SPQR

Informations occultées par les médias – Actualité insolite – Politiquement Incorrect – Créer un vrai changement de politique : Instaurer la Démocratie.


  • READ THIS BLOG

    IN ENGLISH

    AUF DEUTSCH

    France Etats_Unis

    Israël Québec

    Canada

  • Commentaires récents

    seo canberra sur Libye : le Parti Socialiste s’…
    Perfumes a pronta en… sur 26 mythes sur la Russie
    บริษัท digital agenc… sur Dangereuse insuffisance de la…
    top wordpress blogs sur Dangereuse insuffisance de la…
    dangerous drugs sur Quand la City veut légaliser l…
    hosman pandor sur La dispense de recherche …
    Jean-François RP sur Quand la City veut légaliser l…
    Une vérité qui déran… sur Une vérité qui dérange : un ma…
    Agencias de modelos… sur La revue de presse de SPQR…
    spqr sur La dispense de recherche …
    spqr sur La dispense de recherche …
    Anonyme sur La dispense de recherche …
    GIULIA sur La dispense de recherche …
    spqr sur La dispense de recherche …
  • Blogs amis

    Deborah  Deborah
    Marie BlandMarie Bland
    Michel Garroté
    Monde Info
    Dave
     Dave.new
    Naibed Élisa Naibed :  de moi, et (surtout) de féminisme
    YAHEL : NUEVA EUROPA Desde el presente miremos hacia el futuro
    Amiral Woland brèves 3.0
    Commissaire : APEX
    couLisa  LisaLisa
    a-fleur-de-vieA fleur de vie
    : Emploi et santé
    asturies.png Reconquista Redux

  • Rien que pour les images !

  • Citations

    "Les faits sont têtus; quels que soient nos souhaits, nos inclinations ou les voeux de nos passions, ils ne peuvent changer l'état de fait et la preuve." John Adams

    "Je regarde vraiment avec commisération la grande masse de mes concitoyens qui, lisant les journaux, vivent et meurent dans la croyance qu’ils ont su quelque chose de ce qui s’est passé dans le monde à leur époque." Thomas Jefferson

    "Dieu se rit des hommes qui se plaignent des conséquences des causes qu’ils chérissent." Bossuet

    "Une société qui abandonne un peu de liberté pour gagner un peu de sécurité ne mérite ni l'une ni l'autre et perd les deux." Benjamin Franklin

    "A fanatic is one who can't change his mind and won't change the subject." Winston Churchill

    "Les paroles qui ne sont suivies d'aucun effet sont comptées pour rien." Démosthène

    "Je crois d'un bon citoyen de préférer les paroles qui sauvent aux paroles qui plaisent." Démosthène

    "Ce n'est pas parce qu'on est nombreux à avoir tort que l'on a raison." Jean-Claude Devé

    "Les hommes croient ce qu'ils désirent." Jules César

    "Il y a en permanence un cinquième des gens qui sont contre." John F. Kennedy

    "Vous pouvez tromper tout le monde un certain temps. Vous pouvez même tromper quelques personnes tout le temps, mais vous ne pouvez pas tromper tout le monde tout le temps." Abraham Lincoln

    "Pousser en commun, mais non penser en commun." Marc-Aurèle

    "On peut aisément pardonner à l'enfant qui a peur de l'obscurité ; la vraie tragédie de la vie, c'est lorsque les hommes ont peur de la lumière." Platon

    "L'opinion est quelque chose d'intermédiaire entre la connaissance et l'ignorance." Platon

    "Les pays n’ont pas d’amis, mais des intérêts." Général de Gaulle

    "Il y a une immense distance entre un peuple libre se donnant à lui-même ses lois et un peuple désignant des représentants pour écrire des lois à leur place." Rousseau

    "Je veux dire qu’il est considéré comme démocratique que les magistratures soient attribuées par le sort et comme oligarchique qu’elles soient électives." Aristote

    "Le courage c'est de refuser la loi du mensonge triomphant, de chercher la vérité et de la dire." Jean Jaurès

    "La censure la plus efficace est l'abrutissement de la population mais aussi le fait de la mener vers des combats inutiles."
    The Thinker

    "On a trouvé, en bonne politique, le secret de faire mourir de faim ceux qui, en cultivant la terre, font vivre les autres."
    François-Marie Arouet, dit Voltaire

    "De prime abord, je ne crois jamais en ce que l'on me dit de façon péremptoire, je vérifie, et si je ne le peux pas, je réfléchis, je compare."
    Cevennevive

    "En politique, rien n’arrive par hasard. Chaque fois qu’un événement survient, on peut être certain qu’il avait été prévu pour se dérouler ainsi."
    Léon Trotsky

    "Nul n’est plus esclave que celui qui se croit libre sans l’être."
    Johann Wolfgang von Goethe

Immigrés clandestins dans la restauration

Posted by spqr sur lundi, 5 mai, 2008

immigré clandestin« Pas question de régularisation massive » mais, «régularisation au cas par cas » a été la réponse de Mr Brice Hortefeux, Ministre de l’Immigration, de l’Intégration, de l’Identité Nationale et du Développement Solidaire, entre ceux demandant l’expulsion de tous les immigrés clandestins employés dans la restauration et ceux demandant leur régularisation.

Outre ces clandestins nous avons vu manifester publiquement avec eux, au coude-à-coude, leurs employeurs, des chefs de partis d’extrème-gauche (1), des syndicalistes (2) et divers associations et collectifs (3) de soutien aux « sans-papiers » (4).

Il est question d’un millier en tout dont la moitié serait régularisée.


Certains jasent sur cette expression : « En somme, au lieu d’en régulariser 1 x 1000, on va en régulariser 1000 x 1 ».

A cela, on pourrait répondre : N’y aurait-il pas un paradoxe à expulser celui qui a pris un certain risque en sortant de la clandestinité totale pour travailler honnêtement alors que d’autres y restent et vivent de trafics, de prostitution, de voitures volées et d’allocations obtenues grâce à de faux papiers et de fausses déclarations ne le seraient pas ?

En effet, nous avons vu dans un précédent article que l’objectif d’expulsion de 26 000 clandestins par an est très inférieur au nombre permanents de clandestins, qui est de 400 000, auxquels s’ajoutent 100 000 entrés nouvelles de clandestins par an : Portée réelle des expulsions d’immigrés illégaux en France

A partir du moment où il est décidé, actuellement, de ne pas tous les expulser, n’y aurait-il pas un paradoxe à expulser ceux qui réussissent à vivre d’une activité honnête, bien qu’illégale car un clandestin n’a pas le droit de travailler et l’employeur est dans l’illégalité ?

La France est un état de Droit, il y a des lois, pourquoi ces lois ne sont-elles pas appliquées ?

Un restaurateur honnête qui n’emploie pas d’immigrés clandestins et payant donc plus cher ses salariés français ou immigrés en situation régulière n’aura-t-il pas l’impression « de s’être fait avoir » dans cette affaire, se disant, « J’ai été bien bête… si j’avais su…! ». Est-cela que l’on souhaite ?

Va-t-on vers l’anarchie ?

Pourrait-on avoir la liste de ces restaurants employeurs d’immigrés clandestins ?

Certaines organisations patronales du secteur de la restauration, dans un grand élan d’humanisme 😆 demandent quant à elles lui la régularisation des 50 000 à 100 000 (chiffre variable selon les organisations) immigrés clandestins qui y sont employés, ce qui est en même temps un aveu.

A l’heure où l’on renforce la pression sur les chômeurs :

– radiation, donc perte des allocations, après deux refus « d’offre d’emploi valable »,
– suppression de la DRE pour les chômeurs âgés,
 
n’y a-t-il pas aussi un paradoxe à leur rendre encore plus difficile l’accès à un emploi en laissant des patrons employer des immigrés clandestins ?

Comment le travailleur français peut-il rivaliser avec des personnes prêtes à tout pour survivre ?

De nombreux jeunes ont fait de dures années d’apprentissage dans des cuisines, des écoles hotelières, ont des diplômes de cuisinier, et ne trouvent pas de travail, sauf payés à des salaires ridicules pour des horaires abusifs : lisez donc les messages que nous recevons sur le fil Maintien des 39 heures dans l’hôtellerie-restauration , de vrais appels de détresse, parfois.

Passent-ils des visites médicales du travail régulières (dans la restauration, c’est assez strict car il y des contre-indications pour les porteurs de maladies chroniques, par exemple) ? Vu leur caractère de clandestins et leur conditions d’emploi, on peut en douter.

Qu’a-t-on observé, en pratique, en cas de régularisation de travailleurs immigrés clandestins ?

Et bien, des patrons-voyous cessent de les employer et vont chercher d’autres clandestins afin de ne jamais s’acquitter de leurs charges patronales, et surtout de ne pas respecter le code du travail et appliquer leur devise-maison « travailler toujours plus pour gagner moins » et « vu ta situation, tu as plutôt intérêt à te taire ».

Si on accède à la demande de ces « employeurs » de régularisation de leurs immigrés clandestins, ils vont être incités à embaucher encore d’autres clandestins prêts à travailler pour des salaires misérables et des horaires excessifs, plutôt que de rémunérer correctement les demandeurs d’emploi.
C’est d’autant plus facile que cette profession est l’une des dernières à brasser des espèces en quantité !

Ces nouveaux régularisés dont ces patrons se séparent vont ensuite grossir le nombre de chômeurs et d’allocataires.

N’ayant pas travaillé assez longtemps, ils touchent ensuite le RMI. Il faut savoir aussi que pour le pays un de ces nouveaux chômeurs signifie 3 personnes à charge en moyenne, lui, un conjoint, et un seul enfant en moyenne car ils sont jeunes pour la plupart, mais c’est appelé à augmenter, bien sûr.
Notes et observations :

(2) dont la CGT ; ces syndicats ne tiennent donc plus leur rôle de défense des intérêts des
travailleurs français, et se mettent du côté de sordides tenanciers ?

(3) dont des associations de soutien aux squatteurs, aux sans-logis etc. N’y a-t-il pas une contradiction ?
(4) sans-papiers : expression apologétique inventée par la gauche entre 1997 et 2002 pour désigner les immigrés clandestins. Associations de soutien aux « sans-papiers » ou aux employeurs de main-d’oeuvre à bon marché et souple ?

Est-il conforme au Droit de régulariser des gens qui ont usé de faux papiers, c’est-à-dire leur donner de vrais papiers ?

Lisez ce qu’en dit la CFDT : Immigration clandestine dans l’hôtellerie-restauration : rien de nouveau sous le soleil !
Lisez les extraits de la Conférence de Presse de Nicolas Sarkozy du 24 Avril 2008 , il a été très clair sur ce sujet.

Pour déborder un peu du sujet, mais cela touche directement :
  
A l’heure où l’on cherche à reduire les déficits publics en ayant instauré la Franchise Médicale (50 cts par boîte de médicaments etc.) le 1er Janvier 2008, avec laquelle il est espéré une économie de 850 millions € en 2008, n’y a-t-il pas un paradoxe (5) à accepter une immigration clandestine, même si c’est pour après procéder à des expulsions. Ces clandestins, il arrive un jour où il faut les soigner, d’où, pour financer cela de manière correcte, la création de l’Aide Médical d’Etat (AME).
  
L’Aide Médicale d’Etat (AME) est principalement destinée à prendre en charge les dépenses médicales des étrangers résidant en France, sans papiers et sans ressources. Mise en place en 2000 par Bernard Kouchner et Martine Aubry (gouvernement PS & Verts), l’AME remplace l’Aide Médicale Gratuite destinée aux clandestins, qui était gérée par les départements. L’objectif était de mettre en place un mécanisme homogène au niveau national. (source : L’Aide Médicale d’Etat (AME)
  
Coût actuel : environ 1 Milliard € par an et cela ne fait qu’aumenter (le budget initial était de 75 milions d’euro par an en 000 et dès 2001, la dépense réelle a été de 410 milions €
  
Rappel : les bénéficiaires du RMI ont droit automatiquement à la CMU ( sécurité sociale + mutuelle gratuites).
Les autres y ont droit en fonction de leurs ressources. Ceci fait que quelqu’un qui travaille, même SDF, même à mi-temps avec un demi-SMIC, soit 754 € (SMIC=1308 € en 2008), n’y a pas droit !
  
(5) Que les citoyens français soient félicités pour ce bel effort de solidarité qu’on leur impose librement.
C’est pour l’humanité toute entière une grande leçon de courage et d’abnégation.

Publié par spqr le 05 Mai 2008

Autres articles sur le même sujet :
Portée réelle des expulsions d’immigrés illégaux en France
La clandestinité dans un pays démocratique n’est pas synonyme de Liberté
(1)Communistes : la stratégie de récupération de l’immigration
Pour une immigration choisie au lieu d’une immigration subie

N.B. : si vous souhaitez écrire un commentaire, cliquez sur “commentaire(s)” ; l’e-mail est facultatif.

14 Réponses to “Immigrés clandestins dans la restauration”

  1. Robert DION said

    Les travailleurs sans papier ne doivent pas être régularisés mais reconduits dans leur pays d’origine !
      
    Les autorités administratives doivent systématiquement remplacer un travailleur sans papier par un demandeur d’emploi en situation régulière dans notre pays.
      
    Ces simples dispositions ne reflètent que la stricte application de la loi et la solidarité que l’on doit aux personnes régulièrement entrées sur le territoire national.

  2. g42 said

    La plupart des pays du monde n’acceptent pas d’immigrés clandestins, qu’ils travaillent ou non.
    Il est des pays où il n’est pas question de rester ou de s’établir après la fin d’un contrat de travail ; même s’ils n’expulsent pas les gens, il n’y a ni allocations, si soins, ni logement, rien. Et si vous n’êtes pas expulsé, vous comprenez vite que vous êtes indésirable et que si vous voulez rester entier, mieux vaut s’en aller.
      
    En Amérique du Nord, si la douane découvre qu’un touriste vient en réalité pour se chercher du travail, il repart par le premier avion. S’il est découvert plus tard, il est expulsé, s’il est découvert même plusieurs années après avoir travaillé, il est expulsé, et l’employeur sévérement poursuivi. Cela est non seulement légal, considéré comme tout à fait naturel et évident.
      
    Encore cette fameuse « exception française ».
      
    Dans votre article, il y a écrit le mot « anarchie ».
    En fait, c’est cela, un pays bordélique où celui qui jongle avec les lois et truande finit par avoir gain de cause et où celui qui est honnête devient un couillon.

  3. Commissaire said

    Pour reprendre le point sur les US de G42, on a souvent tendance à dire que les américains jouent avec la loi et la justice et font un procès de tout et de n’importe quoi. Cependant, il y a un sport national et bien français qui est de chercher la moindre ouverture pour pouvoir truander la loi. Est-ce que la façon américaine est la bonne?? Je ne sais pas, il y a toujours autant de gens qui essaye de passer la frontière…surtout côté mexicain. Est-ce que la méthode française est meilleure…certainement pas.
    Nous sommes tout bonnement, et avec l’aide des partis de gauche et des associations qui se disent sociales, en train de scier la branche sur laquelle nous sommes assis!!!
      
    Premièrement, il y a des chômeurs…que l’on ne vienne pas me dire qu’un chômeur en fin de droit à tellement d’orgueil et d’ego qu’il ne serait pas près à accepter n’importe quel travail!!! Seulement voilà, un travailleur qui a des papiers ou qui est tout simplement français coûte plus cher, pas forcément en salaire, mais en charges sociales.
      
    Deuxièmement, est-ce que régulariser les illégaux va résoudre la question de l’immigration clandestine??? « On le fait pour cette fois, mais c’est la dernière ok? », c’est ce que la gauche voudrait entendre à chaque fois qu’elle vient avec une nouvelle « fournée » d’illégaux. OK on les régularise ET APRES? Ils vont à leur tour devenir trop cher pour ces foutus patrons et deviendrons des chômeurs légaux. Çà pour moi ça n’est pas de la solidarité, c’est du suicide organisé et c’est la politique de l’autruche que la gauche nous sert à chaque fois qu’elle le peux… « il faut dépenser plus!!! » Ok comment on va payer? « on va augmenter les impôts des classes moyennes et des riches!!! » OK!…euh…maintenant que tous les riches sont partis dépenser leur sous ailleurs on fait quoi, parce que les caisses se vident et les classes moyennes sont en train de remplir les rangs des nouveaux pauvres? » « on attend, c’est bientôt les élections, on va accuser la droite d’être trop gentille avec les riches et trop dure avec les pauvres qui souffrent, on va lancer quelque rumeur incendiaire histoire de plomber l’ambiance et le tour est joué. Ils finiront bien par voter pour nous, ces idiots!!! » Seulement voilà, aujourd’hui pour 3 fois rien, les nouveaux légaux peuvent acheter des cartes pour appeler chez eux et dire que finalement ils ont été légalisés, alors vous pouvez venir grâce à la loi sur le regroupement familiale…(c’est la gauche qui à pondu cette loi n’est-ce pas?) belle erreur!!!
      
    Pour reprendre un argument que j’aime tenir: qu’est-ce qui est plus sociale ou plus juste? D’aider les gens chez eux où ils ont leur famille, leur racines et leurs vie ou les faire venir pour ici pour vivre dans des taudis, manger à la soupe populaire et travailler 60 heures par semaine pour un salaire de misère?
    Qu’est-ce qui est plus raciste? Dire à ces pauvres gens « venez, nous avons de quoi vous faire vivre » pour les exploiter ensuite ou leur faire vider nos poubelles et pour augmenter le sentiment « pas toujours juste » d’envahissement des « locaux » avec pour résultat une triste augmentation de la haine raciale et des partis d’extrême?
    Qu’est-ce qui est social, de donner du travail et des papiers à des illégaux qui ont enfreint la loi et de dire aux légaux (étrangers ou français) d’aller pointer au chômage et à la soupe populaire parce qu’on ne veut pas d’eux et parce que la loi c’est la loi est qu’il faut la respecter?
      
    Comme le dit G42, cette exception française à assez durer, pour aider les gens il ne faut pas leur donner du poisson, il faut leur apprendre à pécher!!!
      
    L’occident à vider de toute substance les pays en développements en leur vendant moins cher des matières premières qu’ils pouvaient et savaient cultiver produire eux-même. Je sais, je déborde un peu du sujet, mais bon…Je ne suis pourtant pas écolo, mais aujourd’hui, sous prétexte qu’il faut aider ces pays pauvres à subvenir à leur besoins, l’industrie agroalimentaire fait pression pour leur vendre des plantes OGM qui pousserons plus facilement dans leur terre arides. Seulement voilà…comme ils sont brevetés, ces grains sont stériles et donc une fois germé, impossible de les replanter et obligation d’en racheter à l’industrie…bref, c’est comme l’affaire des subprime, ces graines sont, pour un agriculteur comme un crédit à vie avec pour épées de Damocles le bon vouloir des industries qui en fixe le prix, alors qu’avec des grains normaux, ils peuvent en prendre une partie pour ressemer et donc devenir autonomes!!!
      
    Ça n’est pas comme ça que l’on va nourrir la terre, on découvre aussi dans certains pays, que des champs de sojas ou de maïs ou je ne sais plus quel grains OGM ont tellement appauvri le sol qu’ils sont obliger de raser d’avantage de forêts pour pouvoir replanter ailleur, sinon c’est à grand coup d’engrais et d’autres produits chimiques qu’ils sont obligés de travailler tellement le sol est devenu stérile… Je ne fais pas une campagne pour Greenpeace, mais tout ça pour dire que si nous continuons à foutre en l’air leur pays pour pouvoir continuer à gaspiller chez nous, ça n’est pas comme ça que nous allons aider ces gens à rester vivre tranquillement chez eux et nous tranquillement chez nous!
    Il faut arrêter de se servir d’eux comme les militaires se servaient à une certaine époque de chair à canon des pauvres diables qu’ils ramassaient dans les tavernes. Aujourd’hui la gauche est prête à toutes les bassesses et les récupérations les plus ignobles pour faire pencher la balance dans leur camps. Il faudrait tout de même se souvenir qu’une grande partie ( peut-être pas tout tout de même) des problèmes dont nous sommes en train de payer l’addition plutôt salée aujourd’hui n’est autre que les conséquences d’une politique de gauche paternaliste et « déresponsabilisante » de plusieurs années en arrière. Du temps de la présidence, comme du temps de la cohabitation. Et encore une fois, ça n’est pas en 6 mois ou même 1 ans qu’il est possible de rétablir se déséquilibre si brillamment orchestré.
    A bon entendeur…salut!

  4. spqr said

    @Commissaire :
    Petite rectification :
    La loi sur le regroupement familial a été votée en 1976 : Président de la République Valéry Giscard d’Estaing (UDF, septennat de 1974 à 1981) et Premier ministre Jacques Chirac (RPR).
      
    Au passage, j’en profite pour ajouter que la carte de séjour a été instaurée en 1975.

  5. spqr said

    @g42 :
    Exact, il y a des pays, notamment en Afrique, Moyen-Orient ou Asie, où il n’est pas question de rester après la fin d’un contrat de travail.
      
    Il y a des pays européens où les chômeurs étrangers sont invités à repartir après épuisement de leurs allocations ou tout de suite s’ils n’en ont pas.
      
    D’autres pays européens se réservent la possibilité de renvoyer leurs travailleurs étrangers, même s’ils ont un travail, en cas de chômage important chez eux.

  6. spqr said

    En fin d’article (mise à jour à 14h, ce jour) : une note ajoutée sur l’AME.

  7. Lisa said

    Les solutions existent pour qu’un étranger puisse venir travailler en toute légalité sur notre territoire (visas…) : il suffit de les appliquer, je ne vois pas où est le problème, de même que, parallèlement, je ne vois pas où est le problème à ce qu’on reconduise hors de nos frontières ceux qui ne sont pas prêts à respecter nos règles. Je trouve l’expression d’immigration choisie très pertinente et juste : il faut choisir nos immigrés, c’est-à-dire ceux qui acceptent de respecter nos règles et nos valeurs et de venir dans notre pays en respectant nos lois sur l’immigration. C’est un minimum, non ?…
    Ensuite, je suis parfaitement d’accord avec les remarques sur le fait qu’en employant des travailleurs clandestins, cela créé une vraie injustice envers ceux qui ont toutes les compétences et qui ont de quoi travailler dans la plus grande légalité, mais qui sont privés d’emploi par ces clandestins que les employeurs préfèrent car moins onéreux. C’est une profonde injustice. Il faut arrêter de jouer les indignés (genre J Balasko…) vis-à-vis des sans-papiers, et faire étrangement silence-radio sur ces jeunes qui ont tous les diplomes nécessaires et qui ne demandent qu’à bosser, légalement et en étant déclarés. Tous les clandestins ne peuvent pas rester en France, procéder au cas par cas est tout simplement indispensable et inévitable.
    Amitiés

  8. Lisa said

    Désolée pour les smileys au milieu : totalement involontaire !

  9. Commissaire said

    @Spqr
    Merci de cette correction, je suis loin de tout connaître en politique, et mon intérêt à été tardif… 😛

  10. spqr said

    @Lisa :
    Smileys : j’ai corrigé.
    C’est du au fait que WordPress accepte les smileys sans le « – » représentant le nez.
    Ils n’avaient pas du penser que certains caractères suivis d’une parenthèse se transformeraient en smiley 🙂

  11. Léviathan said

    Je relève l’expression « sans papiers » qui sonne un peu comme sans domicile (fixe).
    C’est à croire que la société française les aurait exclus de façon arbitraire et que donc l’État français à un devoir de leur donner des papiers, des allocations, des soins, etc.
      
    Or, un « sans papier » est un individu qui est en contravention avec la loi. C’est effectivement un immigré clandestin, un hors-la-loi. C’est une catégorie qui doit être traitée par les forces de l’ordre et non par les services sociaux.
      
    En revanche, il existe bien des catégories d’immigrants non choisis sur critères économiques et qui pourtant devraient être admis et protégés par la France: ceux qui sans être des terroristes sont néanmoins menacés dans leur pays d’origine pour leurs opinions, leur religion, etc. Il n’y a pas que des Ayaan Hirsi Ali (qui au demeurant devrait être, selon moi, reçue en France), il existe bien des cas non médiatisés et qui sont encore plus dramatiques.

  12. spqr said

    Sur cette dernière, nous avons déjà publiée un article : Deux combattantes de la liberté : Taslima Nasreen et Ayaan Hirsi Ali
    Heureusement qu’elle a le soutien de Rama Yade.
    « des cas non médiatisés » : dans notre revue de presse, nous avions déjà évoqué plusieurs cas de réfugiés arméniens menacés d’expulsion sans que cela ne mobilise trop les habituels médias.
    Exemples ici :
    Enceinte, elle est menacée d’expulsion (4e §)
    Foix. Une famille arménienne menacée d’expulsion (4e §)
    Plus récemment : Mobilisation à Antony pour la régularisation d’une lycéenne arménienne
      
    Encore dans notre revue, un texte en rapport avec l’article ci-dessus : Pourquoi la France est pauvre (1er §)

  13. […] Ver el artículo completo en spqr […]

  14. Conséquence, la lutte pour la régularisation des seuls travailleurs sans papiers n’est pas un axe de régularisation qui s’inscrit dans la revendication globale de la régularisation de tous les sans-papiers, mais devient un axe compatible dans le cadre de l’économie capitaliste. La régularisation par le travail, qui devait être une des formes de régularisation se rajoutant aux autres, devient le critère de régularisation exclusif.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :