SPQR

Informations occultées par les médias – Actualité insolite – Politiquement Incorrect – Créer un vrai changement de politique : Instaurer la Démocratie.


  • READ THIS BLOG

    IN ENGLISH

    AUF DEUTSCH

    France Etats_Unis

    Israël Québec

    Canada

  • Commentaires récents

    hosman pandor sur La dispense de recherche …
    Jean-François RP sur Quand la City veut légaliser l…
    Une vérité qui déran… sur Une vérité qui dérange : un ma…
    Agencias de modelos… sur La revue de presse de SPQR…
    spqr sur La dispense de recherche …
    spqr sur La dispense de recherche …
    Anonyme sur La dispense de recherche …
    GIULIA sur La dispense de recherche …
    spqr sur La dispense de recherche …
    Baron sur La dispense de recherche …
    spqr sur Gauchistes en action
    Elgocho sur Gauchistes en action
    TEKA Plantin sur L’affaire du préservatif et Be…
    thierry sur Secrétaire général à la CGT… c…
  • Blogs amis

    Deborah  Deborah
    Marie BlandMarie Bland
    Michel Garroté
    Monde Info
    Dave
     Dave.new
    Naibed Élisa Naibed :  de moi, et (surtout) de féminisme
    YAHEL : NUEVA EUROPA Desde el presente miremos hacia el futuro
    Amiral Woland brèves 3.0
    Commissaire : APEX
    couLisa  LisaLisa
    a-fleur-de-vieA fleur de vie
    : Emploi et santé
    asturies.png Reconquista Redux

  • Rien que pour les images !

  • Citations

    "Les faits sont têtus; quels que soient nos souhaits, nos inclinations ou les voeux de nos passions, ils ne peuvent changer l'état de fait et la preuve." John Adams

    "Je regarde vraiment avec commisération la grande masse de mes concitoyens qui, lisant les journaux, vivent et meurent dans la croyance qu’ils ont su quelque chose de ce qui s’est passé dans le monde à leur époque." Thomas Jefferson

    "Dieu se rit des hommes qui se plaignent des conséquences des causes qu’ils chérissent." Bossuet

    "Une société qui abandonne un peu de liberté pour gagner un peu de sécurité ne mérite ni l'une ni l'autre et perd les deux." Benjamin Franklin

    "A fanatic is one who can't change his mind and won't change the subject." Winston Churchill

    "Les paroles qui ne sont suivies d'aucun effet sont comptées pour rien." Démosthène

    "Je crois d'un bon citoyen de préférer les paroles qui sauvent aux paroles qui plaisent." Démosthène

    "Ce n'est pas parce qu'on est nombreux à avoir tort que l'on a raison." Jean-Claude Devé

    "Les hommes croient ce qu'ils désirent." Jules César

    "Il y a en permanence un cinquième des gens qui sont contre." John F. Kennedy

    "Vous pouvez tromper tout le monde un certain temps. Vous pouvez même tromper quelques personnes tout le temps, mais vous ne pouvez pas tromper tout le monde tout le temps." Abraham Lincoln

    "Pousser en commun, mais non penser en commun." Marc-Aurèle

    "On peut aisément pardonner à l'enfant qui a peur de l'obscurité ; la vraie tragédie de la vie, c'est lorsque les hommes ont peur de la lumière." Platon

    "L'opinion est quelque chose d'intermédiaire entre la connaissance et l'ignorance." Platon

    "Les pays n’ont pas d’amis, mais des intérêts." Général de Gaulle

    "Il y a une immense distance entre un peuple libre se donnant à lui-même ses lois et un peuple désignant des représentants pour écrire des lois à leur place." Rousseau

    "Je veux dire qu’il est considéré comme démocratique que les magistratures soient attribuées par le sort et comme oligarchique qu’elles soient électives." Aristote

    "Le courage c'est de refuser la loi du mensonge triomphant, de chercher la vérité et de la dire." Jean Jaurès

    "La censure la plus efficace est l'abrutissement de la population mais aussi le fait de la mener vers des combats inutiles."
    The Thinker

    "On a trouvé, en bonne politique, le secret de faire mourir de faim ceux qui, en cultivant la terre, font vivre les autres."
    François-Marie Arouet, dit Voltaire

    "De prime abord, je ne crois jamais en ce que l'on me dit de façon péremptoire, je vérifie, et si je ne le peux pas, je réfléchis, je compare."
    Cevennevive

    "En politique, rien n’arrive par hasard. Chaque fois qu’un événement survient, on peut être certain qu’il avait été prévu pour se dérouler ainsi."
    Léon Trotsky

    "Nul n’est plus esclave que celui qui se croit libre sans l’être."
    Johann Wolfgang von Goethe

Les pseudo A.G. étudiantes

Posted by spqr sur mardi, 27 novembre, 2007

amphi fac de Tolbiac occupéePeut-être, et même certainement, y a-t-il parmi nos lecteurs des gens qui n’ont jamais été étudiants ou qui l’étaient à des périodes où il n’y avait que très peu d’agitation telle que nous la voyons en ces jours de Novembre 2007.

Lorsque vous entendez parler d’A.G. étudiantes, ne vous imaginez pas qu’il s’agisse d’Assemblées Générales en bonne et due forme, avec convocations réglementaires, décompte soigneux et exacts (1) des présents et des votes, telles que les A.G. de société, de copropriétés ou d’actionnaires.

Il ne s’agit de rien d’autre que de meetings politiques organisés par la gauche et l’extrême-gauche dans un amphithéâtre universitaire, sans aucune règle.

Y entre, y parle, y crie, qui veut, même non-étudiant (des permanents de mouvements gauchistes, des professeurs, des chômeurs, des intermittents du spectacle, des syndicalistes CGT, des militants de Sud-Rail, des redoublants qui veulent que les nouveaux échouent (dixit le doyen de la Faculté de Médecine de Grenoble).

La seule présence de professeurs venu soutenir les « grévistes » biaise tout débat : Quel étudiant sera assez inconscient pour contredire un prof qui peut les sacquer aux examens ?

Attirés par des tracts, affiches et porte-voix à cette A.G. » où l’on va prétendument « débattre » et « voter » pour ou contre la grève ou sa poursuite.

Les militants usent de techniques diverses pour monopoliser la parole, les votes se font uniquement à mains levée (quand ce n’est pas « par applaudissements »). (2)

Application du principe de Staline : « Ce qui compte n’est pas le nombre de voix mais la façon de compter les voix. »

Les étudiants les plus jeunes ou peu avertis de ces méthodes se font avoir. (2)

Étudiants, devez-vous aller à ces pseudo-A.G. ? Il y a du pour et du contre :

– le contre : c’est au mieux une perte de temps. En y allant, vous cautionnez ces agitateurs, ils peuvent ensuite clamer : « 1000 étudiants » (c’est-à-dire les 400 que pouvait contenir l’amphi sur les 10 ou 20 000 étudiants que compte votre université) se sont réunis en A.G. et ont voté la grève. Autant les laisser entre eux à quelques dizaines.
Avec les moyens modernes de com (tél. mobile, e-mail) vous pouvez savoir facilement s’il y cours ou pas et savoir ce cela vaut la peine de vous déranger. Restez chez vous et profitez-en pour travailler pendant que les autres perdent leur temps.

– le pour : rien ne vaut l’expérience pour observer les techniques de manipulation, mais vous me direz que vous n’êtes pas venu étudier pour cela ; ne pas y assister, c’est aussi accepter qu’une toute petite minorité occupe le terrain et fasse régner sa loi quand même. Vous pouvez être le grain de sable qui enraye leur petit scenario bien préparé. Et aussi, n’oubliez pas : « Qui ne dit mot consent ! ». En fait, en face de ces agitateurs dont certains sont des pros, il faudrait vous organiser de la même façon pour pouvoir réellement leur faire contrepoids. (2) Mais :

Le principe même d’un vote sur la grève n’est-il pas biaisé dès le départ ? Décider de faire des études et s’inscrire est une décision individuelle. Même si une majorité d’étudiants d’une université donnée décide de « faire grève » et de ne plus aller en cours, ont-ils le droit d’empêcher les autres de pousuivre leurs études ? Une discussion sur ce sujet dans notre précédent article : La grève étudiante a-t-elle un sens ?

De plus, ces militants qui organisant ces A.G., ces mouvements, ces grèves, défilés, tractages et autres :

Sont-ils des étudiants qui font de l’agitation, ou des agitateurs inscrits comme étudiants ?

Publié par spqr le 28 Novembre 2007.

Autres articles sur le même sujet :
Témoignage d’une étudiante non syndiquée mais néanmoins engagée
La grève étudiante a-t-elle un sens ?

Témoignages d’étudiants :

« Ce sont des professionnels de l’agitation : ils passent leur temps à ça »,

« … Mais le mécanisme est le même : on use de rouerie et de rhétorique rodées et incantatoires pour embobiner les plus naïfs et de basses tactiques et de stratégies tortueuses pour contrer les autres (votes à la dernière minute quand les récalcitrants lassés ont quitté les lieux, sempiternelles « motions » préparées à l’avance mais que l’on fait semblant de présenter comme des pratiques démocratiques en changeant 2 ou 3 phrases mineures pour que tout le monde les vote, militants/militaires qui s’organisent pour prendre la parole à tour de rôle après chaque intervention dérangeante, occupation du temps de parole par des discours interminables), bref, des stratégies éculées pour ceux qui ne sont pas nés de la dernière pluie, mais encore efficaces sur les plus jeunes qui débarquent à la fac et ne sont pas encore aguerris.
Que de malhonnêteté intellectuelle ! Et au service de quoi ? 2 ou 3 groupuscules politiques en perte de vitesse, avec des slogans d’un autre age et une philosophie archaïque quand elle n’est pas tout simplement conservatrice et réactionnaire.
Pauvre université! Quand va-t-elle se remettre vraiment à pensertout simplement conservatrice et réactionnaire. Pauvre université! Quand va-t-elle se remettre vraiment à penser? ? »,

« Nous hésitons à la contredire : Elle pourrait nous sacquer aux partiels… »

Témoignage d’un ancien mineur :

« … C’était dans la « salle des pendus » (lieu où les mineurs se déshabillaient avant d’entrer dans le trou). Avant l’entrée du poste du matin, le Délégué-mineur, membre d’un syndicat affilié à un Parti Politique*, clamait, avec son porte-voix, l’impérieuse nécessité de faire grève pour protester contre la visite en France d’un Général américain « impérialiste ».
Autour de lui, une cinquantaine de « gros bras » qui levaient la main, comme un seul homme, lorsque le délégué demandait: « Qui est pour ? »
Le délégué posait ensuite « démocratiquement » la question: « Qui est contre ? »
La centaine d’yeux des « gros bras » faisait alors des parcours giratoires dans la salle de façon à « sensibiliser » les éventuels opposants à la grève.** Et la grève était lancée « à l’unanimité ». Je ne sais si B. Julliard a étudié ces méthodes à l’Université… »

NdR :
* : il s’agit du de la CGT et du PC, nos lecteurs avertis les auront reconnus…
** : méthode typique des soviets

(1) sous peine de plainte devant le Tribunal d’Instance et d’annulation de ladite assemblée.
(2) un prochain article parlera plus en détails des méthodes d’agitation et de manipulation.

Pour ceux qui ne savent pas comment cela se passe, et ce que les médias ne vous rapporteront pas, lisez donc ceci :
QUATRE ETUDIANTES AGRESSEES A LA FACULTE DES TANNEURS !

N.B. : si vous souhaitez écrire un commentaire , sachez que l’e-mail est facultatif ; cf. Faut-il s’inscrire ?

4 Réponses to “Les pseudo A.G. étudiantes”

  1. […] gratuit « La revue de presse de SPQR – semaine du 19 Novembre 2007 Les pseudo A.G. étudiantes […]

  2. Deborah said

    Bonjour!!!

    Oh lala, le sujet est vaste, et j’aurais tellement à dire sur ces étudiants grévistes, anarchistes parfois meme despotes!!!!….
    En bref: cela semblera étrange à bon nombre de lecteurs, mais il faut savoir que bien souvent les etudiants ignorent les raisons qui les poussent à sécher les cours, euh, à faire grève!!
    Ceux qui s’expriment revendiquent de meilleurs conditions de travail, plus de moyens pour les fac…. et pour appuyer leur demande,, ils n’hesitent pas à detruire le materiel scolaire!!!
    En général, les étudiants qui boycottent les cours sont minoritaires ….ils n’hésitent pas à user de violence verbale ou physique pour empecher leurs camarades d’acceder aux salles de classe
    etc etc
    ceci est un témoignage et non une allégation!…

    Bises
    Deborah

  3. Commissaire said

    Tout à fait d’accord.

    Ces groupuscule fachisants, composé peut-être même de fils à papa bourgeois ne sachant pas quoi faire pour occuper leur journée en attendant de reprendre l’affaire familiale diplômes en poche ou pas, devraient non-seulement être dissous pour raison de d’incitation à l’émeute, dégradation de biens publiques et pratique anti républicaine, mais en plus, ces « pseudo étudiants » devrait être exclus des universités et interdits de réinscription pour plusieurs années.

    La démocratie c’est le respect des lois, la démocratie c’est le respect du vote démocratiquement organisé, et les bloqueurs sont tout sauf démocrates dans leurs actions.

    S’il veulent manifester, pas de problème, s’il veulent faire la grève, pas de problème non plus, mais la grève est une liberté et un choix et même à la SNCF, ceux qui ont fait grève n’ont pas empêché ceux qui ne voulaient pas la faire d’aller travailler.

    A bientôt
    Commissaire

  4. RENAUD said

    Tout à fait d’accord, mais que font les pouvoirs publics ???
    de milliers d’étudiants sont en train de rater une année de cours pour satisfaire la volonté de groupe factieux !!!
    il y a urgence, au feu, au secours l’UMP

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :