SPQR

Informations occultées par les médias – Actualité insolite – Politiquement Incorrect – Créer un vrai changement de politique : Instaurer la Démocratie.


  • READ THIS BLOG

    IN ENGLISH

    AUF DEUTSCH

    France Etats_Unis

    Israël Québec

    Canada

  • Commentaires récents

    hosman pandor sur La dispense de recherche …
    Jean-François RP sur Quand la City veut légaliser l…
    Une vérité qui déran… sur Une vérité qui dérange : un ma…
    Agencias de modelos… sur La revue de presse de SPQR…
    spqr sur La dispense de recherche …
    spqr sur La dispense de recherche …
    Anonyme sur La dispense de recherche …
    GIULIA sur La dispense de recherche …
    spqr sur La dispense de recherche …
    Baron sur La dispense de recherche …
    spqr sur Gauchistes en action
    Elgocho sur Gauchistes en action
    TEKA Plantin sur L’affaire du préservatif et Be…
    thierry sur Secrétaire général à la CGT… c…
  • Blogs amis

    Deborah  Deborah
    Marie BlandMarie Bland
    Michel Garroté
    Monde Info
    Dave
     Dave.new
    Naibed Élisa Naibed :  de moi, et (surtout) de féminisme
    YAHEL : NUEVA EUROPA Desde el presente miremos hacia el futuro
    Amiral Woland brèves 3.0
    Commissaire : APEX
    couLisa  LisaLisa
    a-fleur-de-vieA fleur de vie
    : Emploi et santé
    asturies.png Reconquista Redux

  • Rien que pour les images !

  • Citations

    "Les faits sont têtus; quels que soient nos souhaits, nos inclinations ou les voeux de nos passions, ils ne peuvent changer l'état de fait et la preuve." John Adams

    "Je regarde vraiment avec commisération la grande masse de mes concitoyens qui, lisant les journaux, vivent et meurent dans la croyance qu’ils ont su quelque chose de ce qui s’est passé dans le monde à leur époque." Thomas Jefferson

    "Dieu se rit des hommes qui se plaignent des conséquences des causes qu’ils chérissent." Bossuet

    "Une société qui abandonne un peu de liberté pour gagner un peu de sécurité ne mérite ni l'une ni l'autre et perd les deux." Benjamin Franklin

    "A fanatic is one who can't change his mind and won't change the subject." Winston Churchill

    "Les paroles qui ne sont suivies d'aucun effet sont comptées pour rien." Démosthène

    "Je crois d'un bon citoyen de préférer les paroles qui sauvent aux paroles qui plaisent." Démosthène

    "Ce n'est pas parce qu'on est nombreux à avoir tort que l'on a raison." Jean-Claude Devé

    "Les hommes croient ce qu'ils désirent." Jules César

    "Il y a en permanence un cinquième des gens qui sont contre." John F. Kennedy

    "Vous pouvez tromper tout le monde un certain temps. Vous pouvez même tromper quelques personnes tout le temps, mais vous ne pouvez pas tromper tout le monde tout le temps." Abraham Lincoln

    "Pousser en commun, mais non penser en commun." Marc-Aurèle

    "On peut aisément pardonner à l'enfant qui a peur de l'obscurité ; la vraie tragédie de la vie, c'est lorsque les hommes ont peur de la lumière." Platon

    "L'opinion est quelque chose d'intermédiaire entre la connaissance et l'ignorance." Platon

    "Les pays n’ont pas d’amis, mais des intérêts." Général de Gaulle

    "Il y a une immense distance entre un peuple libre se donnant à lui-même ses lois et un peuple désignant des représentants pour écrire des lois à leur place." Rousseau

    "Je veux dire qu’il est considéré comme démocratique que les magistratures soient attribuées par le sort et comme oligarchique qu’elles soient électives." Aristote

    "Le courage c'est de refuser la loi du mensonge triomphant, de chercher la vérité et de la dire." Jean Jaurès

    "La censure la plus efficace est l'abrutissement de la population mais aussi le fait de la mener vers des combats inutiles."
    The Thinker

    "On a trouvé, en bonne politique, le secret de faire mourir de faim ceux qui, en cultivant la terre, font vivre les autres."
    François-Marie Arouet, dit Voltaire

    "De prime abord, je ne crois jamais en ce que l'on me dit de façon péremptoire, je vérifie, et si je ne le peux pas, je réfléchis, je compare."
    Cevennevive

    "En politique, rien n’arrive par hasard. Chaque fois qu’un événement survient, on peut être certain qu’il avait été prévu pour se dérouler ainsi."
    Léon Trotsky

    "Nul n’est plus esclave que celui qui se croit libre sans l’être."
    Johann Wolfgang von Goethe

« Au nom du tiers état » de François Bayrou

Posted by spqr sur samedi, 14 avril, 2007


Au nom du tiers état

Un livre de François Bayrou intéressant et plein de réflexions pertinentes sur le gouvernement de la France (1).

Même si vous n’avez pas le temps de lire cet ouvrage d’ici le premier tour des présidentielles, lisez au moins ce qui suit :


« Au nom du tiers état » de François Bayrou (Hachette Litteratures)

Extraits :

« C’est un peuple qu’ils croient sans importance. Presque un peuple en trop. Un peuple gênant. Ainsi le vivent les pouvoirs, et le considèrent les puissants. Le même mal ronge et court depuis des années, préparant à chaque élection, à chaque consultation, sa surprise, l’irruption du peuple indocile dans le concert bien ordonné de la pensée préfabriquée. »

Ainsi s’ouvre « Au nom du tiers état », le livre de François Bayrou, recueil des principaux discours qu’il consacra, ces dernières années, à la « la crise de notre démocratie ».
« Il m’a paru, écrit François Bayrou en avant-propos, que la crise de notre démocratie, le sentiment d’exclusion que ressent le peuple français par rapport au pouvoir et à ses élites méritait une réflexion plus large. Cette réflexion a pris la forme d’une préface. »

Cette longue « préface » – près de 60 pages – et les discours qu’elle introduit traitent du même sujet : « Nous vivons dans une république qui a la forme de la démocratie, mais où le pouvoir est en réalité confisqué. Ceux qui le détiennent disposent, grâce à nos institutions d’ancien régime du monopole sans contrôle sur les puissants instruments de l’État, et, grâce à leur intimité avec les puissances économiques et médiatiques, de moyens considérables pour verrouiller la vie publique. » 

« Le chemin existe »

Démocratie et Parlement, séparation des pouvoirs, média et « peuple d’internet », modèle français et mondialisation, transparence et morale publique… L’avenir de la nation, du « vive ensemble » en République, de l’Europe : autour de la question de la démocratie, François Bayrou balaye le champ des interrogations et des perspectives.

« La France de 2007 est en effet à l’épicentre d’un séisme qui vient de loin, au point de rencontre de deux forces antagonistes et qu’il va falloir conjuguer.
Une force qui vient du dehors : l’onde immense de la mondialisation. Une force qui vient du dedans de notre peuple et de notre histoire : le grand courant national qui a produit le modèle républicain. »

« Il n’est au pouvoir de personne de supprimer la mondialisation. Et il n’est au pouvoir de personne, heureusement, de tirer un trait de plume sur le modèle républicain. Ces deux forces, il faut les conjuguer. Le chemin existe pour le faire. »

Sous l’invocation de Sieyès : « En 1789, à la veille de la Révolution, quelques semaines avant que la tourmente ne se déclenche, Sieyès lança sa proclamation en trois questions-réponses : « Qu’est-ce que le tiers état ? Tout. Qu’a-t-il été jusqu’à présent dans l’ordre politique ? Rien. Que demande-t-il ? A devenir quelque-chose. » Cela vaut aussi pour la France d’aujourd’hui, car Sieyès ajouta : « Qu’est-ce qu’une nation ? Un corps d’associés vivant sous la loi commune et représentés par la même législature. »

« Au nom du tiers état », 254 pages, Hachette Littératures, 16 €.


Morceaux choisis de la préface

Le modèle républicain français

« Le modèle républicain français est un projet. Ce n’est pas, comme on le caricature, la défense éperdue des statuts et des avantages acquis. C’est un modèle intérieur, charpenté et maçonné de valeurs aussi fortes que durables. Ce n’est pas, comme on le peint quand on veut le décrier, un modèle contre l’économie, contre l’entreprise, contre la liberté. Au contraire, nous, citoyens et peuple français, depuis toujours, nous voulons l’économie libre. Nous pensons même, pour la majorité d’entre nous, que si l’on fichait la paix à l’entreprise, les choses iraient mieux. Les contraintes excessives que l’on fait peser sur l’artisan, sur la petite entreprise, nous exaspèrent. Et le mot « entreprise » entraîne chez les Français une adhésion remarquable, très au-dessus, par exemple, du mot « syndicat ». L’entreprise et l’idée de liberté, c’est de la valeur humaine.

Voilà pourquoi nous voulons la liberté pour l’entreprise, mais nous ne voulons pas de la tyrannie de l’argent sur la société. Nous ne voulons pas qu’on nous vende l’abandon du lien social sous le prétexte du libéralisme. Nous ne voulons pas d’une société qui cesse d’être une société, où l’on vit ensemble, avec des valeurs communes, pour devenir une simple addition de destins individuels. »

La démocratie est le moteur du développement

« Je ne plaide pas pour la démocratie, le respect du peuple, la séparation des pouvoirs uniquement par idéal, ou par sens moral. Je fais un constat. A examiner la liste des pays les plus développés de la planète, ceux où le niveau de vie, l’éducation, la santé, la technologie, la recherche, la culture atteignent des sommets –non seulement en termes de développement économique mais dans la réalité d’un développement humain -, on constate que ces pays-là, sans exception, sont les pays les plus démocratiques.

Partout où le citoyen est respecté, où la transparence est imposée, où les règles sont strictes, le droit appliqué, où les gouvernants ne peuvent pas faire n’importe quoi, la société progresse plus vite, elle est plus prospère, plus juste, plus inventive. La démocratie n’est pas le fruit du développement, elle en est la condition, le moteur.

Dans tous les pays qui avancent les yeux ouverts et ne souffrent pas de nos névroses, le respect de la représentation, l’attitude claire des dirigeants, la transparence des pouvoirs au regard des citoyens ne se discutent même pas.»

Deux partis et deux seuls

« Nous avons laissé se construire un système politique dans lequel la nation n’est ni justement ni également représentée. Seule la pensée momentanément majoritaire y est surabondamment dominante et ses tenants prétendent décider de tout.
Alternativement, deux partis et deux seuls, aujourd’hui dénommés UMP et PS, largement minoritaires à eux deux dans le pays, accaparent ensemble et monopolisent la représentation.
Au premier tour de la dernière élection présidentielle, le candidat de l’UMP, Jacques Chirac, et le candidat du PS, Lionel Jospin, malgré tous les moyens de l’État dont ils représentaient l’un et l’autre les pouvoirs et les cercles d’influence en place, ont obtenu ensemble au premier tour à peine 35% des voix. Pourtant la mécanique électorale est telle que leurs partis occupent à eux seuls 88% des sièges à l’Assemblée nationale. »

Les cartes ne sont pas sur la table

« Sous cette Ve République épuisée chaque fois qu’un problème doit être résolu, on découvre que les cartes ne sont pas sur la table. Les vraies cartes sont sous la table : un réseau opaque d’intérêts, partisans, claniques, économiques, médiatiques, commande les décisions qui sont prises, impose son influence à l’action de l’Etat.
Cette décomposition des principes de la démocratie fait une victime directe : le peuple français, tenu à l’écart de l’essentiel de ce qui le concerne, rendu incapable d’assumer les choix de son destin, et au bout du compte entraîné au déclin par ceux-là mêmes dont la mission et le devoir consistent à le défendre.

Avec la force de l’habitude, nous ne voyons plus ce qui devrait crever les yeux. Le roi est nu, et le spectacle n’est pas réjouissant.
Nos observateurs hochent gravement la tête, déplorent sentencieusement chacune des faiblesses françaises. Ils mettent tout cela sur le compte du « déclin » de la France, dont ils se font les experts. »

La page va se tourner

« Et comme de tout cela les citoyens sont exclus, l’orage gronde et cherche sa foudre. Je n’ai, à la vérité, aucun doute sur l’issue. Le pouvoir, depuis vingt-cinq ans, se barricade. Mais ses murailles et ses fortifications ne tiendront pas en face de la marée qui monte. Les citoyens ont tout compris ou vont tout comprendre. Si on leur refuse l’information, ils iront la chercher, et ils la trouveront. Et ils agiront.

La page va se tourner. Quand ? Comment ? C’est là qu’est pour moi la seule incertitude. Il y a des années que les avertissements se multiplient, qui prennent toutes les formes par lesquelles un peuple s’exprime quand il n’accepte plus la situation qui lui est faite. Il l’a dit dans les urnes, à l’élection présidentielle comme au référendum. Il le dit dans la fréquence des alternances. Il le dit dans la rue, parfois. Il le dit dans les banlieues.

Les démagogues pensent que ce peuple insatisfait va se tourner vers eux. J’espère et je crois qu’ils se trompent et qu’ils sous-estiment les Français : ils ignorent ce que peut un peuple de bonne volonté, instruit, formé, capable, qui attend simplement qu’on le prenne au sérieux et qu’on lui donne la place qui est la sienne en démocratie, la première.
Qu’on le traite en partenaire de plein droit et de plein exercice. Qu’on l’écoute et qu’on le considère. (…) Verrouilleurs et démagogues contre démocrates, le combat n’est certes pas gagné d’avance. Il commence et il va falloir le livrer. Pour moi, j’y suis résolu. »

« Au nom du tiers état », 254 pages, Hachette Littératures, 16 €.

Pour vous le procurer :Au nom du tiers étatAu nom du tiers état
Biographie de l’auteur :
François Bayrou est ancien ministre de l’Education nationale, président de l’UDF et député des Pyrénées Atlantiques. Agrégé de Lettres, il est l’auteur de nombreux ouvrages dont Henri IV, le roi libre (Flammarion, 1999) et Hors des sentiers battus (Hachette Littératures, 1999).

(1) Disons-le tout net : ce blog soutient l’UMP et Nicolas Sarkozy et en aucune façon l’UDF de François Bayrou ou un quelconque autre parti, mais s’il n’y avait ne serait-ce qu’une seule chose à ne pas reprocher à FB, c’est bien les idées qu’il développe dans ce livre dont beaucoup feraient bien d’y réfléchir.

Publié par spqr le 14 Avril 2007.

Autres articles sur le même sujet :
Le livre noir de l’UDF : mise au point (1)
Le livre noir de l’UDF
Quel avenir pour l’UDF ? (1)

20 Réponses to “« Au nom du tiers état » de François Bayrou”

  1. stella said

    Moi Bayrou, j’ai du mal à digérer, mon estomac et mon foie ne supportent pas.
    Même s’il ne dit pas toujours des conneries, il en a dit suffisamment dans cette campagne pour que je le bannisse à jamais de mon paysage poltique.
    Bonne journée.

  2. Marie said

    Moi je me demande à quoi il joue avec le PS.

  3. Nice blog!

  4. Christian Harel said

    @Stella

    Je respecte vos problèmes de digestion. Mais j’aimerai bien en comprendre l’origine.

    1- Et je serai très intéressé de connaitre les ‘conneries’ qu’a dites F.Bayrou. J’en connais 2 ou 3. C’est tout. Avez-vous effectué la même démarche auprès des autres candidats ?

    2- Cet article commence par la phrase suivante:
    « Un livre de François Bayrou intéressant et plein de réflexions pertinentes sur le gouvernement de la France (1). »
    Toutes ces réflexions ‘pertinentes’ sont dans TOUS ces discours, puisque ce livre n’est qu’un florilège de ceux-ci. Et ce ne sont pas seulement des ‘réflexions pertinentes’, cela représente LE FOND de son discours. J’ai trouvé un site intéressant qui parle du même sujet: http://www.syti.net
    Et N.Sarkozy représente(1) exactement ce que F.Bayrou dénonce. J’avoue que je ne comprends pas pourquoi vous soutenez N.Sarkozy.

    (1) si ce n’est pas évident pour vous, je peux vous trouver plusieurs sites intellectuellement honnêtes (ils ne le sont pas tous, loin de là) qui vous le démontrent par A+B. J’ai commencé sur le mien (9milliards.wordpress.com) sur lequel j’aimerai beaucoup que vous laissiez vos commentaires. Pour avancer dans la discussion.

  5. STELLA said

    ne cherchez pas à comprendre pourquoi je soutiens Nicolas Sarkozy, je connais son programme, j’aime l’homme sûr de lui, perspicace, plein d’allant, un qui ne louvoie pas entre la gauche et la droite, mais qui s’affirme dans son droitisme. Ce sont mes convictions intimes, et ce sont mes tripes qui parlent : oui je le soutiens parce qu’il est le seul capable de remettre la France sur les rails.
    L’homme au tracteur ne me plaît pas, je n’aime pas ses errements démagogiques. Je soutiens une certaine idée de la droite depuis + de 30 ans, je n’ai jamais dévié de mes certitudes, je n’ai pas envie de me laisser parasiter à quelques jours des élections. On ne débat plus, on se bat pour gagner, c’est tout.
    Votre invitation est trop tardive.

  6. Christian Harel said

    @Stella

    Je comprends tout à fait. Vous êtes dans la droite ligne de N.Sarkozy qui refuse tout débat avec les autres candidats. Il préfère les discours… sans contradicteur…

    Et il préfère le combat au débat, comme vous.

    Pourquoi dites-vous qu’il est trop tard ? De quoi avez-vous peur ? Et comment faites-vous pour vous ‘battre’ pour gagner ? Utilisez-vous d’autres outils que la parole ? Lesquels ?

    Battez-vous alors ! Essayez de me convaincre ! Avec de bons arguments, c’est possible !!! Je suis prêt à changer d’avis.

    J’admire votre enthousiasme. Je crois que j’ai le même pour F.Bayrou. Nous pourrions avoir une discussion intéressante. C’est dommage…

    PS: vous ne connaissez pas son programme depuis longtemps. Il n’a été mis sur son site que moins de 4 semaines avant le vote…

  7. Deborah said

    Bonjour!

    Je vois que ce nouvel article suscite des débats!!! Et je soutiens Stella!
    S’il est vrai que Bayrou a qq bonnes idees glanées à droite comme à gauche, l’homme me deplait (n’oublions pas que nous votons pour un représentant du peuple français!!) et celui ci me semble poseur, pas assez ferme, trop gentillet pour être honnête!

    Bisous
    Deborah

  8. stella said

    Pour convaincre je laboure le terrain, comme tout bon militant, je « tracte » dans les boites aux lettres, sur le marché, je discute avec les gens et j’en recontre beaucoup. Alors discuter pour échanger avec une seule personne, je n’ai pas le temps.
    Je suis une femme de terrain, j’ai toujours fait ça et obtenu de bons résultats. Je n’ai pas envie de me justifier de ma façon de faire campagne, je sais que je suis efficace et ça me suffit.

  9. Christian Harel said

    @Deborah

    « S’il est vrai que Bayrou a qq bonnes idees glanées à droite comme à gauche, »
    Pourriez-vous préciser à quelles idées vous pensez ?
    Pourriez-vous m’indiquer celles qu’il a glanées à gauche et ensuite celles qu’il a glanées à droite ?

     » l’homme me deplait »
    C’est tout à fait votre droit. C’était également mon cas il y a 4 mois.

     » (n’oublions pas que nous votons pour un représentant du peuple français!!) »
    Oui, mais ce n’est pas le festival de Canne ! Un bon acteur ne suffit pas. Il faut également prendre en compte les programmes.

     » et celui ci me semble poseur, pas assez ferme, trop gentillet pour être honnête! »
    S’il était vraiment honnête, pourriez-vous faire l’impasse sur son attitude que vous trouvez déplaisante ?

  10. Christian Harel said

    @Stella

    Donc je comprend que vous préférez discuter de manière brève avec plus de monde, ou bien distribuer des tracts.
    Pour avoir une conversation de fond, forcément, c’est plus difficile…

    Mais essayez quand même de vous poser quelques questions. En particulier celle-ci :

    Pourquoi F.Bayrou intéresse-t-il tant de monde ? Vous trouverez quelques réponses sur mon blog: 9milliards.wordpress.com

  11. Deborah said

    Bonjour à vous tous!

    Petite réponse à Christian:
    « Oui, mais ce n’est pas le festival de Canne ! Un bon acteur ne suffit pas. »
    En effet, et un mauvais acteur est à éliminer!!
    Bayrou a conquis le coeur de certains français, tout comme Le pen, ou Voynet et ce ne sont pas des références…
    Quant aux autres questions, dsl, je ne refuse pas le débat, mais le temps me manque pour un débat politique poussé!!!

    Deborah

  12. Christian Harel said

    @Deborah

    « En effet, et un mauvais acteur est à éliminer!! »
    Définition du mot ‘Acteur’: personne qui joue un rôle dans un évènement »
    Je ne vois pas en quoi une personne qui sait jouer un rôle serait un bon Président. Pourquoi jouer un rôle devant les électeurs ? Par définition, c’est faire croire aux électeurs ce qui n’est pas la réalité. Ce sont vos propres termes. Et ce n’est pas le métier des hommes politiques de jouer un rôle, c’est le métier des acteurs de théatre ou de cinéma.

    « mais le temps me manque pour un débat politique poussé »
    Je constate pour la deuxième fois sur ce blog que les ‘supporters’ de N.Sarkozy n’ont pas le temps de débattre. C’est sans doute un mauvais concours de circonstance… Mais c’est dommage en période électorale…

    PS: Si vous preniez le temps de débattre, peut-être pourrions-nous, vous et moi, ensemble, de toutes nos forces, aider à reconstruire la France.

  13. spqr said

    @Christian Harel:
    « Oui, mais ce n’est pas le festival de Canne ! Un bon acteur ne suffit pas. Il faut également prendre en compte les programmes. »
    Sur ce point là, je suis tout à fait d’accord avec vous.

    Deborah a répondu:
    « En effet, et un mauvais acteur est à éliminer!! »

    Christian Harel a répondu:
    « Définition du mot ‘Acteur’: personne qui joue un rôle dans un évènement”
    Je ne vois pas en quoi une personne qui sait jouer un rôle serait un bon Président. Pourquoi jouer un rôle devant les électeurs ? »

    Effectivement, le fait d’être bon ou mauvais acteur ne devrait pas influencer outre-mesure un électeur sérieux : au théatre, un acteur peut jour merveilleusement un rôle, mais serait peut-être incapable d’être réellement le personnage qu’il joue.
    Cela dit, tout le monde joue plus ou moins un rôle, que ce soit dans dans la politique, dans l’entreprise ou chez un client et qui peut ne pas ressembler au personnage qu’il est en privé.
    C’et la première fois que cet aspect surgit de façon aussi flagrante dans les élections : il a été dit en 2006 en faisant allusion à SR : « Une élection présidentielle n’est pas le concours de Miss Monde ! ». C’est un signe.

  14. spqr said

    @Christian Harel #7 (fin de la réponse à Stella)
    « PS: vous ne connaissez pas son programme depuis longtemps. Il n’a été mis sur son site que moins de 4 semaines avant le vote… »
    Déjà, lorsque le programme de l’UMP est sorti et que Sarkozy a été désigné comme candidat, il a été dit que c’était bien tard par rapport au PS.
    Bayrou : 4 semaines avant le vote, n’est-ce pas trop tard, alors que beaucoup d’électeurs se sont déjà fixés sur un choix depuis longtemps ?
    J’ai jeté un coup d’oeil sur le programme mis en ligne : en première lecture, il me parait encore « en friches », quelque chose qui aurait eu besoin de plus de maturité et donc de plus de temps pour en discuter et de tenir compte des critiques et observations. C’est un peu dommage.
    Il a été dit que Sarkozy était parti beaucoup trop tôt, mais Bayrou n’est-il pas parti beaucoup trop tard ?

  15. Christian Harel said

    @Spqr
    Vous reconnaissez donc qu’il n’y avait RIEN sur le site de N.Sarkozy 4 semaine avant le vote. Vous trouvez cela normal ?

    4 semaines avant le vote, il n’y avait RIEN sur le site de N.Sarkozy. Même pas une liste de propositions. J’ai conservé la page qui lui servait de programme à l’époque… Je n’y croyais pas. J’ai cherché sur Google ‘programme sarkozy’.RIEN. J’ai laissé 10 minutes à mon épouse pour chercher. RIEN. 4 semaines avant le vote !
    Les seuls informations étaient ses discours écrits (et peut-être vidéo, je ne sais plus). Mais SANS AUCUNE POSSIBILITE de recherche par mot-clés: donc la seule possibilité pour connaitre le programme de N.Sarkozy, 4 semaines avant le vote, était de lire l’intégralité de ses discours prononcés depuis sa déclaration de candidature le 14/01/2007… Je pense qu’il devrait modifier l’équipe chargée de sa communication !

    Depuis la création du site de F.Bayrou, tous ses discours récents (2006 & 2007) sont présentés, plus 17 discours de 1994 à 2005. Ses propositions sont présentées sous la forme d’une centaine de sujets, dont le détail est constitué d’extraits de discours, qui peuvent remonter à 2001 !
    De plus, une recherche en texte intégral vous permet d’afficher tous les extraits de discours qui contiennent ce mot-clé. Je vous laisse apprécier la différence…

    Le programme officiel de N.Sarkozy (sous forme PDF et papier) est sorti quelques jours avant celui de F.Bayrou. J’ai trouvé également que F.Bayrou a sorti son programme officiel un peu tardivement.

    « il me parait encore “en friches” »
    Pensez-vous que ce genre d’appréciation crédibilise votre discours ? Et pour un ‘scientifique’ que vous prétendez être, cela paraît un peu léger comme discours… et très peu constructif, plutôt polémique…
    Soyez respectueux de ceux qui ne pensent pas comme vous. F.Bayrou est peut-être moins compétent que vous pour rédiger un programme présidentiel, mais cela ne vous autorise pas à traiter son travail de la sorte. Quand on commence sur ce terrain glissant, on sait où cela mène: regardez comment se parlent nos députés à l’Assemblée Nationale. Au lieu de travailler, ils passent leur temps à se disputer comme des gamins de maternelle !

    « Il a été dit que Sarkozy était parti beaucoup trop tôt, mais Bayrou n’est-il pas parti beaucoup trop tard ? »
    Lisez ce discours du 26 janvier 2001 de F.Bayrou. Ou regardez cette courte vidéo. Je pense que F.Bayrou est parti depuis très, très longtemps.

    Avec un peu moins de ce que j’interprète (à tort peut-être) comme de la mauvaise foi (ou plus de rigueur scientifique dans vos discours), nous pourrions débattre de manière constructive pour, vous et moi, ensemble, de toutes nos forces, aider à reconstruire la France.

  16. spqr said

    « Vous reconnaissez donc qu’il n’y avait RIEN sur le site de N.Sarkozy 4 semaine avant le vote. « 
    Je parlais du programme de l’UMP 😉
    « Vous trouvez cela normal ? »    Non.

    « 4 semaines avant le vote, il n’y avait RIEN sur le site de N.Sarkozy. Même pas une liste de propositions. »
    Il fallait plutôt aller lire le site de l’UMP (voir colonne de droite). Jesrad a fait la même remarque que vous lorsqu’il a voulu écrire sur Sarkozy l’équivalent de ce qu’il a écrit sur Bayrou : il ne s’attendait pas à cela et il a trouvé cela « incroyable »   😮

    « Je pense qu’il devrait modifier l’équipe chargée de sa communication ! »
    J’ignore ce qu’il faut en conclure et si c’est volontaire ou non   😐

    « Depuis la création du site de F.Bayrou, … extraits de discours qui contiennent ce mot-clé. … »
    Pour cela et pour la suite : oui, mais Bayrou n’est considéré comme un candidat qui va compter que depuis très peu de temps ; s’il avait été à 25% des voix dans les sondages depuis 6 mois, il y aurait eu beaucoup plus de monde prenant la peine et le temps d’examiner tout cela en détail    😐

    « regardez comment se parlent nos députés à l’Assemblée Nationale. Au lieu de travailler, ils passent leur temps à se disputer comme des gamins de maternelle ! »
    ÇÀ, c’est bien vrai    😀

    « Lisez ce discours du 26 janvier 2001 de F.Bayrou. Ou regardez cette courte vidéo. Je pense que F.Bayrou est parti depuis très, très longtemps. »
    Ici, ce sont les médias qui sont responsables en enfermant le peuple dans le duel Ségo/Sarko et qui ont considéré les autres comme quantité négligeable    😡

    « Avec un peu moins de ce que j’interprète (à tort peut-être) comme de la mauvaise foi (ou plus de rigueur scientifique dans vos discours), »
    Non, c’est simplement le manque de temps conduisant à faire des choix, de plus ce blog n’a pas pour but de présenter les différents partis, candidats et programmes    😐

  17. Christian Harel said

    @Spqr
    « ce blog n’a pas pour but de présenter les différents partis, candidats et programmes »
    L’article faisant l’objet de notre discussion laisse effectivement penser que vous êtes de bonne foi.

    Mais quand je lis votre article sur ‘le livre noir de l’UDF’ j’ai vraiment l’impression du contraire. Si vous n’avez pas le temps de vérifier ce que vous souhaitez écrire, ne l’écrivez pas.

    Puisque les medias ne font pas leur travail, c’est par manque de temps que les français se décident sur une ‘impression’ ou sur la lecture rapide des programmes disponibles sur papier moins de 7 jours avant le vote. Ou sur la lecture d’un blog comme le votre.

    Si vous revendiquez la qualité de scientifique, ayez l’honnêteté de retirer cet article ridicule ‘Le Livre noir de l’UDF’. Car je crains qu’il ne ternisse votre réputation.

  18. […] années. Et une longue explication de la duplicité de F.Bayrou. En 2 jours de discussions (par commentaires sur le blog) avec l’un des auteurs, cet article a été retiré. (1) […]

  19. […] « Au nom du tiers état » de François Bayrou […]

  20. […] s’est directement inspiré de Siéyès pour écrire son livre ”Au nom du tiers état“. Dans cet ouvrage d’avant la Présidentielle de 2007, il consacre une longue préface à […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :