alors ?

LE DIRECTEUR DE LA SÉCU – Et bien Monsieur le Président, il m’est venu un ensemble d’idées nouvelles.

LE PRÉSIDENT, amusé – Plusieurs idées à la fois, et nouvelles en plus ! J’ai hâte de les entendre.

LE DIRECTEUR DE LA SÉCU – Et bien Monsieur le Président, voilà, nous allons prendre toute une série de mesures courageuses :
– rembourser les longues maladies à 35% au lieu de 100%
– interdire aux médecins de prescrire plus de trois médicaments à la fois
– multiplier les contrôles des patients
– obliger les médecins à…
(Le Président l’interrompt d’un geste bref de la main)

LE PRÉSIDENT – Si ces mesures étaient appliquées, vous ne seriez plus en déficit ?

LE DIRECTEUR DE LA SÉCU – C’est cela, Monsieur le Président.

LE PRÉSIDENT – Au bout de combien de temps espérez-vous atteindre l’équilibre des comptes ?

LE DIRECTEUR DE LA SÉCU – En trois ans, Monsieur le Président.

LE PRÉSIDENT – Et ensuite ?

LE DIRECTEUR DE LA SÉCU – Euh… il est probable que cela ne suffira pas ; dans trois ans, nous ferons un point et là, il faudra sûrement encore réduire les prestations, les remboursements, le nombre d’hôpitaux, de médecins, de cliniques, augmenter les cotisations et supprimer les examens coûteux sans cela nous n’y arriverons jamais.

LE PRÉSIDENT – Bien. Maintenant, nous allons parler sérieusement. J’ai une autre méthode à vous proposer.

LE DIRECTEUR DE LA SÉCU, se penchant en avant, subitement intéressé – Ah oui !?

LE PRÉSIDENT – Pour cela, j’ai besoin de votre participation. Prenons les chiffres 1, 2, 3 si vous voulez bien.

LE DIRECTEUR DE LA SÉCU – Oui.

LE PRÉSIDENT – Bien. Alors, je vous propose de choisir un chiffre de 1 à 3.

LE DIRECTEUR DE LA SÉCU – Euh… 1.

LE PRÉSIDENT – Bien. Choisissez maintenant un chiffre différent de 1 compris entre 1 et 3.

LE DIRECTEUR DE LA SÉCU – Euh… 2.

LE PRÉSIDENT – Parfait. Maintenant, convenons que 1 représente les 10 premiers jours de mois et 2 les jours du mois entre 11 et 20, vous me suivez ?

LE DIRECTEUR DE LA SÉCU, complètement perdu – Euh… oui.

LE PRÉSIDENT – Maintenant, je vais vous poser quelques questions. Première question : combien êtes-vous à la Sécu ?

LE DIRECTEUR DE LA SÉCU, du tac au tac – 181 095 personnes. Et justement, Monsieur le Président, c’est l’occasion pour moi d’aborder le sujet principal pour lequel j’ai sollicité cette audience ; c’était pour vous soumettre une requête ; nous manquons de moyens pour faire face à nos obligations administratives qui ne cessent d’augmenter et je souhaitais…

LE PRÉSIDENT, l’interrompant d’un geste bref – Je sens que nous allons nous mettre d’accord, ma méthode portera sur ces moyens.

LE DIRECTEUR DE LA SÉCU, tout réjoui – Aaaah !….

LE PRÉSIDENT – Poursuivons nos questions ; seconde question : combien y a-t-il d’habitants en France, Outre-Mer compris ?

LE DIRECTEUR DE LA SÉCU, du tac au tac – 65 184 091 habitants hier à onze heure du matin. Mais, vous savez, avec les mesures que j’envisage, ne plus rembourser les soins de longue maladie, vous savez, ce nombre est appelé à baisser rapidement à moyen terme, ce qui ne pourra n’avoir qu’un effet…

LE PRÉSIDENT – Bien, bien, continuons, s’il vous plaît. Combien l’Allemagne a-t-elle d’habitants ?

LE DIRECTEUR DE LA SÉCU – Euh… je crois… ça doit être 80 millions.

LE PRÉSIDENT – Oui, c’est à peu près cela. Combien y a-t-il de fonctionnaires de la Sécu dans ce pays ?

LE DIRECTEUR DE LA SÉCU, très embarrassé – Euh…là….Je ne sais pas du tout. Je ne me suis jamais posé la question…

LE PRÉSIDENT – Ils sont 90 000.

LE DIRECTEUR DE LA SÉCU – Ah ! Intéressant. Mais vous savez… en Allemagne…

LE PRÉSIDENT – En proportion de la population française, combien cela ferait-il ?

LE DIRECTEUR DE LA SÉCU, soudain inquiet – Euh… c’est délicat… vous savez, ce n’est pas simple… Il faudrait que je soumette le problème à notre chef-comptable et alors… je vous donnerai une réponse précise.

LE PRÉSIDENT – Non, non, je n’ai pas besoin d’une réponse très précise. Allons ; disons que cela ferait environ 60 000, vous me suivez ?

LE DIRECTEUR DE LA SÉCU, de plus en plus inquiet – Pas très bien…

LE PRÉSIDENT – Et bien maintenant, nous allons faire la synthèse et la mise en application de ma méthode. Les jours du mois de 1 à 20, ce sont des jours de naissance de vos employés. Me suivez-vous toujours ?

LE DIRECTEUR DE LA SÉCU, interrogateur – Oui.

LE PRÉSIDENT – Tous ceux qui sont nés entre le premier et le vingt d’un mois sont licenciés.

LE DIRECTEUR DE LA SÉCU, la bouche grande ouverte, semblant manquer d’air, les yeux agrandis – Vous ne pensez tout de même pas… 60 000, ce n’est pas possible. Nous ne pourrons jamais y arriver…

LE PRÉSIDENT, commençant à écrire – Mais si, voyons, c’est simple, vous serez bien d’accord que 60 000 fait le tiers de 180 000 ?

LE DIRECTEUR DE LA SÉCU – Bien… oui.

LE PRÉSIDENT, toujours écrivant – Et vous serez aussi bien d’accord que les vingt premiers jours du mois font bien les deux tiers d’un mois ?

LE DIRECTEUR DE LA SÉCU – Bien… oui.

LE PRÉSIDENT, continuant toujours à écrire – En procédant comme cela, nous sommes impartiaux. En choisissant par jour de naissance nous échappons à toute contestation. Avec les chiffres que vous avez vous-mêmes tirés au sort, pas de distinction de race, de sexe, de religion, d’âge, de salaire, de fonction, de poste ou que sais-je encore. C’est im-par-tial.

LE DIRECTEUR DE LA SÉCU – Je le reconnais.

LE PRÉSIDENT, lui tendant la lettre qu’il vient d’écrire – C’est parfait, il ne vous reste plus qu’à signer l’ordre que je viens de rédiger.

LE DIRECTEUR DE LA SÉCU – Où ?

LE PRÉSIDENT – Ici, en bas à gauche, là où est votre nom.

LE DIRECTEUR DE LA SÉCU, lui rendant la lettre – Ça va être dur, vous savez.

LE PRÉSIDENT – Ce n’est qu’une question d’habitude, vous verrez, vos employés feront 35 heures par semaine au lieu de les faire en un mois. Et le temps de bavardage sera divisé par 9.

LE DIRECTEUR DE LA SÉCU, écarquillant les yeux – Pourquoi par 9 ?

LE PRÉSIDENT – Dans une organisation française, le temps de bavardage augmente en fonction du carré des effectifs, donc si je divise les effectifs par trois le temps de bavardage sera divisé par 9.

LE DIRECTEUR DE LA SÉCU, hochant la tête – Évidemment !

LE PRÉSIDENT, appuyant sur un bouton de sonnette – je vous remercie de votre collaboration, notre audience est presque terminée.

(l’huissier entre dans la pièce)

(Le Directeur de la Sécu se lève et s’apprête à prendre congé).

LE PRÉSIDENT – Ah ! juste un dernier point.

LE DIRECTEUR DE LA SÉCU – Je vous écoute, Monsieur le Président.

LE PRÉSIDENT – Vous êtes révoqué aussi.

LE DIRECTEUR DE LA SÉCU, protestant – Mais… je suis né le 25 !!

LE PRÉSIDENT – Alors faisons comme si vous étiez né le 15.

(Le Directeur de la Sécu sort accompagné par l’huissier).

(Rideau.)

spqr

SPQR TV étant encore au stade embryonnaire, nous ne pouvons pas vous jouer cette pièce ; cela viendra.

« Les personnages et les situations de cette pièce étant réels, toute ressemblance avec des personnes ou des situations imaginaires serait fortuite. » (Raymond Queneau)

Publié par spqr le 27 Juin 2008

N.B. : si vous souhaitez écrire un commentaire, cliquez sur “commentaire(s)” ; l’e-mail est facultatif.

5 Réponses to “Le Président reçoit le Directeur de la Sécu”

  1. commissaire said

    C’est juste excellent et si seulement….:-P

  2. juliette03 said

    Excellemt, SP, j’ai bien envie de te répondre sur mon blog en mettant ton lien..C’est dommage, je ne sais pas faire en ne mettant qu’un mot et en vous disant de cliquer dessus..Comment on fait ? Ca ferait aussi connaître ton blog à mes visiteurs..Tes sujets sont tjrs pertinents..

  3. Deborah said

    :o)
    Lu et approuvé… en partie!! ;o)
    BIsous
    Deborah

  4. stella said

    Etant concernée par les mesures préconisées par le Grand Manitou de la CNAM, j’ai particulièrement goûté cette petite pièce que tu as mis en ligne, très proche de la réalité.
    Merci spqr. bonne journée

  5. Deborah said

    BOnjour Sp,
    Je suis flattée de constater que tu as gardé certains de mes articles en mémoire et te remercie de les avoir cités! :o)
    Bisous
    Bon dimanche
    Deborah

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s